Ce que l’attentat de Manchester nous apprend de l’évolution de la stratégie de l’Etat islamique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ce que l’attentat de Manchester nous apprend de l’évolution de la stratégie de l’Etat islamique
©Paul ELLIS / AFP

La marque

Ce que l’attentat de Manchester nous apprend de l’évolution de la stratégie de l’Etat islamique

L'attaque terroriste qui a frappé un concert d'Ariana Grande à Manchester a fait 22 morts et 59 blessés. Une attaque "révoltante" qui a touché "de jeunes personnes sans défense" selon les mots de la première ministre Theresa May. L'attentat a depuis été revendiqué par le groupe Etat Islamique mais beaucoup de questions restent encore sans réponse.

Alain Rodier

Alain Rodier

Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la criminalité organisée.

Son dernier livre : Face à face Téhéran - Riyad. Vers la guerre ?, Histoire et collections, 2018.

 

Voir la bio »

Atlantico : Quels sont les enseignements que l'on peut tirer de l'attaque terroriste qui a touché Manchester ? Peut-on imaginer que cette attaque soit le fruit d'une cellule de l'Etat Islamique sur place ?

Alain Rodier : Il convient de rester prudent. L'enquête en cours nous apprendra beaucoup de choses dans les jours à venir. Il n'est même pas exclu que nous soyons confrontés à de fausses pistes. Selon les déclarations des autorités britanniques, le kamikaze (Salman Ramadan Abedi né en 1994 en Grande Bretagne) serait d'origine libyenne issu d'une famille très pieuse.  Il aurait séjourné en Libye - pour le moment sans autres de précisions -.

La revendication de Daech pose plus de questions qu'elle n'apporte de réponses. Elle ne mentionne pas de "martyr" et parle de plusieurs explosions alors qu'il n'y en aurait eu qu'une. Cela entendu, l'organisation Daech n'a jamais revendiqué une action terroriste qui n'avait pas de lien (même ténu) avec elle.

Etant donnée la relative sophistication de l'attaque (confection de l'explosif - vraisemblablement du TATP -, choix de la cible et du moment auquel il convenait d'agir), il est probable que nous ayons affaire à une cellule clandestine qui comportait au moins un "professionnel" du terrorisme qui a été formé sur un théâtre de guerre extérieur. Soit c'est le kamikaze, soit c'est une tierce personne et là, c'est très inquiétant pour l'avenir. La suite de l'enquête nous apportera vraisemblablement des précisions à ce sujet.

Est-ce qu'il y avait là une volonté spécifique de cibler à a fois la jeunesse et le Royaume-Uni selon vous ?

Je ne pense pas que c'est la "jeunesse" qui était particulièrement visée. Le terroriste a surtout choisi une "cible molle", un spectacle à Manchester moins protégé que Londres. Son but était de faire un maximum de victimes. Il a décidé de se faire exploser lors de la sortie du public au moment où la surveillance est plus relâchée. La charge contenait des shrapnels (des bouts de métal tels que des boulons et des clous) pour causer le plus de dégâts humains possibles. L'objectif final consistait à frapper l'opinion. Que le public soit constitué des "jeunes" est un hasard. Le terroriste aurait très bien pu s'en prendre à un match de football et les observateurs n'auraient pas dit que c'étaient les hooligans qui étaient ciblés. 

SI c'est bien l'Etat islamique qui a frappé Manchester hier soir, Al-Qaïda a renouvelé il y a peu ses intentions de frapper l'Occident. Qu'est-ce que cela peut laisser présager pour l'avenir ? 

Depuis des semaines, Daech et Al-Qaida "canal historique" rivalisent à qui lancera le plus d'appels au meurtre sur les réseaux sociaux. Par exemple, le 17 mai, Daech publiait une vidéo où des volontaires américain, canadien, britannique, russe et belge appelaient leurs concitoyens à passer à l'action là où ils se trouvaient. Hamza Ben Laden, un des fils préféré de l'émir d'Al-Qaida "canal historique" aujourd'hui décédé, publiait presque au même moment deux messages appelant à faire de même. Une petite différence entre les objectifs des deux mouvements : Al-Qaida "canal historique" fait une fixation sur les Etats-Unis alors que Daech vise l'ensemble de l'Occident et la Russie. Il convient de rappeler que pour ces deux mouvements salafistes-djihadistes, leurs premiers ennemis à abattre sont les dirigeants des pays musulmans considérés comme des "corrompus". Pour la petite histoire, les deux formations se livrent une guerre d'influence qui s'étend aujourd'hui jusqu'en Extrême-Orient où ils s'arrachent les partisans du groupe Abou Sayyaf (Philippines) et du Jihad Islamiyah (Indonésie). L'Occident et la Russie ne sont que des "ennemis lointains" à atteindre quand cela est possible.

La période extrêmement pénible que nous vivons va durer car les dirigeants des mouvements salafistes-djihadistes conçoivent leur combat dans la durée. Ils savent très bien qu'ils ne connaîtront pas le "califat mondial" qu'ils appellent de leurs voeux mais ils préparent les nouvelles générations à prendre leur relève pour atteindre un jour le but qu'ils se sont fixé. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !