Les traitements de l'asthme rendus inefficaces par la malbouffe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Les traitements de l'asthme rendus inefficaces par la malbouffe
©Reuters

Double peine

Les traitements de l'asthme rendus inefficaces par la malbouffe

Les acides gras provoqueraient des inflammations qui laissent les asthmatiques plus démunis que les individus ne souffrant d'aucun trouble respiratoire. Le comble : les asthmatiques auraient davantage tendance à adopter ce genre de comportements alimentaires.

Nhân  Pham Thi

Nhân Pham Thi

Nhân Pham Thi est médecin spécialiste en pneumologie et en allergologie pédiatriques.

Il est également praticien à l’hôpital Necker Enfants Malades de Paris, et mène une activité de recherche et d’enseignement dans une unité de recherche CNRS.

Voir la bio »

Atlantico : Une récente étude australienne fait état d'un constat singulier : il serait plus dangereux de manger de la nourriture grasse pour les asthmatiques que pour les gens qui ne présentent pas de trouble d'ordre respiratoire. Comment la malbouffe peut-elle être liée à l'asthme et les allergies ?

Nhân Pham Thi : La restauration rapide et la consommation de boissons sucrées rendraient les médicaments inhalés contre l’asthme moins efficaces chez les asthmatiques  qui ont tendance à avoir une alimentation riche en graisses saturées et en sucre. Les chercheurs australiens ont constaté un lien important entre les aliments gras dans l'alimentation et leurs effets de réductions des effets de médicament de secours de l’asthme.

Dans une étude récente menée par le Dr Lisa Wood et son équipe a mis en évidence l'effet de repas gras pourrait avoir sur les poumons sensibles. Dans ce travail, deux groupes ont été mis en place pour tester l'effet de différents régimes auraient sur les symptômes de l'asthme.

Le Groupe 1 a pris un petit-déjeuner riche en matières grasses, composé d'un œuf et la saucisse, de muffins, et des pommes de terre rissolées. Le Groupe 2 a reçu un petit déjeuner moins riche en lipides. La matière grasse atteint des pics sanguins environ 4 heures après.

Après le petit déjeuner, les 2 groupes ont reçu leur médicament broncho-dilatateur de secours (salbutamol) qui a amélioré immédiatement leur fonction pulmonaire, pour le groupe qui a mangé le petit déjeuner faible en matières grasses, leur augmentation de la fonction pulmonaire a été maintenue pendant la période de 4 heures. Dans le groupe qui avait mangé le repas riche en graisses les effets de la médication d’urgence ne semblent pas durer aussi longtemps. Après 2 heures, on note une diminution de la fonction pulmonaire. L'étude a révélé que les avantages du médicament de secours n'a pas duré aussi longtemps après un repas gras.

La quantité de salbutamol, le bronchodilatateur transporté à travers la membrane cellulaire était nettement plus élevé en présence d'acides gras polyinsaturés qu’avec des acides gras saturés. L'incubation avec des acides gras polyinsaturés a semblé réduire la rigidité de la membrane cellulaire.Ces résultats suggèrent que la présence d'acides gras polyinsaturés serait essentielle pour la fluidité de la membrane cellulaire des cellules de la muqueuse respiratoire. Si les acides gras saturés sont présents en trop grande quantité, alors cet effet bénéfique serait perdu et le transport du médicament inhibé . Le transport de la molécule du traitement inhalé du 1ère intention (le salbutamol) peut être modifiée en faisant varier la consommation de graisses alimentaires.

Par conséquent, la nourriture "malsaine" serait susceptible d'interférer avec la relaxation des voies aériennes. Si cette inflammation se produit après chaque repas, il peut devenir un vrai problème chronique.

L'étude soulève également un deuxième point au moins aussi inquiétant. Le gras contenu dans ces aliments parviendrait à annuler les effets du traitement contre l'asthme et notamment de la ventoline. Quels sont les mécanismes qui expliquent ce danger ?

Des chercheurs australiens ont aussi examiné l'indice inflammatoire alimentaire (DII) pour évaluer le potentiel inflammatoire des régimes individuels. Ils ont ensuite comparé la DII parmi les asthmatiques à celui de personnes en bonne santé pour trouver un lien entre l'asthme et l'alimentation. L'étude dirigée par le dr Lisa Wood qui a constaté que le score était plus élevé chez DII asthmatiques. Cela indiquerait que les régimes de personnes souffrant d'asthme étaient plutôt pro-inflammatoire que les régimes des sujets contrôles. Pour chaque augmentation de 1 unité du score DII, les risques d'avoir de l'asthme ont augmenté de 62 %. L'équipe a également constaté que la fonction pulmonaire a été réduite d'environ un dixième chez un tiers des patients avec le score le plus élevé par rapport à la DII du tiers des patients ayant le plus faible DII. 

La différence peut aussi être attribuée à la façon dont notre corps se comporte avec excès de graisse de la nourriture que nous mangeons. Notre corps réagirait à des quantités excessives d'acides gras de la même manière qu'il répondrait à des bactéries. La nourriture riche en graisses provoquerait la même réaction de défense dans le corps qu’une "attaque" bactérienne.

Les acides gras tendent à stimuler une réponse immunitaire qui libère des produits chimiques à message agressif dans le sang, ainsi que les voies respiratoires. Cela peut conduire à l'aggravation de maladies chroniques telles que l'asthme, ainsi que le diabète, l'hypertension ou l'arthrose pour n'en nommer que quelques-unes.

Il semblerait, de plus, que les personnes souffrant de pathologies relevant de l'asthme aient davantage tendance à manger ce genre de nourriture. Est-ce la raison de leur maladie ? Concrètement, suffirait-il de changer leur alimentation pour que les asthmatiques connaissent une santé plus saine ?

Les types de graisses à éviter sont les gras saturés et dits "trans" que l'on trouve dans de nombreux aliments transformés comme par exemple les gâteaux, les pizzas surgelées, les chips et les aliments frits. Cependant il y a quelques bonnes graisses comme les oméga-3 (présents dans des poissons gras) et mono-insaturés (avocats, les amandes, les noix de cajou, …). Une alimentation riche en fruits et légumes a également été démontré bénéfique dans l'asthme. Les fruits et légumes contiennent des fibres alimentaires, ainsi que des antioxydants, alors essayez d'inclure des aliments qui sont riches en :

Vitamine C (fraises , oranges , poivrons), caroténoïdes (tomates , carottes) , vitamine E (amandes , les avocats, les légumes verts à feuilles comme les épinards), flavonoïdes - quercétine et les catéchines (thé vert , mûres, myrtilles et raisins rouges).

Une étude sur 3 mois (Dr Bois) montrerait qu’un régime qui inclut plus de 5 sortes de légumes et de fruits par jour donnerait moins de crises d'asthme qu’un régime  avec moins de 2 fruits et légumes.

En règle générale, si un produit contient de la farine ou du sucre , il serait considéré comme "pro-inflammatoires". Les aliments pro-inflammatoires comprendraient : le pain, les pâtes, les gâteaux apéritifs, les chips, les sucreries, les confiseries, les viandes grasses, les pommes de terre frites, le fromage à pâte dure,  les jus de fruits sucrés, les biscuits industriels, les produits de boulangerie

À la lumière de ces études, il est encore plus important que les personnes souffrant d'asthme puissent s'assurer d’avoir une alimentation équilibrée avec beaucoup de fruits et légumes et maintenir un poids idéal.

D'autres études ont également montré qu'une alimentation occidentalisée peut contribuer à une mauvaise maîtrise de l'asthme. Les habitudes alimentaires peuvent conduire à l'obésité qui à son tour augmente le risque d'asthme de 40 à 90 % . L’obésité complique également la gestion de l'asthme par diminution de la fonction pulmonaire et la force des muscles respiratoires, avec une augmentation de l'utilisation des médicaments et de la fréquence des poussées d'asthme. Les bonnes nouvelles sont que la recherche a également montré une légère diminution du poids (5 à 10 %) peut conduire à une réelle amélioration dans le contrôle de l'asthme et de la qualité de vie.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !