Der kleine terroriste : l’Allemagne face à l’effroi de la découverte d’une génération d’enfants terroristes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Der kleine terroriste : l’Allemagne face à l’effroi de la découverte d’une génération d’enfants terroristes
©Reuters

THE DAILY BEAST

Der kleine terroriste : l’Allemagne face à l’effroi de la découverte d’une génération d’enfants terroristes

L’Etat Islamique recrute des jeunes "martyrs" pour ses projets d'attentats en Europe. Cependant, cet enfant allemand est un cas d’exception même selon les standards de Daesh.

Josephine  Huetlin

Josephine Huetlin

Joséphine Huetlin est une journaliste freelance qui rédige notamment des article pour The Daily Beast. 

Voir la bio »

Copyright The Daily Beast - Josephine Huetlin

Berlin - Le plus jeune suspect jamais arrêté en Europe pour des projets terroristes.  

Les recruteurs de l’Etat Islamique recherchent, incitent et embrigadent des jeunes terroristes en France et en Allemagne depuis maintenant plus d’un an, allant jusqu'à utiliser récemment un garçon de 12 ans.

Vendredi, le magazine en ligne allemand Focus a causé un tumulte national après avoir rapporté que deux bombes avaient été posées dans la ville de Ludwigshafen par un jeune habitant de nationalité irako-allemande. Ce jeune "très religieux et radicalisé" a été probablement endoctriné par un membre de l'Etat Islamique, dont on ignore l'identité.

Plus tard dans la journée, les journalistes attendaient avec impatience la déclaration du maire de Ludwigshafen Eva Lohse, qui n'a finalement communiqué que peu d’information. Le suspect de 12 ans est actuellement sous la garde de la protection de l’enfance locale (les enfants de moins de 14 ans ne peuvent pas être accusés de crime en Allemagne), où il ne représente aucun danger. Cinq minutes plus tard, la conférence de presse était terminée, aucune autre question n'étant autorisée.

La presse était tout de même à l'affût et Berlin s’est alarmé : Daesh a-t-il réellement réussi à pousser un enfant à attaquer sa ville natale ? "C’est évidemment un constat choquant", a dit le porte parole du gouvernement Steffen Seibert.

Pendant ce temps, le bureau du procureur fédéral a confirmé vendredi l'ouverture d'une enquête sur la découverte d’une bombe à clou à Ludwigshafen. L’engin a été découvert à proximité du centre commercial de la ville le 5 décembre, la veille de la St Nicolas, un jour férié pendant lequel les enfants vont souvent dans les magasins pour s'y faire offrir des sucreries gratuites.

Cependant, un enfant avait clairement quelque chose d’autre à l’esprit. Un passant a alerté la police à propos d’un sac noir qui avait a priori été déposé dans une poubelle. A l'intérieur du sac se trouvait une boîte de conserve avec des clous scotchés. Le bocal était rempli d’une
mixture pyrotechnique composée de feu d’artifice et de cierge magique (ndlr : forme de feu d’artifice), que la police a par la suite déterminé comme "inflammable mais incapable de réellement exploser".

Le procureur général Hubert Strober a déclaré à propos de ce malheureux petit engin que "le décrire comme une bombe" reviendrait à le "surestimer".

Au marché de Noël de Ludwigshafen, l’humeur reste calme et joyeuse, même si un tel engin a été retrouvé au milieu des carrousels, manèges et vendeurs de saucisse le 26 novembre.   

"J’ai des difficultés avec le fait de voir un garçon de 12 ans comme un terroriste", a dit l’expert en terrorisme Guido Steinberg. "Il est normal que les jeunes commencent à s'intéresser à la politique vers 15 ou 16 ans. Mais à quel point pouvez-vous être politisé à 12 ans ? Il faut davantage se poser la question de ce qu’il se passe dans son entourage, car cet acte criminel ne peut pas venir uniquement de lui".

D’ailleurs, d’après le média public WDR, le garçon a reçu des instructions pour la fabrication de cette bombe par l’application de chat Telegram, ce qui a poussé les enquêteurs à suspecter la participation de Daesh.

Riaz Khan Ahmadzai (17 ans) ainsi que Mohammad Daleel (27 ans) étaient aussi en contact avec des prétendus membres de Daesh via une application de chat en ligne. Ils recevaient des conseils sur la manière de tuer avant d’essayer de commettre des attentats en juillet.

Daleel avait des instructions strictes de ces partenaires en ligne : il devait laisser son sac à dos dans un festival de musique en Bavière et le faire exploser à distance en filmant la scène. Cependant, il s’est accidentellement fait exploser.

Le contact en ligne de Ahmadzai lui avait envoyé un message cet été suggérant de conduir une voiture dans une foule. Ahmadzai a refusé. Il n’avait pas le permis de conduire. A la place, il s'est rendu dans un train régional à Würzburg avec une hache et un couteau, et a sévèrement blessé trois personnes avant d’être abattu par la police.

Daesh, qui n’a aucun scrupule à utiliser les enfants soldats, semble plus qu’heureux de recourir aux enfants et adolescents comme chair à canon en Allemagne et dans d’autres pays européens comme les Pays-Bas, l’Autriche et la France. Ils les atteignent par des applications, la publicité de leurs crimes et ce que l’expert en terrorisme Peter Neumann appelle "la pop culture de l’horreur" : les fantasmes de violences combinés aux images choc et aux jeux vidéos.

Le chef de cabinet de la chancelière allemande Angela Merkel, Peter Altmaeir, a dit ce vendredi que les conditions légales ont été améliorées pour répondre à la radicalisation des mineurs, cependant à l’heure actuelle d’autres actions sont peut-être nécessaires.

L’Allemagne a renforcé ses lois contre le terrorisme cet été pour permettre aux agents des services secrets allemands de suivre et de collecter des informations sur des suspects de 14 ans (le minimum légal avant ces nouvelles lois était de 16 ans). A sa proposition, cette mesure a rencontré beaucoup d’opposition. Mais c’était avant que Safia S. (15 ans) ne plante un couteau de cuisine dans la gorge d’un policier à la station centrale de Hanovre en février dernier.  

L’officier a survécu mais sa blessure était potentiellement mortelle. Sur son téléphone, Safia avait écrit des messages disant qu’elle était en contact avec des "employés" de Daesh qui l’avaient pressé de préparer une "surprise pour les infidèles". C’était "une opération martyre pour la milice terroriste Daesh" d’après les autorités allemandes. Elle est en ce moment en procès pour tentative de meurtre et encourt une peine de 10 ans de prison en cas de condamnation.  

Nous savons un peu plus de choses sur Safia que sur les autres. En effet, elle a gagné une certaine gloire en tant qu'"enfant star des salafistes". Elle a commencé à apparaître sur des vidéos Youtube avec le prêcheur de haine Pierre Vogel à seulement 7 ans. "Jolie tenue", l’avait complimenté Pierre Vogel alors qu’elle portait un foulard qui la couvrait jusqu’aux hanches. Alors qu’elle chante à la caméra, il blague en disant : "tu feras la leçon du jour et je rentrerai à la maison". Sur cette vidéo, elle a 9 ans.

L’islam radical pour enfant ? Ce n’est pas le club Mickey.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !