Comment les compagnies aériennes se préparent à réduire la taille des bagages cabine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
L'objectif de cette mesure est de permettre à chacun d'embarquer avec son bagage à main.
L'objectif de cette mesure est de permettre à chacun d'embarquer avec son bagage à main.
©Reuters

A vos malletiers

Comment les compagnies aériennes se préparent à réduire la taille des bagages cabine

L'Association internationale du transport aérien (IATA) a préconisé un format unique et international pour toutes les compagnies aériennes, de 55 centimètres de longueur, 35 cm de largeur et 20 cm de profondeur.

Xavier Tytelman

Xavier Tytelman

Formateur en aéronautique, spécialiste de la sécurité aérienne et président du Centre de Traitement de la Peur de l'Avion (www.peuravion.fr), Xavier Tytelman est également chargé d'étude Veille Analyse Anticipation au profit du Bureau Opérations et Gestion Interministérielle des Crises (Ministère de l'Intérieur / DGSCGC).
 
 
Voir la bio »

Atlantico : L'Association internationale du transport aérien (IATA) a préconisé un format unique et international pour toutes les compagnies aériennes, pourquoi ?

Xavier Tytelman : Les transporteurs aériens le savent : il n'y a pas assez de place pour que tous les passagers puissent embarquer avec leur bagage à main. Certains doivent donc renoncer à emporter leur valise avec eux en cabine au moment de l'embarquement, ce qui est gênant pour le voyageur, source de conflit pour le personne de cabine, mais aussi coûteux pour la compagnie aérienne. Car en réalité, mettre un bagage en soute au moment de l'embarquement nécessite de charger et décharger cette soute par des prestataires aéroportuaires qui factureront ce service, mais cela implique aussi un temps d'immobilisation accru pour l'avion... L'objectif est donc de permettre à chacun d'embarquer avec son bagage à main, ce qui représentera des économies substantielles pour les compagnies aériennes.

Comment a été choisie cette taille ?

En faisant passer la largeur des bagages de 45 à 35cm, ceux-ci pourront tenir à la verticale plutôt que de devoir les ranger à plat. Et en faisant passer leur épaisseur de 25 à 20cm, il y aura bien un emplacement pour chaque passager.

Il faut aussi être honnête, avec des bagages d'un volume 39% inférieur, le poids du bagage à main sera également réduit. En diminuant le poids des bagages de l'ensemble des passagers de seulement 100 kg, l'avion réaliserait une économie de 600 tonnes de carburant au cours de sa vie, et à environ 1000€ la tonne de carburant, on comprend tout l'enjeu pour les compagnies. D'un point de vue environnemental, cela évite également l'émission de 2 000 tonnes de gaz à effet de serre, et avec les taxes carbone qui se profilent, il s'agira là d'une deuxième économie.

Pourquoi les compagnies aériennes ont des exigences différentes en terme de bagage en cabine ?

Toutes les compagnies aériennes ne reposent pas sur le même modèle. Les "majors", c'est à dire les compagnies historiques comme Air France, ont traditionnellement favorisé le confort de leurs passagers en restant plus flexible sur les emports de bagage en cabine et en incluant le transport des bagages en soute dans le prix du billet.

A l'inverse, les compagnies dites "low cost" ont toujours fait en sorte de réduire la quantité de bagages à embarquer en soute. Cela représente des économies considérables : pas besoin de louer des comptoirs dans les aéroports et d'y payer de personnel puisque les passagers (qui ont imprimé leur billet chez eux) peuvent directement se diriger vers la sécurité, pas de prestataire pour manipuler les bagages et charger les appareils, un gain de temps au sol, et finalement des bagages à main plus léger que les grosses valises, ce qui représente un gain de poids et donc de carburant. Les passagers qui souhaiteraient malgré tout placer un bagage en soute payeront ce service, et apportent alors un chiffre d'affaire supplémentaire d'environ un milliard d'euros par an pour des compagnies comme Easyjet ou Ryanair ! Entre les économies réalisées et ce chiffre d'affaire additionnel, le modèle est parfait.

Les nouvelles dimensions définies par l'IATA se rapprochent au final des standards déja adoptés par les low cost, et permettront aux compagnies classiques de profiter partiellement des mêmes avantages, même si le bagage en soute restera majoritairement inclus dans le prix du billet.

De plus, un critère "IATA Cabin OK" a été préconisé pour indiquer aux membres des compagnies aériennes que la valise est bien conforme. Certaines d'entre elles se sont déclarées défavorables à cette proposition, qu'est-ce qui les dérange ?

Il faut en premier lieu préciser que l'IATA est une association qui émet des propositions, mais que celles-ci ne sont pas obligatoires, chaque transporteur restant libre de les adopter ou non. Mais dans les faits, l'IATA réunit 240 grandes compagnies et représente près de 90% du trafic mondial, ses propositions deviennent donc presque systématiquement des standards.

Certaines compagnies font ici simplement savoir qu'elles ne souhaitent pas adopter les nouveaux standards de taille pour les bagages et qu'elles préféreront favoriser le confort offert à leurs passagers. Il s'agit donc clairement d'une question de positionnement des transporteurs, entre le transport de masse et une certaine idée de l'aviation, entre luxe et confort, et que les compagnies pousseront toujours leurs passagers de la classe économique vers la classe affaire, qui assure des marges très largement supérieures...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !