Quand le Grenelle se concrétise sur le terrain | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Quand le Grenelle se concrétise sur le terrain
©

Environnement

Quand le Grenelle se concrétise sur le terrain

Le choix de visiter les installations du groupe Séché, à Changé, en Mayenne jeudi a été pris bien avant la naissance de la petite Giulia. C'est du futur des enfants français dont il est question. Explications.

Nathalie Hutter-Lardeau

Nathalie Hutter-Lardeau

Nathalie Hutter-Lardeau est nutritionniste diplômée d'Etat, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.

Parmi eux La True Food aux Editions du Moment,  dans lequel elle explique comment déguster ses produits préférés en toute lucidité
101 restos, 0 kilo, coécrit avec Nathalie Helal et Catherine Roig (Hachette, mars 2013), Mince Alors ! (Odile Jacob, Juin 2011), Des mots sur les maux du cancer  (Mango, 2009) avec le Professeur David Khayat et Wendy Bouchard, et  Le vrai régime anti-cancer  (Odile Jacob, 2010) avec le Professeur David Khayat et France Carp.
Voir la bio »

Comme le Président Sarkozy l’a rappelé dans son discours, le nouveau centre de tri de Séché Environnement est une de ces nouvelles installations que notre pays a un besoin urgent de multiplier pour se mettre à la hauteur des exigences environnementales définies par le Grenelle de l’Environnement, mais aussi des nouvelles normes européennes de traitement de nos déchets, domestiques et industriels.

Où vont nos sacs poubelles et les camions qui les collectent ? Pas toujours dans un centre de tri à la hauteur des efforts que nous sommes prêts à consentir pour préserver les ressources de notre planète et la propreté de notre environnement. Raison de plus pour mettre en avant une installation ultra-performante, fortement automatisée et mécanisées comme celle de Séché Environnement à Changé. Un modèle du genre, conçue pour traiter et valoriser 20 000 tonnes de matières issues de la collecte sélective des ménages, soit 6 tonnes/heure.

A quoi sert de trier nos déchets ? nous demandons-nous souvent, un peu agacés d’hésiter encore entre la poubelle verte, la poubelle bleue et la poubelle jaune. A les valoriser grâce au tri sélectif qui les recycle ou les transforme en énergies nouvelles, mais aussi à regarder autrement ceux qui les ramassent. Une bonne façon de rendre durable des emplois en même temps que la planète.

Pourquoi cette installation à Changé plutôt qu’une autre ? Parce qu’elle est équipée des dernières technologies disponibles sur le marché. La préparation mécanique et manuelle des déchets y est associée à un tri balistique et un tri optique afin de séparer automatiquement les différents composants, en vue d’un recyclage optimal des matières déjà couramment traitées (papier, cartons, plastiques, métaux…)

Son originalité réside dans sa conception modulaire et évolutive : l’objectif est d’y traiter à terme des matériaux que nous ne savons pas encore valoriser aujourd’hui comme les barquettes alimentaires, les pots de yaourts ou les films plastiques dont nous faisons grand usage. En attendant, ils sont encore traités comme des déchets, stockés et incinérés.

On peut dire que le centre de tri de Séché répond en tous points aux objectifs du Grenelle de l’Environnement avec des unités de traitement de pointe en matière de recyclage, de réduction des déchets, domestiques et industriels, mais aussi de prévention des risques environnementaux, jusqu’à la co-génération du biogaz issu de la dégradation biologique des déchets sous forme électrique et thermique.

Une visite qui fut aussi un appel, toujours nécessaire, à la prise de conscience de tous de l’importance des enjeux du Grenelle de l’Environnement, du développement de la recherche et de l’innovation en matière de recyclage des matières premières secondaires et d’énergies renouvelables.

Un Président souriant, que l’on imagine aisément plus concerné que jamais par l’avenir de la planète où vient de naître sa fille. Une promesse concrétisée par un petit arbre (un chêne) à planter dans le jardin de l’Elysée. De quoi nous donner l’envie de relire L’homme qui plantait des arbres,de Jean Giono, fable écologique qui a défini, bien avant l’heure, les difficultés et les paradoxes de toute politique de l’environnement… ou de méditer sur la boutade du Maréchal De Lattre de Tassigny : « L’optimiste est un homme qui plante deux glands et achète un hamac. » Un optimisme chevillé au corps dont font preuve les spécialistes du retraitement des déchets à qui l’avenir finira bien par donner raison et mesurer l’ampleur de l’indispensable travail de sauvegarde de nos ressources naturelles et de notre environnement qu’ils auront accompli humblement, obstinément, jour après jour.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !