Ces recettes qui permettraient de mettre fin à la désindustrialisation en France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Ces recettes qui permettraient de mettre fin à la désindustrialisation en France
©VINCENT KESSLER / POOL / AFP

Edito

Ces recettes qui permettraient de mettre fin à la désindustrialisation en France

L’industrie française se trouve dans une mauvaise passe qui contraste avec la situation que connaissent la plupart de nos partenaires européens. Pourtant, selon les dernières enquêtes l’attractivité du pays est manifeste et connait un regain très vif depuis l’élection d’Emmanuel Macron.

Michel Garibal

Michel Garibal

Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.

Voir la bio »

Les décideurs internationaux croient dans l’avenir de l’industrie française. Au demeurant, une timide reprise s’est manifestée l’an dernier, où trois mille emplois industriels nouveaux ont vu le jour pour la première fois depuis 1999, mettant fin à une désaffection contre un secteur pourtant essentiel de l’activité économique.

Il est vrai que depuis le début des années deux mille, les capacités de la production manufacturière sont restées stables, alors qu’elles augmentaient en moyenne de vingt pour cent dans la zone euro. Les disparitions d’entreprises se sont traduites par la perte d’un tiers des emplois, alors que depuis la crise de 2008, la production industrielle s’est réduite de 15%, plaçant la France au dix-huitième rang européen pour les petites et moyennes entreprises. En fait, le mouvement avait commencé dès les années soixante-dix avec la recomposition géographique de la carte des usines. Une véritable saignée s’est produite dans le nord-est du pays et même dans le bassin parisien, où la part de l’emploi industriel est tombée de 29 à 13% entre 1975 et 2014. Trois territoires seulement ont connu une évolution positive : la Bretagne, le Jura et l’Occitanie.  Paradoxalement, le mouvement de création de firmes a connu une poussée majoritaire vers l’ouest du pays, surtout vers les côtes, à l’inverse de ce qui se produisait en Europe où l’industrie se concentre plutôt vers le centre entre l’Allemagne et les pays de l’est. La France, comme souvent, se distinguait de ses partenaires.


La semaine prochaine, le Conseil national de l’industrie devrait faire des propositions pour ranimer le tissu industriel dans le cadre de la mission confiée par le gouvernement au député Bonnell en septembre dernier. Les présidents des intercommunalités devraient promouvoir pour les entreprises un pacte productif pour une centaine de territoires afin de déboucher sur des créations d’emplois, notamment dans les villes de moins de vingt mille habitants, où depuis quarante ans, l’emploi industriel a diminué de 38% et s’est trouvé à peine compensé par les embauches dans les services qui ont pris un relais fragile.

Un rôle accru serait ainsi donné aux régions afin de réduire le sentiment d’éloignement qu’elles ressentent face aux centres de décisions de la capitale. A condition que les initiatives se multiplient sur le terrain, en créant un climat propice, à l’image de ce qui existe en Vendée, où la multiplication des entreprises familiales, solidaires entre elles, a permis de ramener le chômage à 4% seulement, moins de la moitié du taux national. Pour y parvenir, il est indispensable que les efforts accomplis à la base soient assortis de mesures d’allègement des normes qui pèsent sur les sites industriels pour accélérer la reconversion des friches, que l’on se préoccupe aussi des moyens de transport et des logements du personnel, tandis que parallèlement, on développe la robotisation pour laquelle la France est particulièrement en retard, afin d’améliorer la productivité.

Bref, qu’une véritable mobilisation se développe, à tous les niveaux, à l’imitation de ce qui existe par exemple en Allemagne où les Länder participent étroitement au développement des entreprises grâce à des partenariats actifs. Ainsi pourrait-on réconcilier la France avec son industrie et résorber la cassure avec les territoires. Un programme ambitieux et qui demanderait du temps.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !