Comment Laurent Wauquiez a "tué son père" politique, Jacques Barrot | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Comment Laurent Wauquiez a "tué son père" politique, Jacques Barrot
©CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Bonnes Feuilles

Comment Laurent Wauquiez a "tué son père" politique, Jacques Barrot

Laurent Wauquiez, 43 ans, est une énigme. Personnage politique clivant, le nouveau visage de la droite française tantôt inquiète, tantôt fascine voire divise. Extraits de "Laurent Wauquiez L'impétueux" par Fabrice Veysseyre-Redon, Mareuil Editions.

Fabrice Veysseyre-Redon

Fabrice Veysseyre-Redon

Fabrice Veysseyre-Redon est journaliste. Il travaille pour le groupe Ebrapresse. Il est également consultant pour CNEWS et Public Sénat. Il est l'auteur de Laurent Wauquiez, l'iméptueux

Voir la bio »

Jacques Barrot, qui se réjouit quant à lui du parcours universitaire de son fils aux États-Unis, réalise au fil des mois que Jean-Noël est en mesure d’entrer en politique. Madeleine Dubois est toute disposée à le prendre comme suppléant aux cantonales en 2008. L’année est cruciale pour Laurent Wauquiez qui vient tout juste d’être nommé ministre et qui va devoir batailler pour reprendre Le Puy-en-Velay à la gauche. Il imagine le pire des scénarios, dans lequel il ne parviendrait pas à gagner Le Puy tandis que Jean-Noël se ferait brillamment élire dans bl’Yssingelais. Il se met alors nettement en travers du chemin du jeune homme : il ne laissera pas un Barrot se réinstaller dans la circonscription. Il n’est élu député que depuis quatre ans, jeune ministre dans un gouvernement dont il peut sortir du jour au lendemain, il refuse de prendre le risque de générer lui-même un nouveau concurrent. À son cabinet à Paris, l’un de ses conseillers est plus réservé sur la question et lui suggère de passer un accord avec le fils Barrot. Au moins pour éviter les foudres du père et conserver les faveurs centristes.

Mais il demeure inflexible, y compris lorsque Jean-Noël propose en 2011 ses services pour le canton de Monistrol-sur-Loire, à quelques kilomètres de là, Laurent Wauquiez fait savoir au jeune homme qu’il se mettra en travers de sa route et qu’il devra affronter une forte résistance locale. Le jeune Barrot s’incline une fois de plus mais ne désarme pas. Jacques Barrot est accablé. « Laurent me déçoit vraiment. Je ne comprends pas qu’il ne veuille pas de Jean-Noël. C’est un garçon bien. Il a très envie et il ne demande pas la lune. Il y a de la place pour tout le monde, il devrait pouvoir le comprendre ! », confie-t-il, meurtri. Ces dernières années, les deux hommes se sont vus, souvent croisés, mais depuis 2008 la confiance est rompue. Jacques Barrot estime ne plus partager la moindre conviction avec son successeur à partir de 2011. Ils gardent néanmoins des relations polies. Ils échangent quelques mots à l’occasion d’une dédicace, se saluent lors d’une cérémonie... entre républicains.

Pour commander "laurent Wauquiez l'impétueux" cliquez sur la couverture du livre

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !