Comment traiter l'hypocondrie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Un Français sur dix a peur d'être malade sans ne manifester aucun symptôme.
Un Français sur dix a peur d'être malade sans ne manifester aucun symptôme.
©Reuters

Supercondriaque

Comment traiter l'hypocondrie

Alors qu'en France on songe à la libéralisation de certains médicaments, une étude révèle qu'un Français sur dix a peur d'être malade sans ne manifester aucun symptôme. La question de l'hypocondrie est remise sur la table sur un ton humoristique mercredi 26 février avec la sortie en salles de "Supercondriaque" de Dany Boon.

 Michel Lejoyeux

Michel Lejoyeux

Michel Lejoyeux est professeur de psychiatrie et d’addictologie à l'université Denis Diderot. Il y enseigne aussi la psychologie médicale et coordonne le Diplôme d’études spécialisé en addictologie. Il est chef de service de psychiatrie et d’addictologie de l’hôpital Bichat et de Maison Blanche. Michel Lejoyeux est Président d’honneur de la Société Française d’Alcoologie et président en titre du Syndicat des Médecins des hôpitaux de Paris. Il a écrit aux Editions Plon est Réveillez vos désirs et Tout déprimé est un bien portant qui s'ignore aux Editions Jean-Claude Lattès. 

Voir la bio »

Atlantico : Quel est le profil des hypocondriaques ? Qu'est-ce qui fait que l'on devient hypocondriaque ?

Michel Lejoyeux :Il n'y a pas de profil-type de l'hypocondriaque sachant que l'hypocondrie est une thématique d'angoisse et qu'elle peut toucher tout le monde.

Il y a 3 raisons qui peuvent expliquer que l'on devienne hypocondriaque :

- l'empreinte : une personne ayant accompagné un proche malade peut avoir peur de vivre la même maladie ;

- le désir d'avoir un corps parfait sans aucun symptôme, sans aucune douleur ou fatigue : certaines personnes développent des désirs de perfection de leur corps et de leur santé impossibles à atteindre. Elles ont des attentes irraisonnables quant à leur santé. C'est sur ce point que j'ai écrit Réveillez vos désirs ;

- la tendance à avoir une interprétation catastrophiste ou catastrophiquedans la moindre manifestation physique.

Rappelons qu'au départ l'hypocondrie concentre deux critères simples :

- la peur de la maladie pour soi ou pour les autres, peur que tout un chacun partage. 

- le fait de ne pas être rassuré malgré un examen médical qui dit que tout va bien.

Les hypocondriaques ont-ils conscience de ne souffrir d'aucune maladie si ce n'est de l'hypocondrie ? D'ailleurs, l'hypocondrie est-elle reconnue comme maladie ?

L'hypocondrie figure dans la classification diagnostique internationale comme une thématique d'angoisse. En ce sens on peut dire que l'hypocondrie est une maladie.

Les hypocondriaques se rendent bien compte qu'ils exagèrent quant aux soins ou aux examens mais c'est plus fort qu'eux, ils ne peuvent s'en empêcher comme tous les anxieux.

A partir de quel moment peut-on estimer qu'une personne est hypocondriaque ?

A partir du moment où on a peur d'être malade tout en sollicitant très fréquemment les médecins, en surconsommant des médicaments et en faisant une multitude d'examens complémentaires. La peur ne se dissipe pas malgré les examens médicaux.

Est-il possible de se débarrasser de l'hypocondrie de manière totale et définitive ?  De quelle manière ?

La médecine est toujours très prudente quand on demande si on peut se libérer de manière totale et définitive d'une maladie. D'ailleurs les psychiatres ne sont pas familiers de ce genre de vocabulaire : "se débarrasser totalement"… Il ne s'agit pas d'un vêtement que l'on enlève complètement.

Cependant, on peut proposer à l'hypocondriaque une thérapie par concurrence. C'est-à-dire de les aider à investir des plaisirs, des désirs étant autre chose que des désirs médiaux, à faire l'expérience de moments agréables, y compris intégrant leur corps, et qui ne soient pas des consultations médicales.

Quelle est la responsabilité des médecins qui cèdent dans bien des cas face à la pression de leurs patients ?

Je ne voudrais pas passer pour un syndicaliste médical mais, souvent, les médecins ne sont pas très responsables de l'hypocondrie parce que, par définition, l'hypocondriaque va effectuer un "vagabondage médical". Il va consulter plusieurs médecins, il va se promener d'un médecin à l'autre. Donc, un bon médecin généraliste, c'est souvent la meilleure manière de se débarrasser de son hypocondrie.

Jusqu'à quel point peut-on croire ce que l'on trouve sur le net ?

On peut croire les sources internet jusqu'au point où on se rappelle que ce sont des données générales et que ce dont on a besoin en matière de santé ce sont d'informations personnalisées que seul un médecin traitant peut nous donner.

De plus, un des vrais dangers de l'hypocondriaque peut être les médicaments vendus en ligne et qui seraient extrêmement dangereux si, sous prétexte de soigner une maladie que l'on n'a pas, on aille acheter n'importe quel médicament vendu en contrebande sur internet.

Enfin, on a une certaine responsabilité collective vis-à-vis de l'information médicale : on a du mal à donner des informations claires, on transmet des menaces voilées en permanence du type "est-ce que le téléphone ne serait pas mauvais sur le cerveau", "est-ce que dans l'environnement il n'y a pas des choses mauvaises que l'on nous cache"Toutes ces sortes de théories du complot dont certains sites se font le relais et qui nourrissent alors l'hypocondriaque.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !