Christine Boutin : "La loi de 1905 répond à toutes les questions" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Christine Boutin : "La loi de 1905 répond à toutes les questions"
©

Débat sur la laïcité

Christine Boutin : "La loi de 1905 répond à toutes les questions"

La présidente du Parti chrétien démocrate qualifie de "fausse bonne idée" le débat de l'UMP sur la laïcité.

Christine Boutin

Christine Boutin

Christine Boutin est la présidente du Parti chrétien-démocrate.

Elle a été ministre du Logement et de la Ville puis uniquement du Logement, de mai 2007 à juin 2009.

Elle est l'une des instigatrices du droit au logement opposable.

 

Voir la bio »

Atlantico : le débat sur la laïcité est il légitime ou non ?


Christine Boutin : Dès qu’il a été question de ce débat sur la laïcité, j’ai attiré l’attention de Jean-Francois Copé sur la fausse bonne idée de lancer un débat comme celui-là. La laïcité est un sujet sur lequel on peut débattre, naturellement, mais le fait qu’il soit initié par un parti politique, fût-il majoritaire, entache le débat.

Mais la vraie question est : Y a t-il un problème de laïcité en France ? Personnellement, je pense que la loi de 1905 répond à toutes les questions posées encore aujourd’hui. Les catholiques, quand ils ont été confrontés au débat sur la laïcité en 1905, ont fait un effort important pour se plier à la loi. Aujourd’hui je pense que les autres religions doivent aussi faire un effort pour entrer dans le corps législatif français.

Maintenant, il y a deux questions posées : les prières dans les rues, et le financement des lieux de cultes. Une loi existe, qui fait que l’on ne peut pas utiliser la voie publique sans demander l’autorisation au préfet. Les catholiques doivent demander une autorisation pour un chemin de croix ou une procession. Si c’est autorisé, c’est autorisé, si cela ne l’est pas, la police doit intervenir pour dégager la voix publique ! Or depuis 20 ans, 30 ans, il y a une tolérance, et même un abandon. On ne fait pas respecter les lois, c’est un laisser-aller coupable.

Pour le financement des lieux de culte, la loi de 1905 a prévu une solution également. Les églises ou temples construits depuis cette date sont financés par les fidèles. S’il y a besoin d’autres lieux de culte pour d’autres religions, ce sont aux fidèles de les financer. Or, il y a de nombreux contournement de la loi pour les financements des lieux de culte nouveaux, en particulier les mosquées, puisque c’est de cela dont il s’agit. Souvent le financement est en partie complété par l’Etat ou une collectivité publique par des moyens détournés ou parfois très directement, comme avec la mise à disposition gracieuse ou presque d’un terrain. Cela arrive cependant aussi avec d’autres lieux de culte sans doute, et ce que je demande, c’est l’application stricte de la loi de 1905 pour tout le monde. Remettre en cause cette loi, c’est ouvrir la boite de Pandore.

En ce qui concerne le problème des musulmans, 90 % des musulmans vivent leur religion sans aucune difficulté. Mais il y a à peu près 10 % de radicaux. A force de stigmatiser les musulmans, les modérés ayant peur, vont avoir tendance à se rapprocher des radicaux. Et donc augmenter le problème de l’intégration de la religion musulmane en France !

Je note que pour la première fois en France, six religions se sont mises d’accord sur un texte. C’est exceptionnel et montre sans doute la gravité de la question. Je demande donc à Monsieur Copé de ne pas organiser son débat la semaine prochaine sur la laïcité.


Difficile de ne pas vous poser la question du moment : Serez-vous candidate à l’élection présidentielle en 2012 ?

(rires) Le 2 avril le Parti chrétien démocrate (PCD) se réunit en conseil national. Un vote du bureau décidera ou non de la pertinence d’une candidature pour la présidentielle 2012.

Propos recueillis par Jean-Baptiste Giraud

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !