Le secret du succès de David Guetta ? Il sait s’effacer derrière le désir du public ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le secret du succès 
de David Guetta ? Il sait s’effacer 
derrière le désir du public !
©

Simply the best

Le secret du succès de David Guetta ? Il sait s’effacer derrière le désir du public !

Si populaire, et pourtant tant décrié : David Guetta est un vrai paradoxe. Raillé dans presque tous les médias, il n'en demeure pas moins l'un des rares (le seul?) musiciens français à s'exporter avec brio outre-Atlantique.

Bertrand Dicale

Bertrand Dicale

Bertrand Dicale est un journaliste spécialisé dans la culture populaire et la chanson française.

Il est l'auteur de Maudits métis (JC Lattès, 2011).
Voir la bio »

Atlantico : David Guetta est cité comme la 2ème personne la plus influente du monde d’après un classement publié par le site anglais Askmen. Comment expliquer un tel succès international ? Quel est son truc en plus ?

Bertrand Dicale : Il n’y a pas plus de recette avec David Guetta qu’avec les Beatles et U2 : c’est juste du talent, de la nouveauté et de l’opiniâtreté. David Guetta, dans le métier, on le connait depuis pas moins de 20 ans. Il a d’abord été un extraordinaire DJ dans la boîte de nuit la plus hype, la plus trendy, la plus fréquentée de Paris (NDLR : les Bains Douches). Il connaît le « dancefloor » ce qui ne signifie pas avoir juste une pile de disques, mais savoir ce qu’on peut passer, avec quoi, ce qu’on doit faire pour faire danser les foules…

Il sait aussi, à l’instar d’un musicien ou d’un acteur, s’effacer derrière le désir du public. Il est évident que le DJ David Guetta ne passait pas uniquement des disques pour lui-même, mais pour faire danser.

C’est logique qu’il ait vendu des millions de disques : si vous parvenez à déchaîner 450 personnes sur les 500 qui sont sur la piste de danse en un soir, vous toucherez des millions de gens à travers le monde !

 

Le fait de tenir autant compte de l’avis du public ne démontre-t-il pas qu'il n'est pas un vrai artiste ?

Vous connaissez un artiste qui ne s’intéresse pas au public ? Tous, sans exceptions en tiennent compte ! Parfois, ils ne réussissent pas à s’adapter ou ratent leurs coup, parfois ils n’ont même pas envie : au lieu de s’intéresser au public ils préfèrent s’intéresser à leur manager, à leur petite amie… S’il ne s’intéresse pas au public, un artiste n’en est pas un ! Ou alors on le retrouve dans un champ de blé, couché la gorge ouverte à Auvers-sur-Oise… David Guetta s’intéresse au public, vend des millions d’exemplaires, mais c’est juste un musicien électronique meilleur que les autres, et qui réussit mieux.

 

Un musicien électronique ? Il fait vraiment de l'électro, selon vous ?

Il déclarait récemment dans une interview qu'il faisait "de la musique pour danser". Ce n’est pas bête ! Les musiciens d’électro ne sont pas réduits à un genre, mais à une fonction : faire danser. Après, ils utilisent des musiques et visitent plusieurs genres… Quand Moby a commencé à mixer des vieux tubes des années 1920-1930 pour son album Play, il n'est pas devenu pour autant un musicien de blues, même si le blues était la matière première de sa musique. Les musiciens électro ne sont donc pas réduits à un genre.

 

Pourquoi, est-il aussi populaire auprès des rappeurs américains ?

Parce que c’est un son… qui marche !  Mais il est populaire aussi auprès des artistes de la chanson française. Sans engager personne, je pense que si David Guetta trouvait le moyen ou l’opportunité de travailler avec Jean-Jacques Goldman, les deux tomberaient d’accord ! C’est simplement une question d’efficacité, une manière de toucher le public. Et puis, n’oubliez pas que quand vous êtes un artiste de hip-hop américain vous jouez dans des arènes, dans des salles de 20 000 personnes. David Guetta joue dans les stades, c’est une sensation monstrueuse !

Guetta permet donc aux rappeurs américains de toucher un très large public. Exactement comme Moby a permis à des gamins de découvrir des bluesmen des années 1920, alors qu’ils ne savaient même pas que le blues existait… Les gamins ne se sont pas mis pour autant à acheter des 78 tours, ils ont juste apprécié une rencontre sonore et esthétique.

Quant à la trace culturelle que cela laissera c’est une autre histoire… Sa force réside dans ces moments incroyables : regardez un de ses « live », vous pouvez ne pas aimer, mais vous comprendrez pourquoi c’est une star mondiale. Pour la simple raison qu’il est le meilleur. David Guetta s’est toujours foutu d’être branché. Tout le monde venait dans sa boîte, mais les gens branchés lui crachaient dessus. Il est efficace, il est pop, le tout avec une grosse présence médiatique et un côté « people »…

 

Est-il trop bling-bling ?

Non, il est trop simple. David Guetta ressemble à son portrait sur l’affiche. Il n’est pas mieux rasé dans la réalité, ni plus beau, ni plus grand… il est joyeux et simple, au premier degré. Son plaisir c’est de faire danser les gens, qu’ils sautent de joie, c’est tout bête. C’est même tellement évident qu’on le perd de vue.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !