Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice

Toute honte bue

Et la famille Traoré fit un bras d’honneur à Nicole Belloubet !

Les deux balances de la justice se doivent d’être équilibrées. Macron a pesé de tout son poids pour en faire pencher une du côté de la démagogie.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Pauvre Nicole Belloubet ! Elle n’a fait qu’obéir aux ordres. Le président de la République lui avait demandé de s’intéresser toutes affaires cessantes au cas d’Adama Traoré, mort lors d’une interpellation policière.

Elle s’est aussitôt exécutée en conviant la famille Traoré à venir la voir Place Vendôme. En position de force Assa, la sœur d’Adama Traoré et militante aguerrie, a refusé. « Nous n’irons pas ». Et elle s’est offert le luxe délicieux de rappeler à la garde des Sceaux le principe sacré de la séparation des pouvoirs.

Ce que la famille Traoré veut ce sont « des avancées judiciaires ». Elle n’a donc pas de temps à perdre pour des bavardages avec Mme Belloubet. La sœur d’Adama Traoré exige que les policiers qui ont interpellé son frère soient déclarés coupables. C’est ce que réclament également des milliers de manifestants qui font trembler le pouvoir.

Le Syndicat de la magistrature, très engagé au côté de la famille Traoré, ne cache pas son bonheur. Et c’est avec une morgue très jouissive que ce syndicat a pris soin d’expliquer à la garde des Sceaux ce qu’est la séparation des pouvoirs. Même attitude de la part de l’Union syndicale des magistrats qui juge « inacceptable » l’invitation de Mme Belloubet.

Oui, pauvre, pauvre Mme Belloubet ! Macron l’envoie au casse-pipe et c’est elle qui trinque. Pour le président de la République, la justice est une donnée corrigée par les variations saisonnières. Celles-ci- sont, à ses  yeux, fonction du nombre de manifestants. Encore une manif et – qui sait ?- Macron invitera peut-être la famille Traoré à l’Elysée ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !