Les Français contre la présence de Contador au Tour de France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Contador est suspecté de dopage lors du Tour de France 2010...
Contador est suspecté de dopage lors du Tour de France 2010...
©

Sondage

Les Français contre la présence de Contador au Tour de France

Suspecté de dopage lors du Tour de France 2010 par l’Union cycliste internationale, l’espagnol Alberto Contador, s’apprête à prendre le départ de la prochaine édition.

Suspecté de dopage lors du Tour de France 2010 par l’Union cycliste internationale mais autorisé à courir du fait du report de son audition devant le Tribunal Arbitral du Sport (TAS), l’espagnol Alberto Contador, triple vainqueur de la Grande Boucle, s’apprête à prendre le départ de la prochaine édition dont le prologue se déroulera en Vendée le 2 juillet prochain.

Dans ce contexte, interrogés par l’IFOP pour la radio Alouette, 63% des Français se disent défavorables à la présence du coureur espagnol sur les routes hexagonales en juillet prochain, 12% seulement n’y étant pas opposés. Ce fort rejet apparaît encore plus marqué auprès des interviewés âgés de 65 ans et plus (67%) et des hommes (69%), et en dépit de scores différents, toutes les catégories de population interrogées s’y opposent majoritairement - signe d’une réticence profonde de l’opinion et d’un probable consensus autour du souhait de rendre ce sport plus propre, notamment en France. Notons par ailleurs que ce sont les habitants du Grand Ouest qui expriment la réticence la plus forte (66%) et qu’à l’inverse, près d’un tiers des jeunes âgés de 18 à 24 ans se disent favorables à sa participation (28%).

Sondage exclusif IFOP pour Alouette : 63% des Français opposés à la présence de Contador au Tour de France 2011

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !