Dînette pour grands : les plats miniatures fascinent les Japonais (et les autres) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Dînette pour grands : les plats miniatures fascinent les Japonais (et les autres)
©Google Maps

Kawaiiii

Dînette pour grands : les plats miniatures fascinent les Japonais (et les autres)

Des scènes de cuisine miniatures sont visionnées des millions de fois sur Youtube. Un engouement typiquement japonais qui s'étend désormais aux autres pays.

Depuis trois ans, d'étranges vidéos apparaissent les réseaux sociaux et les chaînes Youtube. On y fait des crêpes, cuites avec des petites bougies de décoration ou des sushis avec un minuscule morceau de saumon. Ces vidéos viennent du Japon et illustrent la fascination que peuvent avoir les Nippons pour la "miniature food" ou "nourriture miniature." Avec une minutie hors-pair, les adorateurs de cette cuisine microscopique coupent, épluchent, cuisent des repas traditionnels avec des ustensiles dignes d'une maison de poupée. Le plat final est rarement plus grand qu'une pièce d' un euro et n'a comme objectif que la satisfaction d'avoir réalisé un plat aussi recherché que minuscule.

En 2014, le site Minature Space est le premier à avoir diffusé ces vidéos. Depuis, la chaîne YouTube comptabilise plus de 150 vidéos. Et tout y passe : pizza, hamburger, raviolis… Fini le plastique, place au Do it yourself ! Evidemment, ce sont rarement des enfants qui mettent la main à la pâte. Les mains manipulatrices sont bien celles d'adultes qui diffusent ces images un peu hypnotiques, suivies par plus d'un million de personnes, dans le cas de Miniature Space. La vidéo d'un mini gateau a d'ailleurs été vue 8,5 millions de fois !

Impossible de comprendre ce phénomène étonnant, sans évoquer l'appétence des Japonais pour le fameux "kawaii" qui peut se traduire par "mignon" ou "adorable". Jeux vidéo, mangas, accessoires… toute la société japonaise est revisitée depuis des dizaines d'années à la sauce kawaii. Le personnage le plus emblématique de cette mode est sans nul doute le pokémon Pikachu, mélange d'une peluche et d'un animal de compagnie. On le trouve sous toutes les formes et même imprimé sur les avions de la All Nippon Airways. De la même façon, les jeunes femmes aiment s'habiller en écolière enfantine où le rose et les froufrous sont de rigueur. Avant même l'apparition de la "food miniature", la mode était d'ailleurs au bento kawaii, c'est-à-dire le plat rapide traditionnel, arrangé pour être "mignon."

La mode kawaii date de la fin des années 1960, lorsque la jeunesse mondiale s'enthousiasmait pour la fin de l'autorité. Au Japon, les étudiants protestaient en lisant des mangas pour enfants, plutôt que de se rendre à l'université. Selon le site The Conversation, l'émergence des femmes dans la société s'est ainsi accompagnée d'une mode enfantine, sur le modèle des héros de BD. Dans les années 1990, les entreprises, comme les banques, sentent le filon et se convertissent au kawaii pour séduire les plus jeunes. La société est contaminée par la "mignonité" qu'on retrouve désormais dans de nombreux pays. La "food miniature" n'est qu'une nouvelle illustration et même des objets, destinés à cette nouvelle mode, sortent dans le commerce, comme les traditionnels couteaux japonais.

Mais la fascination pour ces vidéos est peut-être plus complexe. Pour le site hopesandfears.com, ce ne sont pas tant les images mais plutôt les sons, qui entrainent cette obsession, selon une théorie controversée appelée "Autonomous Sensory Meridian Response" (ASMR), en français, "Réponse automatique des méridiens sensoriels." Ce signe évoque une sensation agréable lorsqu'on entend des petits sons que l'on ne détecte pas dans le brouhaha quotidien. Pas de paroles, ni de musique ambiante, les sens de l'ouïe sont décuplés et participent au succès. C'est, par exemple, le cas de cette vidéo. Ajoutez à cela un véritable retour en enfance et vous obtenez un phénomène de mode.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !