Elisabeth Borne : les petites abjections de Mathilde Panot ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Mathilde Panot, députée LFI, a qualifié la Première ministre Elisabeth Borne de "rescapée".
Mathilde Panot, députée LFI, a qualifié la Première ministre Elisabeth Borne de "rescapée".
©BERTRAND GUAY / AFP

A vomir

Elisabeth Borne : les petites abjections de Mathilde Panot !

Tout n’est quand même pas permis contre la Première ministre.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Quand Elisabeth Borne a prononcé son discours de politique générale, elle a été fréquemment et bruyamment interrompue. Brouhaha, cris, protestations…

C’était de bonne guerre, les députés aiment se montrer et donner de la voix. On suppose que leurs électeurs en redemandent. Puis est venu le temps pour Mathilde Panot, présidente du groupe Nupes à l’Assemblée, de prendre la parole.

Elle a lancé à Elisabeth Borne : « vous êtes une rescapée » ! Pour qui connaît l’histoire familiale d’Elisabeth Borne, c’est pour le moins infâme. De toutes parts et pas seulement du côté de la macronie, on s’est indigné et on a protesté. Mathilde Panot se défend comme elle peut. Elle a, affirme-t-elle, voulu dire « rescapée du suffrage universel ». Venant d’une amie de Jeremy Corbyn, l’antisémite anglais, il y a là matière à suspicion.

Le coup de grâce contre Mathilde Panot est venu de là où elle  ne l’attendait pas. En effet, Alexis Corbière s’est joint au concert des indignés. Voici ce qu’il a écrit à propos des mots de Mathilde Panot : « une potion infâme. Je réclame une commission d’enquête interne pour savoir quelle est la plume indigente qui a écrit ça ».

Comme à la bataille navale, Mathilde Panot, touchée, coulée.

Quant à l’histoire d’Elisabeth Borne, la voici. Elle est la fille d’un résistant juif déporté à Auschwitz et qui en a réchappé. Son nom d’origine est Bornstein. Après la guerre, beaucoup de Juifs survivants ou rescapés ont changé de nom. Ils avaient de bonnes raisons de le faire. 

À Lire Aussi

Voteriez-vous la confiance à Elisabeth Borne ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !