Concurrents ou complémentaires ? Inventaire des propositions politiques concrètes faites par les poids lourds UMP depuis la défaite Sarkozy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Fillon veut rétablir les comptes publics.
François Fillon veut rétablir les comptes publics.
©Reuters

Grand inventaire

Concurrents ou complémentaires ? Inventaire des propositions politiques concrètes faites par les poids lourds UMP depuis la défaite Sarkozy

Le sort de l'UMP n'a jamais été aussi incertain que depuis que l'affaire Bygmalion a éclaté. Toute la question est maintenant de savoir lequel des ténors du parti saura imposer sa vision de la droite.

Jean Petaux

Jean Petaux

Jean Petaux est docteur habilité à diriger des recherches en science politique, spécialiste de la vie politique française. Il s’est aussi spécialisé dans l’analyse localisée de la politique. Il dirige une collection aux éditions « Le Bord de l’Eau » intitulée : « Territoires du politique ». Prochain livre à paraître : « Entretiens avec Jacques Valade » (octobre 2021). Officier des Palmes académiques, il est, par ailleurs, membre associé de l’Académie nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux.  

Voir la bio »

Précaution de principe : cet exercice est forcément réducteur et simplificateur. L’auteur revendique ici sa libre perception des positions des uns et des autres et la subjectivité consubstantielle à cette présentation. Les acteurs ne se reconnaitront sans doute que très partiellement dans l’objectivation de leur projet politique, de la même manière qu’il est rare qu’un portrait crayonné par un physionomiste convienne sans réserve au modèle lui-même…

Jean-François Copé

  • Jusqu’au 27 mai 2014 : s’efforçait de jouer son rôle de président (faible) du premier parti d’opposition, sans parvenir à autre chose qu’à donner l’impression de courir après les thèmes et les idées du Front national.
  • Partisan de l’orthodoxie financière donnant parfois l’impression de surajouter aux mesures de rigueur présentées par l’actuel gouvernement pour ne pas apparaître, là aussi, comme "en panne" ou "suiviste".
  • Soucieux de donner le sentiment de protéger Nicolas Sarkozy tout en ne s’interdisant pas un "droit d’inventaire" jamais conduit à son terme par crainte, sans doute, de représailles futures du "fantôme de l’Elysée"

François Fillon

  • Renforcer la rigueur pour rétablir, y compris par une grave cure d’austérité, les comptes publics dans le cadre des normes européennes.
  • Allonger le temps de travail et la durée des cotisations pour redresser les comptes des retraites.
  • Abroger totalement la loi sur les 35 heures.
  • Elaborer un projet politique en rupture avec ce qui est fait depuis 20 ans.
  • Réviser la politique d’immigration afin de ne pas donner du "grain à moudre" au FN.
  • Pas de remise en cause de la loi sur le "Mariage pour tous".
  • Pas de renforcement de la coopération européenne.
  • Favorable aux primaires pour désigner le candidat de l’UMP à l’automne 2016.

 

Alain Juppé

  • Retrouver la configuration politique mise en place à la création de l’UMP en 2002 : un grand parti regroupant toutes les composantes allant du centre-droit à la droite républicaine (en 2002 : RPR + UDF).
  • Refuser toute forme de compromis avec le Front national, y compris dans le domaine des idées et des thématiques développées par l’extrême-droite.
  • Pas de remise en cause de la loi sur le "Mariage pour tous".
  • Promouvoir une Europe fédérale avec un renforcement du couple "franco-allemand".
  • Favorable aux primaires pour désigner le candidat UMP au printemps 2016.

 

Laurent Wauquiez

  • Aucun thème et sujet n’est tabou : "Le FN pose de bonnes questions mais apporte de mauvaises réponses" : il ne faut donc pas hésiter à reprendre les problèmes mis à l’agenda par le FN. Les ignorer c’est risquer de les voir revenir plus vite et plus fort.
  • Très "eurocritique" et tenant d’une ligne plutôt traditionnelle chez les gaullistes : "L’Europe des nations".

Henri Guaino

  • Souverainiste nostalgique de Philippe Seguin, mais tendance sarkophile voire sarkoïdolâtre.
  • Refus d’un quelconque rapprochement avec le FN mais soucieux de traiter au fond la question de l’identité culturelle française.
  • Fibre très ancienne qui remonte parfois des profondeurs du "Ça" guainoïste "la question sociale est indissociable de la pensée politique gaulliste".
  • Partisan d’un abrogation de  la loi sur le "Mariage pour tous".

 

Bruno Lemaire

  • Très europhile et fortement merkelo-compatible.
  • Met l’accent sur la nécessaire réforme de la "classe politique" (en particulier quant aux "origines" des acteurs politiques : exemple : lutte contre les fonctionnaires qui font de la politique en les obligeant à démissionner de la Fonction publique en cas d’élection).
  • Envisage raisonnablement de se rallier à Alain Juppé si celui-ci se présente aux primaires de 2016, se réservant sans doute pour le "coup suivant" : les présidentielles de 2022.
  • Pas de remise en cause de la loi sur "Mariage pour tous".

 

Xavier Bertrand

  • S’efforce patiemment de tisser sa toile dans les cercles périphériques à l’UMP.
  • Sensibilité "sociale" marquée (liée à ses responsabilités ministérielles depuis 2002).
  • Plutôt adepte de la stratégie du "sommeil vigilant" actuellement.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !