Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
©YANGZHOU

2019-nCov

Coronavirus : l’usine (chinoise) du monde se grippe, la croissance mondiale tousse de plus en plus

La croissance chinoise tousse, le marché mondial souffre. Le coronavirus a changé la donne en Chine. Quelles sont les perspectives en termes de croissance chinoise pour l'année 2020 ?

Mathieu  Mucherie

Mathieu Mucherie

Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.

Voir la bio »

Atlantico.fr : Fin 2019, les dépenses d'investissements en Chine avaient permis d'enregistrer une hausse de commandes des machines-outils. Le cours des actions des sociétés augmentaient. Mais le coronavirus a changé la donne. Quelles sont les perspectives en termes de croissance chinoise pour l’année 2020 ?

Mathieu Mucherie : Ce sont des perspectives qui sont difficiles puisqu'on avait déjà des éléments de ralentissement internes, endogènes et naturels, ils étaient plutôt bien conduits puisque c'était un ralentissement en bon ordre de la macroéconomie chinoise, un petit peu en dessous de 6% probablement. A cela s'est ajouté quelque chose d'imprévu et moins positif, le coronavirus. Sans compter la taxation de 20% des importations chinoises aux États Unis, passant de 3% à 19%. 

Beaucoup de gens voulaient aller en Chine et ne peuvent pas y aller, les usines chinoises qui tournaient à plein régime et ne peuvent plus tourner. Cela créé un deuxième facteur de ralentissement externe en plus de Trump, ça finit par faire beaucoup. Les chinois auront du mal à faire les 5.7% cette année. Ça n’a l'air de rien mais pour les autorités c'est un vrai problème, puisque que cela veut dire que leur engagement n'a pas été tenu. Les autorités ont donc injecté des sommes importantes via la Banque Centrale. Avec du monétaire, du budgétaire peut être du réglementaire et du fiscal, la Chine va essayer de pas pas être trop en dessous de 5.7%  pour la croissance 2020 et cela va aussi dépendre de l'ampleur du coronavirus. 

En ce moment, on voit  des villes zombies, où il n'y a plus grand monde dans les rues : ce sont donc des reports de consommation, ce qui est très embêtant c'est quand c'est de la perte sèche donc des transactions annulées et pas simplement repoussées dans le temps. Tant que cela est reporté au 2ème trimestre ou au 3ème ça va. Si vous avez des pertes sèches importantes notamment dans le terrain industriel, là c'est plus délicat et donc c'est très probable qu'ils aient du mal à atteindre les 5,7 je pense. `

Avec l’épidémie du coronavirus,  plusieurs entreprises n'arrivent pas à fournir leur produit à temps. Tesla, notamment… 

Effectivement, et c’est pour cela que les estimations sont probablement sont beaucoup trop gentilles en prévoyant une baisse de l'économie chinoise de un dixième ou deux dixième, ainsi qu’en affirmant que l'économie mondiale serait à peine affectée. Je pense que la croissance chinoise va être plus affectée que ça, de même pour la croissance mondiale. On va comptabiliser de nouvelles transactions qui en réalité n'auront pas de consistances véritables, qui seront que des effets reports de ce qu'on n'observe plus aujourd’hui. Certains pays détournent les flux et bénéficient d'un petit élément accélérateur, ce sont les vietnamiens et les thaïlandais.

Les marchés n’ont ils pas intérêt à se décentraliser ? 

L’avantage de la Chine est qu’elle a un gigantesque marché intérieur, on peut profiter de la main d’oeuvre chinoise qui monte en gamme et qui peut faire des produits de plus en plus évolués, des véhicules électriques prenium... Puis vous bénéficiez du consommateur final chinois qui va être la ressource la plus précieuse au 21ème siècle, des gens qui s’enrichissent de façon considérable, on ne peut pas faire sans. Ce n’est plus tellement une option d’aller en Chine. Faire sans 20% du PIB mondiale ça devient de plus en plus compliqué. Les chinois sont très connectés donc ce qui est visé c’est pas les capacités de production chinoises, c’est cette énorme marché  intérieur qui se constitue depuis qq années et qui est l’eldorado des grandes multinationales et ça va continuer, si Tesla c’est implanté à Shangaï c’est évidemment pour produire sur place des véhicules, mais c'est bien dans l’idée qu'en 2025 le parti a envie que 10% de la flotte soit électrique. Nonobstant ce coronavirus, jusqu’ici tout va bien. 

Rééquilibrer l'offre et la demande n'est donc pas nécessaire ? 

Si à un moment on a mis l’usine du monde à côté des cotes chinoises, c’est pour une bonne raison. Les entreprises de façon décentralisées ont décidé de mettre des sites de productions chinoises sur les côtes chinoises parce que c'était intéressant de le faire dans le cadre d’une défragmentation des chaînes de valeurs dans le cadre de la mondialisation. Maintenant, quelques entreprises se disent que finalement rebâtir cela chez soi ça peut être intéressant. Comme Tesla, par exemple, qui a surtout des usines aux Etats Unis mais qui développe à présent en Chine et en Allemagne. Ça veut dire qu’ils ont pas des myriade de sous-traitants et ont une tendance à tout intégrer et à faire 80% d’une voiture. Ce modèle de production est intéressant et il peut-être problématique pour les chinois à moyen terme car ils ne seront plus l’usine du monde.

Les chinois ont-ils alors tout intérêt à rester "l’usine du monde " ? 

Les chinois n’ont plus intérêt à être l’usine du monde quand on y réfléchit, ils ont beaucoup progressé dans les services, l’éducation, la santé, bientôt en finances, il y a déjà une sorte de big bang financier au ralenti qui se met progressivement en place. Pour la Chine cela peut peut être intéressant. La monté en gamme de la Chine et du consommateur chinois va plutôt bien dans une économie plus douce et moins spartiate. Il n’y a pas besoin de rééquilibrer l’offfre et la demande , il y a eu un moment où les usines se sont mis en Asie, elles y resteront car actuellement quand elle sont transférées elles le sont au Vietnam ou en Thailande, c’est également des pays asiatiques et puis pour le reste si la Chine devient moins manufacturier ça me va.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !