Combien de temps les taux d'intérêt sur la dette française pourront-ils rester bas ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Combien de temps les taux d'intérêt sur la dette française pourront-ils rester bas ?
©

Trop facile ?

Combien de temps les taux d'intérêt sur la dette française pourront-ils rester bas ?

La France a emprunté jeudi matin pour plus de 7 milliards d'euros à des taux très faibles malgré sa situation économique de plus en plus préoccupante. Mais cela va-t-il durer ?

Andrea Tuéni

Andrea Tuéni

Diplômé du Master en Finance de marché de Sup de Co Reims, Andrea Tuéni rejoint Saxo Banque en tant que Sales Trader il y a 2 ans.

Ce spécialiste des devises et matières premières est rapidement devenu un analyste reconnu par les médias financiers de référence (BFM, Reuters, Le Figaro,…) et participe au rayonnement de l’activité du département de Sales Trading de Saxo Banque France.

Voir la bio »

Atlantico : La France a emprunté jeudi matin un peu moins de 7,5 milliards d'euros pour des taux de 2,25% à 10 ans et 2,75% à 15 ans, des niveaux faibles pour ces deux taux de références. Alors que l'économie du pays s'est repliée de 0,3% au quatrième trimestre 2012 selon l'Insee, que le déficit commercial s'est creusé à 5,86 milliards d'euros en janvier et que le chômage a atteint son plus haut niveau depuis 1999 à 10,2% au quatrième trimestre (Insee) , comment expliquer que la France emprunte à des taux si bas ? La France inspire t-elle vraiment la confiance aux investisseurs pour elle-même ou simplement parce que nous faisons parti des "moins mauvais d'Europe" ?

Andrea Tuéni : Le succès de la dernière adjudication française ne fait pas office de surprise. En effet, il nous faut rappeler le contexte actuel à savoir un retour de la confiance sur les marchés avec une détente des taux à 10 ans qui s’opère malgré les doutes qui ont suivi l’élection italienne. L’Espagne a elle aussi réussi son examen sur le marché obligataire cette semaine (jeudi). Malgré des fondamentaux dans le rouge, les taux sont ressortis en baisse et son ratio "bid to cover" en hausse. Il s’agit là d’un signe fort de changement d’attitude des investisseurs envers la Zone euro.

La France reste un pays incontournable de la Zone euro notamment à travers son histoire et son rayonnement politique. Dans un contexte économique qui reste incertain, les obligations françaises restent une alternative en Europe quand le regard que l’on peut porter sur d’autres pays tels que l’Italie ou l’Espagne ne cesse de se détériorerEnfin, l’Allemagne qui reste la référence en Europe emprunte à des taux encore plus bas, ce qui fait des obligations françaises une alternative intéressante pour les investisseurs à la recherche d’un certain rendement.

Combien de temps la France va-t-elle pouvoir maintenir ses taux favorables ? L'écart de taux avec l'Allemagne est-il encore soutenable ?

La récente baisse des taux de pays plus "risqués" tels que l’Espagne et l’Italie témoigne d’une moindre aversion pour le risque et ceci pourrait marquer le tournant pour les taux français, les investisseurs décidant d’opter pour des actifs plus risqués et donc plus rémunérateurs.

Même si la réputation de la France joue pour elle, cette dernière ne pourra éternellement sauver les apparences. Pour l’instant les marchés accordent du crédit à la France et croient en la capacité du pays à réduire son déficit. Malheureusement sur les marchés, il y a toujours un risque de retournement.

Quels facteurs pourraient inverser la tendance des taux français ?

La situation macro-économique de la France ne rassure pas. La courbe du chômage ne parvient pas à être inversée, la balance commerciale est largement déficitaire. Le spectre de la récession n’est pas si loin. Les promesses de réduction du déficit budgétaire semblent s’effriter petit à petit. Il s’agit là d’autant d’éléments qui peuvent menacer la faiblesse des taux obligataires français. Il semble qu’aujourd’hui, les taux ne reflètent pas vraiment la réalité économique du pays.

D’autre part, une accélération du retour de la confiance sur les marchés qui inciterait les investisseurs à revenir massivement sur des actifs plus risqués tels que les actions pourraient également inverser la tendance et ainsi faire baisser le prix des obligations.

Quelles seraient les conséquences sur l'économie nationale et la vie des Français d'une remontée des taux français ?

La première conséquence c’est une aggravation de la situation de nos comptes publics. Si les taux montent, alors la France emprunterait plus cher sur les marchés ce qui aurait pour conséquence de creuser davantage notre déficit.

De plus, une hausse des taux français aurait un impact sur le financement de notre économie. L’accès au financement pour les entreprises serait impacté, ce qui pourrait ainsi nuire à leur activité et donc à notre croissance. L’accès au crédit pour les particuliers souffrirait également de ce phénomène, l’argent devenant plus cher. Deux éléments qui pèseraient sur notre croissance. Enfin, notre épargne pourrait également pâtir d’une hausse brutale des taux. En effet, certains contrats comme l’assurance vie intégrant des produits basés sur l’emprunt.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !