Ces corps qui nous fascinent : une nouvelle étude souligne à quel point les émissions de télé réalité et les réseaux sociaux ont un impact redoutable sur l’image de soi des ados | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Nabilla Benattia, star de télé-réalité, pose avec des fans
Nabilla Benattia, star de télé-réalité, pose avec des fans
©Fabrice COFFRINI / AFP

Miroir, mon beau miroir

Ces corps qui nous fascinent : une nouvelle étude souligne à quel point les émissions de télé réalité et les réseaux sociaux ont un impact redoutable sur l’image de soi des ados

Selon une enquête britannique pour BBC 5 Live, plus de la moitié des jeunes de 18 à 34 ans estiment que la télé-réalité et les médias sociaux ont un effet négatif sur la façon dont ils voient leur corps. Comment l'expliquer ?

Jean-Michel   Fourcade

Jean-Michel Fourcade

Jean-Michel Fourcade est docteur en psychologie clinique. Il est président de l'Association Fédérative Française des Organismes de Psychothérapie (AFFOP) et directeur de la Nouvelle Faculté Libre - NFL - Formation en psychothérapie intégrative.

il est l'auteur de plusieurs livres, dont "Les bio-scénarios, clés énergétiques du corps et de l'esprit" (2007).

Voir la bio »

Atlantico : Selon une enquête ComRes auprès de 2 000 adultes britanniques pour BBC 5 Live, plus de la moitié des jeunes de 18 à 34 ans estiment que la télé-réalité et les médias sociaux ont un effet négatif sur la façon dont ils voient leur corps. Comment l'expliquer ?

 
Jean-Michel Fourcade : La télé-réalité est celle à laquelle l'enfant, l'adolescent et l'adulte peuvent le plus facilement s'identifier puisque c'est "des gens comme nous" qui y participent. C'est donc là que les normes sociales de la beauté et de la séduction agissent le plus fortement. Une des normes de notre société est que le corps est un outil à notre service, pas une part de nous et de notre histoire. "J'ai un corps" plus que "Je suis mon corps". Cet outil, la chirurgie esthétique le rend conforme aux apparences de l'éternelle jeunesse - autre norme de notre société niant l'évolution normale de l'âge et de l'histoire et leurs effets - comme dans le cas de la maternité.
 
L'enquête auprès de la jeunesse anglaise donne un résultat qui n'aurait pas (encore) une telle ampleur en France. Il est proche de ce que l'on sait des pays latins (Italie, Espagne, Brésil) vis à vis de la chirurgie esthétique et montre l'évolution des critères de l'amour : moins de caractéristiques morales ou "de personnalité"; plus dans l'apparence physique.
 

L'enquête suggère également que les personnes plus jeunes étaient plus susceptibles d'envisager une chirurgie esthétique. Comment comprendre cette réponse des jeunes et quelle en est l'ampleur ? Les médias et la télé réalité poussent ils les jeunes à vouloir à tout prix ressembler à leurs idoles ou mettent ils en lumière des défauts physiques qui jusque-là ne posaient pas de problème ?

 
C'est au moment où il se voit dans le miroir que le petit enfant acquiert à la fois la conscience de son unité, de son autonomie et qu'il a une IMAGE de lui-même, une représentation imagée de lui-même. Les sensations proprio-perceptives restaient jusque-là dispersées. Les messages qui lui étaient adressés, par leur diversité due à la multiplicité et à la diversité de ceux qui s'adressent à lui, favorisaient l'expérience d'un moi éclaté.
 
C'est dire si l'image de soi est un phénomène psychologique central de la conscience de soi.
 
Dans la construction de l'image de soi intervient immédiatement le lien social: du lien à la mère au lien à la famille et, par elle, au groupe social, à la classe sociale.
 
Les sociologues nous montrent que les groupes ont des normes que l'enfant apprend, à la fois pour s'y confirmer, pour s'évaluer et pour juger les autres.
 

Comment lutter contre ce phénomène ? Le peut-on vraiment ?

 
L'enfant s'identifie à ceux qui l'éduquent. Plus il est jeune, plus cette identification est massive, tant sur le plan matériel (son image, sa façon de s'habiller, de se coiffer, de parler...) que psychologique.
 
Les statistiques révèlent le temps énorme que les jeunes passent maintenant devant la télévision et sur les réseaux sociaux qui diffusent subtilement les normes globales de notre société et les normes de leur groupe d'âge. L''identification matérielle porte sur les apparences corporelles (minceur, unisexe, beauté, musculation) et sur les vêtements (les marques), ce que la publicité utilise et oriente.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !