Enfoncée, la "fournée"... qui dévoile l'inconscient de Marine Le Pen ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Enfoncée, la "fournée"...  qui dévoile l'inconscient de Marine Le Pen ?
©

Droit de suite

Enfoncée, la "fournée"... qui dévoile l'inconscient de Marine Le Pen ?

D'une vidéo, l'autre... Et celle qui nous en apprend le plus sur le FN d'aujourd'hui n'est pas forcément celle dont on parle le plus. Si la présidente du parti a toujours pris grand soin d'éviter les dérapages de son père en matière d'antisémitisme, allant jusqu'à déclarer en 2011 dans Le Point que ce qui s'est "passé" dans les camps nazis est le "summum de la barbarie" et que "tous ceux qui font preuve d'ambiguïté à ce sujet [l'agacent] au plus point", une vidéo de 2012 pose la question de la culture dans laquelle elle baigne. A son insu ?

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

L’émission de télévision date un peu. Deux ans. C’est vieux, mais pas autant que Jean-Marie Le Pen, écharpé par tous, y compris par sa fille. Cette dernière, candidate à l’élection présidentielle, était reçue par Guillaume Durand en avril 2012. Mais comme à l’époque elle s’exprimait au moins deux fois par jour, personne n’y avait alors prêté attention. Des gens, certainement malintentionnés, l’ont ressortie.

Dans l’émission, la présidente du FN s’en est prise avec véhémence à la journaliste Anne-Sophie Lapix. Et de révéler à la France entière, anxieuse et haletante, que ladite journaliste était "mariée au patron de Publicis". À Guillaume Durand, passablement écœuré, qui lui demandait ce que Publicis avait à voir avec la choucroute, elle répliqua que Publicis, c’était "le système", et que Mlle Lapix "faisait partie du système par mariage".

Puis elle enchaîna en dénonçant ces gens "qui mangent entre eux, se fréquentent entre eux, envoient leurs enfants dans les mêmes écoles, etc.". Et elle annonça courageusement qu’elle allait rendre aux Français "ce que ces gens-là leur avaient pris". Le mot "système" étant breveté par Dieudonné, nul doute que la numéro 1 du Front national aura à cœur de lui verser des droits d’auteur. Par ailleurs, on a peu remarqué que, le soir des élections européennes, elle avait lancé le slogan : "Les Français, premiers servis !" Là, pas de droits d’auteur à verser : c’est dans le domaine public. En effet, Drumont, célèbre auteur de La France juive, est mort depuis belle lurette. C’est lui qui, en son temps, avait popularisé "les Français premiers servis" par opposition à "Rothschild premier servi !".

On notera sans surprise que quelques jours après la prestation de Marine Le Pen sur Publicis, Alain Soral a mis en ligne, le 22 avril (une date certainement choisie pour faire plaisir au président d’honneur du FN), une longue vidéo entièrement consacrée, comme par hasard, à Publicis, "instrument de domination" de la "communauté organisée" (c’est-à-dire, en français normal, les Juifs). Et, comme à son habitude, il ne fit pas dans la dentelle. Il donna les noms de ceux qui étaient à la tête de cette horrible pieuvre tentaculaire : Maurice Lévy, Arthur Sadoun, le mari d’Anne-Sophie Lapix. De gros sabots, mais les petits escarpins de Mlle Le Pen sont-ils tellement plus fins ?

Au point où en sont les choses dans la famille Le Pen, il faut maintenant s’attendre à d’autres rebondissements. Marine Le Pen a banni le blog hebdomadaire de son père du site officiel du FN. Un parricide. Mais Jean-Marie Le Pen trouvera certainement une autre structure d’accueil pour détailler les noms de sa prochaine "fournée". Et, qui sait, peut-être mettra-t-il en ligne la vidéo de sa fille… Un infanticide.

A lire du même auteur : Le gauchisme, maladie sénile du communisme, Benoît Rayski, (Atlantico éditions), 2013. Vous pouvez acheter ce livre sur Atlantico Editions.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !