Doubler le plafonnement du livret A, moins de liquidités pour les TPE ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Doubler le plafonnement du livret A,
moins de liquidités pour les TPE ?
©

Effet collatéral

Doubler le plafonnement du livret A, moins de liquidités pour les TPE ?

François Hollande veut doubler le plafonnement du livret A dans le but de collecter "15 à 20 milliards d'euros" pour la construction de logements sociaux. D’autres pans de l’économie pourraient être touchés.

Hervé Lambel

Hervé Lambel

Hervé Lambel est candidat à la présidence du Medef et co-fondateur du CERF (Créateurs d'emplois et de richesse en France).

D’une lignée d’entrepreneurs, il est diplômé de l’EPSCI (Essec). Il entre en 2000 à la CGPME, puis fonde en 2003 le CERF, dont il devient Président et porte-parole en 2004. Il fait notamment partie des premiers lanceurs d'alerte sur la crise économique et les problèmes de trésorerie des entreprises. Il est également le créateur d’HLDC, société de service et d’investissement.

Voir la bio »

En doublant le plafond du livret A, François Hollande compte attirer des dépôts supplémentaires de la part des 2 millions de Français qui ont atteint le plafond autorisé (15 300 €) pour financer la construction de logements sociaux et favoriser l’accès à la propriété.

Cette proposition, en partie portée par le Cerf et la Fondation Concorde en 2009, visait à l’origine à orienter une part de l’épargne des ménages vers le financement des TPE en s’appuyant sur un produit particulièrement apprécié des Français, le Livret A. Nul doute que sa capacité d’attractivité jouerait à plein. Alors, le candidat socialiste a-t-il raison, notamment de vouloir s’en servir pour financer la construction ?

La fin du monopole de la Caisse d’épargne s’est accompagnée de la généralisation de la distribution du livret A et a été accompagnée d’une modification des règles de centralisation des fonds à la CDC (fixée à 125% des prêts consentis par la Caisse des dépôts). En janvier 2009, c’étaient ainsi près de 5,1 milliards d’euros qui étaient à disposition des réseaux bancaires. La CDC finance notamment le logement, les universités, le développement durable et les PME. Ces dernières faisant l’objet d’une attention croissante de la part de l’institution. Il est donc nécessaire de trouver le moyen d’augmenter les ressources dont elle dispose pour financer les entreprises qui en ont besoin.

L’arbitrage sur le financement de la construction inquiète donc pour le financement d’autres pans de l’économie réelle qui rencontrent des difficultés bien plus importantes pour se financer, les prix de l’immobilier étant encore assez attractifs pour attirer des investisseurs.

Mais à vouloir orienter l’épargne vers un produit aussi attractif que le Livret A, car financièrement perçu comme sûr et fiscalement simple, François Hollande risque en plus de court-circuiter un autre dispositif de son programme. Produit moins connu, le livret de développement durable auquel le candidat à la présidence veut adjoindre un Livret d’épargne industrie en doublant son plafond pour le porter à 12 000 €, loin des 30 000 € du Livret A, fonctionne sur le même modèle. Vers quel produit se tournera l’épargnant ? Le Livret A captera l’essentiel des liquidités, les détournant du financement des TPE et des PME.

On peut ainsi regretter que l’effort qui devrait se concentrer sur les créateurs de richesses qui ont le plus de mal à se financer pour leur permettre de retrouver le chemin de la croissance ne soit pas soutenu. Le choix, en tenant compte du facteur temps, est-il donc celui-ci : donner à un plus grand nombre accès à des logements subventionnés, ou permettre par l’investissement dans la création de richesse, et donc d’emplois, pour retrouver une croissance capable de financer la construction de ces logements ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !