Connaissez vous le palladium ? Il vient de devenir le métal le plus cher au monde | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Connaissez vous le palladium ? Il vient de devenir le métal le plus cher au monde
©WikimediCommons/CC by 3.0/Hi-Res Images of Chemical Elements

Demande

Connaissez vous le palladium ? Il vient de devenir le métal le plus cher au monde

Le palladium, métal précieux utilisé particulièrement par l'industrie automobile, est devenu depuis quelques temps plus cher que l'or, et désormais est même plus cher que le platine.

Philippe Chalmin

Philippe Chalmin

Philippe Chalmin est professeur d’histoire économique à l’Université Paris-Dauphine où il dirige le Master Affaires Internationales. Membre du Conseil d’Analyse Economique auprès du Premier Ministre, il est le président fondateur de CyclOpe, le principal institut de recherches européen sur les marchés des matières premières.

Il est l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages, dont le récent « Demain, j'ai 60 ans : Journal 2010 - 2011 ».

Voir la bio »

Atlantico.fr : La croissance de la valeur du palladium continue-t-elle sur sa lancée?

Philippe Chalmin : Il est surtout important que le palladium soit devenu plus cher que le platine. Il y a deux métaux principaux dans la famille des platinoïdes; ce sont le platine et le palladium. Normalement le platine était le grand frère, le palladium était moins utilisé. Il pouvait être jusqu'à trois fois moins cher que le platine. En effet en 2011, le platine valait 1 800 dollars l'once, le palladium valait 600 dollars l'once. Aujourd'hui c'est l'inverse: le palladium vaut 1 700 dollars l'once (200 dollars l'once de plus que l'or), et le platine vaut aujourd'hui 800 dollars l'once.

Pourquoi une telle inversion?

Pour une raison simple: nous assistons à une évolution dans les utilisations de ces métaux. Une bonne partie du platine était utilisée dans les pots catalytiques des véhicules diesel. Il ne vous a pas échappé qu'aujourd'hui la tendance est allée vers les véhicules à essence normale. Or, les pots catalytiques de ces véhicules utilisent non pas du platine, mais du palladium. Il y a donc une demande forte de palladium, une véritable flambée des courts du palladium.

L'inversion est donc due à une inversion de la demande; les productions de platine et de palladium sont d'ordre comparable.

La demande pour le platine est plus équilibrée que la demande pour le palladium. Il y a en effet une demande pour les voitures mais aussi pour la joaillerie – en effet, les femmes ne portent pas de palladium, mais de l'or blanc, qui est du platine. Toutefois, le gros de la demande pour le platine vient de l'industrie automobile, et cela fait quatre ou cinq ans que le marché est déficitaire, et donc que les stocks ne cessent de diminuer.

Dans la famille des platinoïdes, il faut noter que le métal le plus cher reste le rhodium, ce qui est plus confidentiel. Il est aussi un peu utilisé dans l'industrie automobile.

La flambée du palladium est-elle partie pour durer?

C'est incertain, il faut bien s'en rendre compte. On peut en effet bien s'imaginer que les industriels de l'automobile vont faire tout ce qu'ils peuvent pour utiliser plus de platine dans les pots catalytiques et ainsi remplacer autant que faire se peut le palladium.

La Commission Européenne inclue le palladium dans les métaux qu'elle qualifie comme "critiques". Quel pays produit le palladium?

Les géographies de production du platine et du palladium sont assez différentes. La moitié de la production de platine provient d'Afrique du Sud, la Russie ne joue qu'un rôle secondaire, alors que le premier producteur mondial de palladium, à un quart de la production mondiale, c'est la Russie, devant l'Afrique du Sud.

Est-il vraiment difficile d'augmenter la production dans ces pays, ou fait-on face à un scénario de manipulations des prix?

Nous n'en sommes pas totalement sûrs. Ce qui est clair, c'est que l'Afrique du Sud souffre tout de même de problèmes de production, en particulier en terme d'alimentation électrique, et il n'y a pas énormément de palladium. Les marges de manœuvres de production restent donc limitées. En Russie, la production reste relativement faible aussi. Mais le principal producteur mondial de palladium, le russe Norilsk Nickel, a annoncé des investissements relativement importants, ce qui pourrait modifier la production de manière significative pour les prix.

Ce qui s'est beaucoup développé, c'est le recyclage; il représente aujourd'hui un tiers de l'offre mondial. C'est assez logique, finalement.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !