Dany le Rouge à la place de Nicolas le Vert ? Le hold-up raté de Macron… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Dany le Rouge à la place de Nicolas le Vert ? Le hold-up raté de Macron…
©Valery HACHE / AFP

Et ça a fait pschitt !

Dany le Rouge à la place de Nicolas le Vert ? Le hold-up raté de Macron…

Le président de la République aime faire le buzz. Il a été servi.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Daniel Cohn-Bendit a été approché par l'Elysée pour le poste de ministre de l'Écologie. Il l'a confirmé au Journal Du Dimanche en précisant toutefois que "ce n'était pas une bonne idée". Car, a-t-il dit, "je ne suis pas fait pour être ministre". Et finalement, il a dit non. Ce qui est plutôt à son honneur.

Un sursaut de pudeur ? Faisait-il sa mijaurée avant de succomber aux avances de Macron ? Ou peut-être voulait-il obtenir que son ministère soit doté des pouvoirs les plus élargis possibles ? On ne sait. On a été fixé dimanche. Non, a-t-il dit.

Le jeune rouquin qui défiait les CRS devant la Sorbonne en mai 68 a vieilli. L'âge qu'il a aujourd'hui ne peut lui être imputé à charge. Mais il y a vieillir et vieillir. On peut vieillir bien. Tel n'est pas le cas de Dany ex- le Rouge.

S'amouracher de Macron comme il l'a fait, c'était pour le moins manquer de respect à l'égard de ce qu'il symbolisa dans sa jeunesse. Bien sûr, il n'est pas interdit de changer et d'abandonner ses rêves de révolution permanente. Mais de là à se jeter dans les bras d'un ancien banquier qui personnifie l'argent et la réussite des startups milliardaires…

Quant à Macron, on comprend bien pourquoi il a tenté de mettre le grappin sur Cohn-Bendit. Si l'affaire s'était faite cela lui aurait permis de mettre un peu de cirage rouge sur ses petits escarpins. Les télévisions auraient repassé en boucle les images de mai 68. On aurait eu droit aux chansons de Ferrat et de Moustaki. Et pendant ce temps-là, on n'aurait pas parlé d'écologie dont Macron n'a strictement rien à f…

Sauf, en affichant sa volonté de lutter contre le réchauffement climatique, pour gagner quelques points chez les écolos et les bobos. Un des slogans les plus connus de mai 68 fut "sous les pavés la plage". Daniel Cohn-Bendit s'est aperçu que sous les pavés, il y a aujourd'hui le glyphosate. Et il a compris que comme Hulot, il s'y serait cassé les dents. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !