Porsche : le buzz qui pourrait nuire à DSK | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
L'information révélée mardi 3 mai par le Parisien.
L'information révélée mardi 3 mai par le Parisien.
©

Présidentielle 2012

Porsche : le buzz qui pourrait nuire à DSK

La polémique autour de Dominique Strauss-Kahn et de la Porsche, n'en finit plus d’enfler. DSK a été vu le 28 avril embarquant à bord d'une Porsche lors de sa visite à Paris. Il n'a toujours pas officialisé sa candidature à la présidentielle mais la guerre de la communication est déjà lancée.

Marcel Botton

Marcel Botton

Marcel Botton est économiste.

Il est l'un des plus grands spécialistes des marques. Il dirige la société Nomen spécialisée dans la création de noms de marques pour les organisations. Il a publié aux Editions du Moment, "Les hommes politiques sont des marques comme les autres".

Voir la bio »

Atlantico : le web s’enflamme avec les photos de Dominique Strauss-Kahn montant dans une Porsche, s’agit-il d’un buzz dangereux pour lui ?

Marcel Botton : le point faible aujourd’hui de la marque DSK, c’est le fait que cela lui soit difficile d’apparaitre proche du peuple. Pour un homme de gauche, on peut difficilement l’imaginer en tant que directeur du FMI, vivant à Washington et en même temps être sensibilisé à la manière de vivre de façon modeste comme une large partie des Français quand même. C’est un peu la faiblesse de cette marque là aujourd’hui, elle n’est pas très proche de son électorat. 

Les Français sont des gens compliqués qui veulent à la fois être dirigés par des gens comme eux mais en même temps ils veulent un modèle. Quand ils ont un roi proche d'eux, ils lui coupent la tête et quand ils ont un Napoléon, ils le suivent ! Les Français sont toujours un petit peu hésitants. Là avec la Porsche, DSK a renforcé cette image de quelqu’un qui vit dans un autre monde. Maintenant, dire que c’est une erreur de communication de monter dans une Porsche, c’est difficile car ce n’est pas forcément volontaire, évidemment, mais il aurait tout fait pour éviter la publication de ces photos s'il avait pu, car il savait forcément au fond de lui-même que ce n'était pas possible.

Quand on monte dans une Porsche et que l'on est probablement candidat à la primaire socialiste, on se dit pourvu que l'on ne me voie pas, ou l'on n’y pense même pas ?

On se dit pourvu que l'on ne me voie pas ! Mais en fait ce qu’il aurait dû faire, c’est ne pas monter dans la Porsche. Il y a quand même des gens qui sont arrivés en Conseil des ministres à vélo, ou dans de petites voitures. Je me rappelle d’être monté avec un ministre qui se baladait en Clio, avec un chauffeur mais c’était bien une Clio. On sait bien que les gens regardent tout ce que font les politiques, il ne fallait donc pas prendre la Porsche, même si ce n’est pas la sienne. Il y avait un risque. Quand on s’appelle DSK et que toute la France a les yeux rivés sur vous, la moindre chose se voit. Il y aurait des choses simples à faire, se promener à pied dans Paris, prendre le métro ou le bus, faire un tour à vélo. C’est simple à faire et je ne comprends pas pourquoi lui et les autres  ne le font pas.

Mais en fait, il ne faut pas être candidat. C’est horrible d’être candidat. Je ne les envie pas du tout ces gens-là ! S’il n’était que directeur général du FMI, il pourrait faire ce qu’il veut, monter dans des Porsche, prendre des avions privés, il n’y aurait pas de souci. A partir du moment où l'on est candidat, il faut faire attention. Maintenant, où est le scandale ? Il s’est fait plaisir, il est monté dans la Porsche d’un ami. 

J’ai entre autre un bureau rue Tronchet et un rue du Faubourg Saint-Honoré, place Beauvau, et je vois à longueur de temps des cortèges de voitures officielles. Qui s’éloigne des Français ? Est-ce que c’est DSK qui a la chance d’avoir un ami qui a une Porsche et qui a envie de l’essayer, ou ces déplacements de ministres où l’on voit 15-20 voitures aux vitres teintées, 5 motards, 2 cars de police pour des déplacements qui ne sont pas de première urgence ? Il faudrait mettre en balance les deux. L’abus de pouvoir ou la distance avec les Français est peut-être là, avec ces gens qui circulent dans des voitures prêtées par l’Etat, avec chauffeurs et motards pris en charge par l’Etat. Tout cela ne les rapproche pas des Français, sachant que ces voitures ne respectent pas non plus le code de la route, prennent des voies à contre sens, circulent sur la voie de gauche. Evidemment le Français de province ne voit pas cela mais il en entend parler, cela finit par se savoir. 

Les gens peuvent penser que c’est inexorable, mais ce n’est pas comme cela dans tous les pays. Dans certains pays, le Premier ministre a reçu une contravention, comme en Angleterre ou en Suède. A Londres, Downing Street, quand David Cameron reçoit, c’est sa femme qui fait la cuisine par exemple. 

Après cette histoire et celle des photos dans Paris Match, est-il possible de rattraper son image ?

Non. C’est-à-dire que s’il prend le métro maintenant, cela ne sera pas du tout crédible. On dira que ce n’est que de la Com. S’il essaye de la jouer «  je suis un Français comme vous et je prends le métro », les Français ne seront pas dupes. Comme les Français commencent à savoir ce qu’est de la Com, ils vont se dire que cela en est.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !