Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Une enseignante distribue des documents aux élèves d'une salle de classe d'un lycée à Rennes, le 1er septembre 2020.
Une enseignante distribue des documents aux élèves d'une salle de classe d'un lycée à Rennes, le 1er septembre 2020.
©Damien Meyer / AFP

Lutte contre la pandémie

Covid-19 : le projet pilote venu du Nebraska qui prouve que nous sous-estimons (et gérons très mal) les contaminations dans les écoles

L’étude menée par une équipe universitaire indique que les taux d'infection détectés étaient 2,5 fois plus élevés pour le personnel et près de 6 fois plus élevés pour les étudiants que ce qui était observé de manière routinière.

Michaël Rochoy

Michaël Rochoy

Le Dr. Michaël Rochoy est Médecin généraliste, PhD, spécialiste de la pédiatrie et du Covid-19 chez les enfants. Il est également membre du Collectif Du Côté de la Science.

Voir la bio »
Jérôme Marty

Jérôme Marty

Président de l'Union française pour une médecine libre, Jérôme Marty, est médecin généraliste et gériatre à Fronton, près de Toulouse.

Voir la bio »

Atlantico : Une étude menée dans des écoles du Nebraska indique que les taux d'infection détectés étaient 2,5 fois plus élevés pour le personnel et près de 6 fois plus élevés pour les étudiants que ce qui était observé de manière routinière. Les chercheurs ont utilisé des tests salivaires PCR hebdomadaires et l’échantillonnage environnemental qui a systématiquement révélé la présence de SARS-CoV-2 dans les eaux usées des écoles. Des échantillons positifs d'air et de surface ont également été trouvés. Cette étude montre-t-elle qu'il nous reste des progrès à faire dans la détection de cas à l’école ? Nos méthodes actuelles (et leur application réelle) permettent-elles une juste estimation ?

Michaël Rochoy : A part Jean-Michel Blanquer pour qui il faut « arrêter d'être obnubilé par le rôle de l'école dans les contaminations », tout le monde est d'accord pour dire qu'on se contamine à l'école et que c'est plus fréquent qu'on le pense parce que les enfants sont plus souvent asymptomatiques et parce qu'il y a ce discours ambiant des autorités selon lequel il ne se passe rien dans les écoles. Même si les chiffres sont difficilement transposables à la France, le message de cette étude c’est : quand on cherche, on trouve. Je pense néanmoins que nous sommes sur la bonne voie grâce aux tests salivaires qui sont (enfin) pratiqués et dont on devrait bientôt pouvoir exploiter les données en open data.

Jérôme Marty : On le sait depuis des mois qu'il y a une grosse diffusion virale dans les écoles. Jean-Michel Blanquer est dans la négation permanente. Il y a une volonté manifeste de minorer ce risque pour justifier l'ouverture alors que le virus circule. Les mesures sont certes en progrès mais ne sont pas appliquées partout comme il le faudrait. Des professeurs racontent avoir reçu les autotests mais aucune consigne sur la procédure. Certaines écoles n'en ont pas. Les demi-jauges ne sont pas respectées partout. Pour la sécurisation des cantines, c'est encore flou. On ne sait pas trop ce qu'ils vont faire. Les tests salivaires, on ne sait pas vraiment si c'est suffisamment pratiqué. Beaucoup d'enseignants m'ont dit que non. Cette étude vient corroborer ce qu'on nous dit depuis des mois à savoir que les écoles sont pourvoyeuses de la contamination.

Y a-t-il des méthodes utilisées par les chercheurs dont on pourrait s’inspirer pour mieux repérer le virus dans les écoles ?

Michaël Rochoy : L'étude de l'environnement est certainement une piste à creuser. On pourrait imaginer un détecteur qui repère certains germes ou certains aérosols dans la classe. C’est plus de la recherche et développement mais ça mérite une réflexion.

Jérôme Marty : En lisant cette étude, la question qu'on peut se poser c'est pourquoi on n’étudie pas systématiquement les eaux usées à la sortie des écoles. C’est ce que font les marins-pompiers de Marseille. Ça, n'importe quelle municipalité pourrait le mettre en œuvre. 

À Lire Aussi

Covid-19 : Une étude américaine menée sur plus de 500 000 parents confirme que l’école est un lieu de contamination important. Mais des solutions existent pour en réduire drastiquement le risque

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !