Conférence de Presse : François Fillon trouve enfin les mots | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Conférence de Presse : François Fillon trouve enfin les mots
©AFP

Mea-Culpa

Conférence de Presse : François Fillon trouve enfin les mots

Après une séquence difficile pour François Fillon, ébranlé par plusieurs accusations, le candidat des Républicains a donné une conférence de presse ce lundi 6 février où il s'est expliqué et a su se montrer plus convaincant.

Anita Hausser

Anita Hausser

Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003). Elle a également réalisé les documentaires Femme députée, un homme comme les autres ? (2014) et Bruno Le Maire, l'Affranchi (2015). 

Voir la bio »

Atlantico : Qu'en est-il de l'efficacité de cette conférence de presse ? François Fillon a-t-il réussi à apaiser les tensions et atténuer la polémique ?

Anita Hausser François Fillon a tout mis sur la table et a repris la main politiquement. Le candidat était sous pression, il ne pouvait pas attendre l'échéance des quinze jours de répit  qu'il avait  réclamé aux parlementaires mercredi dernier. Pour lui, il était d'autant plus important de s'exprimer que le noyau dur de son électorat ne l'abandonne pas. On voit dans le sondage du JDD que si seulement 32% des Français souhaitent le maintien de sa candidature, 64% des électeurs Les Républicains y sont pour leur part favorables. Il fallait qu'il réagisse. Il l'a fait en changeant de discours ; il ne parle plus de coup d'Etat institutionnel, ni de misogynie à l'égard de sa femme, et il présente des excuses, tout en passant à la contre-offensive. François Fillon a surtout démontré qu'il est le candidat légitime, désigné par plus de 4 millions de Français qui ont voté pour lui aux primaires, et qu'il est impensable qu'un autre candidat puisse être désigné par une assemblée restreinte d'une vingtaine de personnes. Donc, il n'existe pas de plan B !  Il a réussi à créer la situation qui fait que même ceux qui commençaient à s'opposer à sa candidature se disent désormais qu'ils n'ont pas le choix.

Il a été efficace vis-à-vis de son camp. Il a coupé court aux rumeurs qui annonçaient son retrait, et coupé l'herbe sous le pied de ceux qui s'apprêtaient à lancer une pétition dans ce sens .Du coup, le député LR du Rhône, Georges Fennec, est rentré dans le rang avec, cependant, un avertissement : " J'espère ne pas avoir la gueule de bois le 23 avril" (date du premier tour de la présidentielle).

Pour juger de l'efficacité de cette conférence de presse dans l'opinion, il faudra attendre les premières retombées dans les sondages , car à l'heure où le candidat s'exprimait, les Français n'étaient, pour la majorité, pas devant leur écran mais au travail. 

A lire également sur notre site : "Opération conférence de presse réussie sur ses électeurs : 58% des sympathisants de la droite et du centre ont trouvé François Fillon convaincant (contre seulement 26% des Français)"

En dépit des polémiques qui mettent à mal sa campagne, François Fillon garde un électorat solide malgré une légère baisse. Pour quelles raisons ? A-t-il su infléchir l'opinion publique lors de cette conférence ? 

Les électeurs de François Fillon adhèrent clairement à son programme, même si une frange centriste souhaite des infléchissements dans le domaine social . Mais ils veulent tous en finir avec la gauche et ne veulent pas du Front national. De plus, ils ne veulent pas non plus d'Emmanuel  Macron dont ils ne connaissent pas le programme et qu'ils considèrent comme un candidat de gauche... Donc pour eux, il n'existe pas d'alternative. Pour eux, le programme que porte aujourd'hui le candidat des Républicains prime sur les attaques dont il est la cible. A noter aussi qu'une bonne partie de son électorat estime que François Fillon est victime d' un acharnement. Que trop c'est trop, qu'il avait commis des erreurs, mais pas plus que d'autres ! Ses électeurs ont peut être perdu leurs illusions mais ils recherchent l'efficacité et François Fillon a un programme auquel ils adhèrent. Le candidat a déjà apporté des nuances à sa ligne dure en proposant une augmentation des petites retraites et des petites pensions de réversion. Son programme (inaudible à cause du Penelopegate), est aujourd'hui  plus acceptable pour un électorat modéré, indispensable pour faire une majorité... 

François Fillon a fait deux mea culpa : le premier concerne sa collaboration avec sa famille, une pratique "aujourd'hui refusée par les Français" ; et un deuxième sur le fait d'avoir effectué, jusque-là, une campagne solitaire. Que retenir de ces excuses ? Est-ce l'amorce d'un changement de méthode du candidat des Républicains ?

En présentant des excuses, François Fillon s'adresse directement à son électorat, lui dit qu'il a entendu sa réprobation et ses interrogations. Les Français aiment les excuses et c'était une démarche  incontournable, même si le geste a dû être difficile pour un caractère introverti comme le sien. François Fillon ne s'excuse pas pour le montant des sommes allouées à son épouse ou à ses enfants, en justifiant leur légalité, mais cela laisse le champ ouvert à ses opposants. Il rebondit en revanche en jouant la transparence totale sur ses biens immobiliers et ses comptes en banque. Il sera, de toutes façons, obligé de déclarer son patrimoine en sa qualité de candidat à la présidence de la République  .Il prend les devants en raison des circonstances. Pour montrer sa bonne foi, il va même publier les revenus de sa femme sur internet. Et aujourd'hui, cette démarche a une portée politique. 

Quant  à la "campagne nouvelle" qu'il a annoncé, elle montre que François Fillon a entendu le message de ceux de son camp, qui lui ont reproché de ne pas aller suffisamment au contact des Français, et de passer trop de temps en réunion à Paris. En fait, après sa victoire à la primaire, François Fillon n'a pas  "embrayé" directement en relançant sa campagne, ce qui a créé un flottement et provoqué des doutes autour de lui. Il faut comprendre que dorénavant, sa campagne sera plus active, moins individuelle, plus empathique ... François Fillon a un caractère pudique, et cette affaire l'obligera finalement à sortir ses tripes. Conséquence logique après avoir subi un choc qui a provoqué un électrochoc.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !