Changer de compagnie d’assurance selon votre envie : bientôt possible ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
"Techniquement, changer d’assureur sur un coup de tête est tout simplement impossible aujourd'hui."
"Techniquement, changer d’assureur sur un coup de tête est tout simplement impossible aujourd'hui."
©Reuters

Decod'Eco

Changer de compagnie d’assurance selon votre envie : bientôt possible ?

L'Assemblée nationale s'apprête à examiner un projet de loi qui permettrait aux consommateurs, et en l’occurrence aux assurés, de changer de compagnie d'assurance quand bon leur semble. En attendant cette concurrence avantageuse économiquement, voilà comment prendre de l'avance.

Claire Diaz

Claire Diaz

Diplômée en économie internationale et géopolitique, Claire Diaz est rédactrice à
Protection & Rendements chez les
Publication Agora.

Voir la bio »

Changer de contrat d’assurance quand vous en avez envie, cela sera-t-il bientôt possible ? C’est en tout cas ce qu’examinera cette semaine l’Assemblée nationale avec le projet de loi rédigé par le ministre de l’Economie sociale et solidaire Benoît Hamon.

Si, pour le moment, les contours de cette mesure restent flous, c’est l’occasion parfaite de faire le point sur ce qui existe à l’heure actuelle. Quels sont les principes à respecter pour résilier son contrat d’assurance ? Y a-t-il des règles à respecter ? Quand et comment changer de compagnie d’assurance ? Techniquement, changer d’assureur sur un coup de tête est tout simplement impossible.

Qu’il s’agisse de votre assurance habitation, de votre assurance auto ou de votre complémentaire santé, un contrat est un contrat. Ce dernier engage votre responsabilité et vous lie fermement avec votre assureur pour une durée minimale d’un an. Vous n’aurez la possibilité de rompre cet engagement qu’à échéance de votre contrat. Dans la grande majorité des cas, cet engagement sera renouvelé par tacite reconduction au bout d’un an.

Votre assureur est tenu – selon la loi Châtel – de vous notifier cette reconduction par courrier et ce, dans un délai de trois mois maximum avant la date anniversaire de votre souscription.

Il n’y a qu’à cette date que vous récupérerez alors la main et qu’il vous sera possible de résilier votre contrat. Attention : sachez que si votre assureur ne vous alertait pas de l’imminence de cette reconduction ou qu’il vous envoyait sa lettre d’information trop tard, vous aurez un nouveau délai de résiliation d’une durée de vingt jours commençant après cette notification.

Outre ce délai légal de résiliation, il existe un certain nombre de cas, où vous pouvez résilier avant la fin de votre contrat :un refus de prise en compte de la diminution de votre risque par votre assureur, une augmentation de votre cotisation d’assurance du seul fait de votre assureur, une vente du bien assuré (automobile, moto, logement, etc.)

Dans ces cas précis, vous êtes alors libre de résilier et de changer de compagnie d’assurance avant votre échéance.

Comment changer de compagnie d’assurance ?

La marche à suivre est la même pour tous vos contrats d’assurance : premièrement, informez votre assureur de votre désir de mettre fin à votre engagement. Pour cela, vous devez envoyer votre demande par lettre recommandée avec accusé de réception –accompagnée de pièces justificatives nécessaires dans le cadre d’une résiliation anticipée (ordre de vente de votre logement, ou de votre véhicule par exemple…).

Soyez prudent : si vous résiliez votre assurance à l’échéance, votre contrat prendra fin le lendemain de votre envoi de lettre recommandée AR. Prenez les devants et anticipez en cherchant avant cette date une nouvelle compagnie d’assurance. C’est d’autant plus essentiel pour votre assurance automobile. Sachez que si vous êtes contrôlé par la police au volant de votre voiture sans pouvoir justifier d’une assurance automobile, vous êtes passible de lourdes sanctions (3 750 euros d’amende, suspension de permis, confiscation du véhicule…)

Vous pouvez souvent éviter d’avoir à changer tous les ans d’assurances en prenant quelques précautions avant de signer votre contrat.

Les deux réflexes qui pourraient vous éviter bien des mauvaises surprises

1- Faites attention aux franchises

Pour rappel : une franchise est le montant qu’il vous restera à payer de votre poche en cas de sinistre. Ce sont ces franchises qui influent directement sur le montant de votre prime ou cotisation annuelle d’assurance (ce qu’il vous faudra payer chaque année pour être couvert).

Le problème est simple : en choisissant une assurance avec une cotisation annuelle très basse, vous risquez de vous voir appliquer des franchises extrêmement élevées. Car, en cas de sinistres, tous les montants en dessous de cette franchise ne seront pas pris en charge par votre assurance et devront donc être payés de votre poche ! Vérifiez donc attentivement les montants de ces franchises avant de signer votre contrat.

2- Traquez les garanties inutiles

Une garantie protection juridique, une garantie recours-défense, une garantie protection du conducteur etc. : beaucoup d’assurés n’ont pas conscience de toutes les garanties présentes dans leur contrat. Pourtant, savoir précisément ce qui est couvert et ce qui ne l’est pas pourrait vous faire gagner des dizaines d’euros par an.

Adoptez donc toujours le réflexe, avant de souscrire une nouvelle garantie, de relire votre contrat et de dresser la liste des garanties que vous possédez déjà.

Grâce à cette stratégie qui peut paraître simple, et en l’appliquant à chacune de vos assurances, vous serez surpris des économies qui en découleront. C’est une méthode efficace et pratique pour optimiser votre couverture tout en maîtrisant votre facture.

[Cas pratiques, astuces, informations souvent méconnues... Recevez tous nos conseils pour améliorer la gestion de votre argent en cliquant ici ]

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !