CNews, Zemmour, le CSA et les atteintes à la liberté d’expression (et à l’honneur de Christine Kelly) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
CNews devra payer 200 000 euros d’amende après des propos d’Eric Zemmour sur les mineurs isolés.
CNews devra payer 200 000 euros d’amende après des propos d’Eric Zemmour sur les mineurs isolés.
©JOEL SAGET / AFP

Sanctions

CNews, Zemmour, le CSA et les atteintes à la liberté d’expression (et à l’honneur de Christine Kelly)

CNews devra payer 200 000 euros d’amende après des propos d’Eric Zemmour sur les mineurs isolés. Une « incitation à la haine » et « à la violence », selon le CSA. Christine Kelly avait tout de suite repris Eric Zemmour et il s’était corrigé immédiatement.

Philippe Bilger

Philippe Bilger

Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui ont défrayé la chronique judiciaire et politique (Le Pen, Duverger-Pétain, René Bousquet, Bob Denard, le gang des Barbares, Hélène Castel, etc.), mais aussi dans les grands scandales financiers des années 1990 (affaire Carrefour du développement, Pasqua). Il est l'auteur de La France en miettes (éditions Fayard), Ordre et Désordre (éditions Le Passeur, 2015). En 2017, il a publié La parole, rien qu'elle et Moi, Emmanuel Macron, je me dis que..., tous les deux aux Editions Le Cerf.

Voir la bio »

Atlantico : Suite aux propos contre les mineurs isolés prononcés par Eric Zemmour, la chaîne CNews a été condamnée à payer 200 000 euros d’amendes. Une amende record pour une situation à analyser. Lors de cette séquence, seul Eric Zemmour semble avoir joué un rôle, Christine Kelly est-elle restée en retrait ?

Philippe Bilger : Christine Kelly a réagi, elle na pas été une simple spectatrice de cette scène. Elle a nuancé et a agi sur le débat, pourtant l’amende ne considère que les propos d’Éric Zemmour. Son discours s’est inscrit dans une globalité qui a suscité la réprobation. Pourtant, on ne peut pas nier que des nuances et des corrections ont été apportées par Christine Kelly. Si le CSA sanctionne par une amende, il aurait au moins dû tenir compte de tous les éléments de l’émission. Ainsi, les recours de Canal + sont compréhensibles.

Les réprimandes du CSA sont-elles les mêmes pour tous les discours ?

Lors de ce type de « procès », on a l’impression qu’il existe une jurisprudence particulière pour certaines personnes. La liberté d’expression est en permanence dans le collimateur et c’est pour cela que l’on cherche à les signaler comparés à d’autres. Aujourd’hui, il y a une maladresse de propos, qui de plus est rattrapée par Christine Kelly, donc l’amende est quelque peu disproportionnée.

L’une des perversions françaises dans beaucoup de domaine consiste au deux poids, deux mesures. Sur beaucoup de chaînes on voit les étudiants de l’UNEF s’exprimer et cela ne pose aucun problème. Si on appliquait la même vigilance à tous les propos et à toutes les démonstrations qu’à des personnes comme Eric Zemmour, on aurait une multitude d’amendes. Le CSA n’applique pas la même manière avec toutes les personnes qu’il est amené à appréhender.

Que penser du montant de l’amende ?

La sanction est considérable, voire disproportionnée. Manifestement, le CSA a voulu faire un exemple à l’égard de CNews et d’Éric Zemmour. Cela paraît discutable car la sanction s’appuie sur des précédents qui eux-mêmes ont des problèmes de justification. Nous sommes dans une mécanique qui aboutit à une amende colossale.

A lire aussi : Zemmour, la liberté d’expression et le défi de la préservation de la démocratie

A lire aussi : Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

A lire aussi : Derrière Zemmour, la liberté d’expression : quand les bonnes intentions sapent les fondements de la démocratie

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !