Hollande et Ayrault : que peuvent-ils faire en attendant d’avoir une majorité à l’Assemblée ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"Lorsqu’un président commence un mandat dans des conditions difficiles, il a besoin d’une équipe totalement soudée auprès de lui"
"Lorsqu’un président commence un mandat dans des conditions difficiles, il a besoin d’une équipe totalement soudée auprès de lui"
©Reuters

L'art de gouverner

Hollande et Ayrault : que peuvent-ils faire en attendant d’avoir une majorité à l’Assemblée ?

Alors François Hollande a pris ses fonctions de Président de la République et que Jean-Marc Ayrault a été nommé Premier ministre, comment peuvent-ils gouverner sans avoir la majorité aux élections législatives ? Pouvoir réglementaire et nominations seront privilégiés.

Dominique Chagnollaud

Dominique Chagnollaud

Dominique Chagnollaud est juriste et professeur de Droit constitutionnel à l'Université Paris II Panthéon-Assas.

Il est l'auteur de Droit constitutionnel contemporain : Tome 2, L'héritage constitutionnel et politique de la France (1789-1958) paru en 2007 chez Dalloz.

Voir la bio »

Atlantico : François Hollande a pris ses fonctions de président de la République, Jean-Marc Ayrault étant son Premier ministre. Comment peuvent-ils gouverner en attendant une éventuelle majorité à l’Assemblée Nationale ?

Dominique Chagnollaud : Il y a deux types de mesures : le pouvoir réglementaire qui consiste à prendre un certain nombre de décrets ou d’arrêtés qui peuvent concerner le plafond du livret A, la hausse du SMIC  le blocage des prix du carburant, certains aménagements pour la retraite à 60 ans...

La deuxième catégorie de mesure étant les nominations auxquelles ils peuvent procéder pour les postes clés. Ils peuvent également commencer à préparer des projets de lois qu’ils feront passer rapidement après les élections législatives s’ils obtiennent la majorité à l’Assemblée.

Dans tous les cas, il faut plusieurs mois pour faire voter une loi. Les quelques semaines qui séparent l’élection présidentielle des législatives ne sont donc absolument pas perdues puisqu’elles permettent de préparer des projets de lois qui seront déposés à l’Assemblée nationale et au Sénat.

Nous pouvons donc nous attendre à des mesures symboliques qui ont des effets concrets. Tous les présidents à la veille des élections législatives ont adopté ce même principe qui consiste à prendre un certain nombre de mesure qui amorcent leurs politiques à venir. 

Les intentions de vote aux législatives semblent plus serrées que prévu. Une cohabitation est-elle envisageable ?

Il faut regarder le passé. Tous les présidents ont obtenues une majorité absolue à l’Assemblé à l’exception de François Mitterand en 1988, qui n’a obtenu qu’une majorité relative bien qu’il ait été tout juste réélu.

Mais il y a toujours une cohérence et une logique politique dans le choix des Français. Le calendrier électoral a été renversé pour éviter les cohabitations ce qui vient conforter la cohérence de la cinquième république qui consiste à donner une majorité au Président de la République. D’autant plus qu’il y aura des triangulaires qui joueront en défaveur de la droite.

Martine Aubry ne fait pas parti du gouvernement. Renonce t-elle définitivement à obtenir un poste, faute de ne pas obtenir Matignon, ou cela signifie t-il que François Hollande souhaite renouer avec une présidence caractérisée par des Premiers ministres « éjectables », ce qui laisse supposer un probable retour de la maire de Lille dans quelques années à ce poste  ?

Lorsqu’un président commence un mandat dans des conditions extrêmement difficiles, il a besoin d’une équipe totalement soudée auprès de lui, de personnalités en parfaites symbioses et qui acceptent une discipline gouvernementale.

La relation de François Hollande avec Martine Aubry et son tempérament  fait qu’il n’était pas assuré de cette discipline. Il a donc peut être préféré l’écarter du gouvernement, ce qui est arrivé des dizaines de fois sous la cinquième république.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !