Centres d'accueil pour migrants en Afrique : la bonne idée d'Emmanuel Macron | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Centres d'accueil pour migrants en Afrique : la bonne idée d'Emmanuel Macron
©Reuters

Immigration choisie

Centres d'accueil pour migrants en Afrique : la bonne idée d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron souhaite faire le tri entre migrants économiques et réfugiés et entend accélérer les procédures de demande d'asile, en créant des "hot-spots" dans les pays africains sûrs.

Atlantico : Emmanuel Macron, durant son déplacement à Orléans ce jeudi 27 juillet, a commencé à esquisser les contours de ce qui sera sa politique migratoire sous son quinquennat. Faire le tri entre réfugiés et migrants économiques, réduire les délais administratifs pour les demandes d'asiles de 18 à six mois grâce à des centres d'enregistrement dans différents pays africains dits "sûrs"… Que penser de ce début de plan ? 

Laurent Chalard : En guise d’introduction à notre propos, il convient de se féliciter que le nouveau Président de la République, Emmanuel Macron, s’attaque sérieusement à un sujet primordial pour l’avenir de notre pays, qui suscite les inquiétudes grandissantes de la plupart de nos concitoyens, alors que son prédécesseur, François Hollande, n’a guère agi, laissant Angela Merkel n’en faire qu’à sa tête, à l’origine d’une situation de gestion des flux migratoires très détériorée, indigne d’un continent aussi riche que le nôtre. En effet, la problématique migratoire ne peut être réglée que par des politiques énergiques et non par des demi-mesures.

Concernant plus précisément le premier point principal de ce début de plan, le fait de sélectionner les migrants ayant droit de s’installer sur le continent européen relève du bon sens, puisqu’il s’agit de distinguer les demandeurs d’asile, originaires de pays en guerre ou dirigés par des dictatures bafouant les Droits de l’Homme, que l’Europe a le devoir d’accueillir dans la limite de ses possibilités, des migrants économiques, qui cherchent juste à rejoindre notre continent pour améliorer leur niveau de vie, mais dont la sécurité quotidienne n’est nullement menacée dans leur pays, que l’Europe n’a donc aucune obligation à accueillir. Or, la crise des migrants de 2015-16 a bien montré qu’une large partie des prétendus « réfugiés syriens » n’étaient, dans les faits, que des migrants économiques d’autres nationalités se faisant passer pour des « Syriens », ou tout simplement profitant du chaos migratoire pour obtenir leur billet d’entrée pour l’Europe.

Concernant le second point le plus important de ce plan, comme nous l’avions précisé dans une interview précédente, la réduction du temps de la procédure de traitement d’une demande d’asile apparaît aussi comme une bonne chose, permettant de statuer plus rapidement, et donc de limiter la durée de la situation de précarité que connaissent de nombreux demandeurs d’asile, ce qui d’un point de vue humain est un plus certain, tout en permettant d’expulser plus rapidement les déboutés de la demande d’asile pour éviter qu’ils s’éternisent sur le territoire sans situation professionnelle, source potentielle d’actes déviants.

Même s'il a fait se rencontrer Fayez al-Sarraj et le général Khalifa Haftar, la situation est loin d'être stabilisée en Libye et Emmanuel Macron refuse d'installer des hotspots sur le sol libyen dans ces conditions. Pourtant, ne serait-ce pas la priorité pour essayer d'endiguer le phénomène migratoire ?

Effectivement, l’implantation de points d’enregistrement des demandes d’asile dans les pays qui assurent, d’une certaine manière, une fonction de sas avec l’Europe pour les migrants, que ce soit la Libye, la Turquie ou encore le Maroc, constitue un idéal à atteindre. Cependant, si pour les deux derniers pays, leur mise en place ne devrait, en théorie, pas poser de problèmes majeurs sur le plan logistique (sur le plan politique, c’est une autre question, rien ne dit que leurs dirigeants autoritaires souhaitent pérenniser leur rôle de sas migratoire avec l’Europe), par contre, pour la Libye, le principal point de passage vers l’Europe à l’heure actuelle, ces points d’enregistrement ne pourront être mis en place tant que le pays ne sera pas définitivement stabilisé politiquement, entendu tant qu’il n’aura pas un unique gouvernement central. Si la situation politique interne s’est un peu améliorée ces derniers temps avec la montée en puissance des forces du maréchal Haftar à l’est et au sud du pays, par contre, au nord-ouest, autour de la capitale Tripoli, la situation demeure extrêmement chaotique. Or, c’est dans cette dernière région que se concentrent les flux de migrants vers l’Italie, les réseaux mafieux prospérant tranquillement sur le dos des migrants. Emmanuel Macron se doit donc d’adopter la politique la plus pragmatique possible permettant l’émergence d’un semblant d’ordre dans la région de Tripoli avec plusieurs options à la clé (intervention d’une force de paix internationale en Tripolitaine ? Soutien au maréchal Haftar pour qu’il s’empare de l’ensemble du pays ?). La résorption des flux migratoires provenant de Libye relève donc plus d’une question militaire que d’une question purement démographique.

N'est-il pas utopique de penser pouvoir compter sur la solidarité européenne quand on connaît les positions de pays comme la Hongrie et la Pologne sur la question ? La France arrivera-t-elle à se donner les moyens de ses ambitions seule ?

La solidarité européenne apparaît incontestablement comme le grand problème de la gestion de la question migratoire depuis le début de la crise des réfugiés syriens à l’été 2015. Il n’existe pas de politique européenne globale sur le sujet, pour la simple raison que les intérêts et les philosophies des différents Etats membres sont divergents, la crise migratoire ayant été le révélateur de l’extrême fragilité de la construction européenne. Pour résumer, l’Europe se découpe en quatre camps. Le premier se compose des pays de l’Europe de l’Est, qui ayant lutté contre l’idéologie communiste destructrice de leur identité nationale, se refusent d’accueillir des migrants, qui risqueraient, selon eux, de remettre en cause une existence nationale difficilement acquise. Le second comprend des pays, comme la France et le Royaume-Uni, qui, du fait d’une dénatalité moindre qu’ailleurs, n’ont guère besoin d’immigration, d’où une réticence certaine à accueillir les migrants, qui plus est dans un contexte de forte montée du populisme. Un troisième camp regroupe les pays d’Europe méridionale, aux taux de chômage conséquents, qui ne ressentent donc pas l’intérêt, à l’heure actuelle, de recevoir des migrants, leur propre jeunesse émigrant vers l’Europe du Nord. Enfin, un dernier camp, qui n’en est pas des moindres, est constitué de l’Allemagne, dont les besoins en main d’œuvre sont considérables, du fait d’une dénatalité forte et d’une économie qui se porte bien. Elle est donc plus favorable à l’accueil de migrants et a su imposer ses vues au moment de la crise des réfugiés syriens.

Il est évident que la France ne peut agir seule sur ce sujet. Sans accord avec ses partenaires européens, ses velléités de gérer la question migratoire sont vouées à l’échec. Cependant, le fait de reprendre un leadership sur une question, qui avait été monopolisée par Angela Merkel, avec le succès que l’on connaît, est positif. Il est temps que la France affirme ses vues, différentes de celles de l’Allemagne, sur un sujet où les allemands ont, jusqu’ici, fait cavalier seul, sans réfléchir aux conséquences pour le reste du continent ! En effet, la majorité des pays européens sont sur la longueur d’onde française et non sur celle allemande.

 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !