+36 % : l'augmentation du chômage des cadres victimes de la crise 2008-2010 (contre 27% "seulement" chez les ouvriers) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
+36 % : l'augmentation du chômage des cadres victimes
de la crise 2008-2010 (contre 
27% "seulement" chez les ouvriers)
©

Happy Hour Atlantico

+36 % : l'augmentation du chômage des cadres victimes de la crise 2008-2010 (contre 27% "seulement" chez les ouvriers)

Chaque soir de la semaine avant de quitter le bureau, les 3 chiffres du jour pour briller en société... ou à la machine à café.

 Timetosignoff.fr

Timetosignoff.fr

Timetosignoff.fr, c'est l'email qui tous les soirs résume l'actualité du jour et en deux minutes fait de vous la personne la mieux informée de votre entourage.

Voir la bio »

A propos du risque pesant sur les dettes souveraines, le fond d’investissement  Américain BlackRock rend public son classement des principaux pays du monde en fonction du risque de défaut sur leur dette (du pays le plus sûr au pays le plus risqué) : La Norvège occupe la première place alors que la dernière (44e) revient à la Grèce. La France quant à elle perd 4 places par rapport au classement précédent et se retrouve 29e derrière la Belgique (28e), les Philippines (24e), la Grande Bretagne (23e), les USA (13e) ou l’Allemagne (10e), mais reste toutefois devant l’Italie (39e)

A propos de la crise qui ne touche pas uniquement les ouvriers victimes de délocalisation, l'Insee publie aujourd'hui une étude montrant qu'entre 2008 et 2010, le chômage des cadres a augmenté de 36%, soit plus que chez les ouvriers (+27%) ou les employés (+28%)

A propos de Total qui à 12 milliards d’Euros affiche des bénéfices quasi records en 2011, le montant d’impôt sur les sociétés acquitté par le Groupe en France cette année sera de 300 millions d’euros (sur un montant total payé en France de 1,2 milliard d’euros)

A lire sur Timetosignoff.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !