Comment placer son argent quand le gouvernement ne sait pas où il va | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Comment placer son argent quand le gouvernement ne sait pas où il va
©Reuters

Question de rentabilité

Comment placer son argent quand le gouvernement ne sait pas où il va

Jusqu’à maintenant, il n’y avait pas de placement moins risqué que les obligations d'Etat. Eh bien en dépit de la baisse record des taux d’intérêt, ce n’est plus vrai. Il existe des entreprises qui sont aujourd'hui plus sécurisées que l'Etat...

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio »

C’est assez incroyable mais jusqu'’a maintenant, les emprunts d’Etat français était considérés comme les plus sécurisés. La meilleur preuve, c’est que le taux d’intérêt a éteint en fin de semaine un niveau inférieur à 1%... les taux n’ont jamais été aussi peu chers... En dépit de toutes les difficultés que nous connaissons.

Alors il y a des explications à tout cela.

D’abord, les préteurs pensent que l’Etat français ne pourra pas faire faillite parce qu’il est garanti par son appartenance à l’Europe et par l’appui de l’Allemagne. C’est vrai.

Ensuite parce que les prêteurs savent que l’épargne française est très abondante, 33 000 milliards d’euros. Ça veut dire qu'on pourra toujours taper dans le bas de laine de l’assurance vie.

Enfin parce que les Français ont toujours été d’excellents contribuables. Ils paient l’impôt sans trop grogner. Enfin ça dépend, il y en a qui partent.

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]
 

 

Il faut ajouter à cela que les marches c’est à dire les petits génies qui gèrent les fonds de retraites se disent que jamais la franca a bénéficié d’une conjonction de facteurs aussi favorable à la reprise. Les taux d’intérêt sont très bas, les prix du pétrole sont très bas, et l’euro lui-même a baissé. Que demande le peuple de plus pour investir. Alors ils ne sont pas naïfs les génies de la finance, ils savent aussi que le pays est bloqué par son instabilité et par une gouvernance politique qui ne sait pas où aller. Mais ils se disent aussi que les boussoles finiront bien par se débloquer. Par une bonne crise politique par exemple. En mars prochain disent les prévisionnistes. Bruxelles aussi. bizarre.

En attendant et c’est une bonne nouvelle, au même moment on s’aperçoit qu'il y a désormais une dizaine d’entreprises françaises qui sont considérées par les marchés internationaux comme beaucoup plus sécurisées que l'Etat. Les taux d’intérêt y sont très faibles et les primes de risques demandées par les assureurs crédit sont plus faibles que pour les états. Les fameux CDS qui mesurent le risque pris sont plus élevés quand on prête à l’Etat que quand on investit dans des entreprises. Alors les entreprises françaises qui inspirent confiance sont Total, Danone, LVMH, Publicis, air liquide, Sanofi, Suez et Gdf… C’ est le top des entreprises françaises.

Un, ce sont les moins risquées parce que les mieux gérées et les plus diversifiées,

Deux ce soit celles qui ont sans doute le potentiel de développement et de reprise le plus fort.

Trois, ce sont les entreprises qui sont les mieux positionnées par leurs produits et leurs prix pour profiter des pays émergents. Ces entreprises n’ont aucun problème de demande (leur offre suffit) aucun problème de croissance (elle savent ou la trouver). Conclusion ce sont les entreprises dans lesquelles il faudrait investir plutôt que dans des obligations d’Etat. C’est nouveau, ça vient de sortir. Et c’est enfin une bonne nouvelle. Une vraie.  

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !