Dîner du Crif : la communauté juive sans réel pilote cette année | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Dîner du Crif : la communauté juive sans réel pilote cette année
©

Confidentiel

Dîner du Crif : la communauté juive sans réel pilote cette année

Depuis le départ de l'ancien Grand Rabbin de France, Gilles Bernheim, la communauté juive cherche son leader naturel. Une élection se fait attendre, alors que le 29ème dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) a lieu ce soir.

Depuis la démission de l'ancien Grand Rabbin de France Gilles Bernheim à la suite des mésaventures dont on se souvient - plaggiat, mensonges sur ses diplômes - il n'y a plus vraiment de Grand Rabbin de France. Le Grand Rabbin de Paris, Michel Guggenheim assure bien l'intérim mais rien n'a été prévu, à l'heure qu'il est, pour élire un successeur de plein droit à Gilles Bernheim. Mais à qui incombe la responsabilité d'organiser cette élection ? Au président du Consistoire central Joël Mergui, comme le confirme un proche du dossier. "La nature ayant horreur du vide, c'est Joël Mergui qui représente aujourd'hui le judaïsme traditionnel. Tant qu'il n'y aura pas un nouveau Grand Rabbin de France élu, il continuera de concentrer les pouvoirs". Mais cette vacance commence à agacer beaucoup de monde dans la communauté juive. Une lettre signée par une vingtaine de rabbins et nombre de présidents de communauté adressée à Joël Mergui lui intime d'organiser au plus vite une consultation en bonne et due forme, afin de respecter les statuts de l'institution consistoriale. Par ailleurs, une pétition soutenue par l'association Avenir Du Judaïsme (ADJ) circule dans la communauté juive pour réclamer des élections dans les mêmes termes. Problème : qui a la carrure pour occuper une telle fonction dans le contexte de progression de l'antisémitisme telle qu'elle est constatée en France, notamment par les services du ministère de l'Intérieur ? "Il n'y a pas grand monde, confie un expert des affaires rabbiniques. Guggenheim n'est pas très charismatique, Olivier Kaufmann est trop jeune, le Grand Rabbin de Strasbourg René Gutman, trop vieux et Haïm Korsia trop médiatique". C'est un peu comme à l'UMP, on attend le Messie...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !