Apple inside : le livre qui révèle comment comment Apple (mal)traite ses employés<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Apple inside  : le livre qui révèle comment comment Apple (mal)traite ses employés
©

Pomme + Z

Dans un livre à paraître le 25 janvier, le journaliste Adam Lashinsky révèle les conditions de travail des salariés de la Pomme. Et attention, celles-ci sont fortes éloignées de l'image qu'on peut avoir de la société créée par Steve Jobs...

Des employés mal payés, des conditions de travail difficiles : les révélations faites par le journaliste de Fortune Adam Lashinsky dans "Inside Apple" font froid dans le dos.

Un recrutement en toute discrétion :

Toutes les entreprises ont leur secret, sauf que chez Apple, "tout est un secret", explique Adam Lashinsky dans un article sur CNN.Quand les employés sont recrutés, ils ne savent pas quelle sera exactement leur fonction, et ne sauront peut-être jamais ce que font leurs collègues, apprend-on. "Je savais que mon travail serait lié à l'iPod, mais pas ce qu'était mon rôle exact", rapporte un ancien salarié, dans un article publié sur Business Insider.

Chez Apple, c'est la culture du silence qui prime. Les employés n'ont pas le droit de révéler leur statut. C'est inscrit dans le code de l'entreprise. Même leurs familles n'en sauront rien. Car dans le cas contraire, c'est le licenciement immédiat. Selon Adam Lashinsky, des vigiles seraient même payés pour circuler dans les locaux, afin d'écouter discrètement, ou pas, les discussions entre les employés. Alors bien souvent, le premier jour chez Apple est un peu chaotique : "Personne n'est là pour vous aider à vous connecter à votre ordinateur", explique Adam Lashinsky, sur CNN. Les dirigeants d'Apple considèrent en effet que les nouvelles recrues sont assez intelligentes pour se débrouiller seules avec leur matériel informatique.

L'obsession de la confidentialité :

Chez Apple, certaines équipes seraient également totalement isolées des autres, dans des locaux bouclés par des portes fermées à double tour. Sans savoir pourquoi. Impossible de savoir également ce qui se trouve derrière ces portes.

"Les fenêtres qui autrefois étaient transparentes sont opacifiées. D'autres pièces n'ont plus ou pas de fenêtre du tout". On les appelle les "lockdown rooms", "aucune information n'y entre ou n'en sort sans une bonne raison", explique Adam Lashinsky, dans un article sur CNN.

"Les employés d'Apple savent que quelque chose d'important est en préparation quand les ouvriers entrent dans le bâtiment", ajoute-t-il.

Et pour les employés, impossible de poser des questions.

"Vous n'avez aucun idée de ce qui se passe, et ce n'est pas comme si vous alliez demander. Si personne ne vous a informé, c'est que ce n'est pas votre affaire", explique-t-il dans un article pour le Toronto Star.

Apple, obsédé par la confidentialité. Mais alors, à défaut d'informations, les employés sont-ils bien payés ? Pas vraiment.

Des employés mal payés :

Selon Frederick Van Johnson, ancien employé en marketing chez Apple, "l'argent n'est pas métrique. S'asseoir à un bar et voir que 90% des personne utilisent des produits que votre compagne fait...cela ne vous rapporte rien", affirme-t-il.

"S'ils ne rejoignent pas l'entreprise pour prendre du bon temps (...), ils ne la rejoignent pas non plus pour l'argent", écrit Adam Lashinsky dans Business Insider. Pas de détail supplémentaire pour l'instant. Mais quand on sait que l'entreprise a enregistré un bénéfice 6,62 milliards de dollars au quatrième trimestre 2011, on a de quoi se poser des question.

Alors pourquoi les salariés restent-ils ? Selon Adam Lashinsky, c'est le prestige de l'entreprise qui les pousse à accepter le pire, et aussi le fait de voir tant de gens utiliser les produits Apple.

Le portrait dressé par Adam Lashinsky tranche avec l'image que peut avoir Apple dans l'esprit des consommateurs. Et l'écrivain ne manque pas de rappeler les propos tenus, un jour, par Steve Jobs : "Je ne connais personne qui ne dirait pas que c'est l'expérience la plus enrichissante de leur vie. Les gens aiment ça, ce qui est différent de dire qu'ils prennent du plaisir".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !