Coupe du monde 2014, ce qui nous attend : plus de télé mais moins d'électricité, plus de cigarettes mais moins de sexe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Coupe du monde 2014, ce qui nous attend : plus de télé mais moins d'électricité, plus de cigarettes mais moins de sexe
©

Et vous ?

Coupe du monde 2014, ce qui nous attend : plus de télé mais moins d'électricité, plus de cigarettes mais moins de sexe

La 20e édition de la Coupe du monde de football commence ce jeudi soir par le match Brésil-Croatie.

C'est parti pour la Coupe du monde de football 2014, la fin d'une interminable attente pour tous les fans de football. Ce jeudi 12 juin à 22h00 (heure française), place au jeu avec le match d'ouverture opposant le Brésil à la Croatie. Voici l'occasion rêvée de décrypter la manière dont les Français vont vivre cette compétition planétaire : suivent-ils tous les matches ? Où les regardent-ils ? Quel est le repas typique des téléspectateurs ? Les Français vont-ils parier sur les rencontres ? Quelle boisson privilégient-ils ? 

Des pratiques de consommation françaises insolites

Durant le Mondial, on constate une baisse de 12% de la consommation d'électricité. En effet, les soirs de matches, il y a regroupement en famille ou entre amis autour du même écran, ce qui réduit les besoins en éclairage et l'usage d'appareils électroniques. Un phénomène constaté par EDF depuis la Coupe du monde 1982.

Les buralistes bénéficient aussi indirectement de "l'effet Coupe du monde". En effet, selon un sondage réalisé par TNS Sofres, les ventes de paquets de cigarettes augmentent de 21% durant le Mondial. La tension étant à son paroxysme pendant certaines rencontres, les fumeurs allument davantage de cigarettes. 

Lors de la Coupe du monde 98 en France, les opérateurs de téléphonie mobile avaient constaté d'importants dépassements de forfaits en juin et en juillet. En moyenne, les Français dépassaient de 16 minutes le temps accordé par leur forfait. Les résultats des Bleus y étaient sans doute pour quelque chose...

Enfin, si les matches de football permettent des rapprochements entre amis ou voisins, ils ne seraient pas propices aux relations intimes. En effet, 36% des hommes de 24 ans et plus ont indiqué dans une enquête qu'ils feraient sans doute moins l'amour durant la période du Mondial. 6% disent même qu'ils n'auront pas de rapports sexuels.

 

La Coupe du monde intéresse-t-elle toujours autant les Français ? 

Sublime en 1982 et 1986, absente en 1990 et 1994, championne en 1998, ridicule en 2002, vice-championne en 2006 et honteuse quatre ans plus tard, la France ne laisse jamais indifférente et les Français ont tendance à suivre leur équipe au gré de ses résultats. L'équipe de France est depuis quelques matches sur une bonne dynamique et enchaîne les prestations convaincantes. Suffisant pour que les Français suivent la compétition ? 

 

Selon une enquête menée par Bonial, les Français vont majoritairement suivre ce Mondial brésilien. En effet, 81% des personnes interrogées assurent qu'elles s'intéresseront à la Coupe du monde. En revanche, tous les Français ne sont pas accros au foot : s'ils sont 36% à affirmer qu'ils regarderont "le plus de matches" possibles, 33% des personnes interrogées avouent qu'ils ne verront que les "gros matches". Ce sondage montre enfin que 12% des Français ne suivront que l'équipe de France durant cette compétition. 

Mais un sondage YouGov pour le site internet Bons-de-reduction.com donne des chiffres quelque peu différents. Selon cette enquête, seulement 55% des Français comptent regarder la Coupe du monde : parmi eux, 9% comptent suivre l'intégralité des matchs, alors que 17% envisagent de regarder au moins la moitié des rencontres. Seule similitude : 12% des personnes interrogées reconnaissent qu'elles ne s'intéresseront qu'aux matchs des Bleus. 

Une dernière enquête réalisée par KantarSport montre que plus d'un Français sur deux s'intéressera au Mondial brésilien. Plus précisément, selon ce sondage, 64% de la population française a l'intention de suivre la compétition. En clair, 16,3 millions de Français âgés de 15 à 65 ans disent être intéressés par le ballon rond : à noter également qu'un homme sur deux devrait  regarder un maximum de matches. Chez les femmes, 44% ne s'intéresseront qu'aux aventures des Bleus tandis que 20% regarderont tout de même les plus belles rencontres. L'étude de YouGov révèle de son côté que 48% des femmes françaises prévoient de ne suivre aucun match.

Comment les Français comptent-ils suivre le Mondial ?

Sans surprise, la télévision sera le moyen de diffusion le plus utilisé et ce quelque soit le sondage. Selon l'enquête menée par KantarSport, 98% des personnes interrogées assurent qu'elles regarderont les matches sur leur télévision. Un chiffre qui devrait ravir les annonceurs, qui seront donc sûrs de toucher un maximum de monde à travers les écrans publicitaires. Selon l'édition du 6 mars de L'Equipe, ces derniers se monnaieront, pour les matches des Bleus, entre 165 000 et 357 000 euros les 30 secondes. L'enquête de Bonial montre même que plus d'un Français sur cinq (21%) souhaite profiter du Mondial pour acheter un nouveau téléviseur.

Selon un sondage TNS Sofres pour l'Observatoire des Loisirs PMU, la télévision restera le moyen privilégié pour suivre les matches pour 92% des Français. Concernant les résultats des rencontres, ce sondage montre qu'Internet tient la corde : 30% des personnes interrogées disent regarder les résultats sur le web, suivi de près par la presse (20%) et la radio (18%). L'essor des tablettes et des smartphones se confirme : ces deux outils ont été respectivement cités par 10 et 12% des personnes interrogées.

Le sondage TNS Sofres révèle aussi que plus de huit Français sur dix (85%) qui suivront la Coupe du Monde de football à la télévision utiliseront un second écran pour chercher des informations, échanger sur les réseaux sociaux ou parier sur des sites de jeux en ligne. Si les Français regarderont donc majoritairement la compétition devant une télévision, ils ne le feront pas toujours à domicile. En effet, selon l'étude de KantarSport, 21% d'entre eux comptent bien se rendre dans des bars et des restaurants pour suivre les matches.

 

Quelle alimentation pendant la Coupe du monde ?

La bière sera la boisson idéale pour regarder les matchs de la Coupe du Monde de Football, selon un sondage LSA/Toluna. La bière est plébiscitée à près de 50% par les spectateurs hommes contre 29% pour les femmes mais 35% pour les 18-34 ans. 

Suivent de près les sodas et boissons gazeuses (37,7%), puis les jus/boissons aux fruits (30 %), l'eau de source/minérale (27,8 %), les boissons chaudes café/thé (22,4%), l'eau du robinet (17,2%), le thé glacé (12,9%), le champagne/cidre/alcools pétillants (10,1%), les alcools forts/cocktails (8,6 %), le vin (7,8 %) et les boissons énergisantes (5,2%).

L'enquête menée par Bonial montre que le trio pizza (36,7%), bière (34,6%) et chips (25%) sera le régime favori des Français pendant ce mois de compétition. Suivent ensuite les sodas pour 14,9% des personnes sondées et le vin (11,7%).  Un sondage Ipsos pour Pizza Hut révèle enfin que 66% des personnes interrogées citent la pizza lorsqu’il s’agit de désigner l’élément incontournable pour un repas de Mondial. Cet aliment arrive en tête devant les biscuits apéritifs et chips (47%) et les sandwichs (22%). Près des trois quarts des personnes ayant l’intention de suivre la Coupe du monde (73%) pensent même qu’elles mangeront au moins une pizza devant un match. Côté boisson, la bière (62%) décroche très largement la palme, loin devant les sodas (36%), l’eau (28%) et les jus de fruits (19%).

 

Les Français et les paris 

Selon l'enquête TNS Sofres pour l'Observatoire des Loisirs PMU, 100 millions d'euros de mises sont attendus sur les 64 rencontres du Mondial chez les onze opérateurs français de paris sportifs agréés. Le PMU dit détenir 25% de part de marché des paris sportifs ; à noter que l'Euro 2012 avait généré 30,8 millions d'euros de mises. Ce sondage montre ainsi que les Brésiliens devancent largement leurs concurrents avec 43% des pronostics, devant l'Espagne (10%) et l'Allemagne (6%). Pour les buteurs, l'Argentin Lionel Messi a la faveur des Français (21% des pronostics), juste devant le Portugais Cristiano Ronaldo (20%) et le Brésilien Neymar (10%).

L'étude menée par Bonial indique toutefois que les Français ne vont pas parier de fortes sommes. En effet, 20,5% des personnes interrogées déclarant parier pendant la compétition ne miseront qu'entre 1 et 20 euros. 6,7% des Français parieront des sommes comprises entre 21 et 100 euros et 5,1% plus de 100 euros, mais 67,8% des personnes interrogées assurent qu'elles ne feront aucun pari. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !