Présidentielle : jeux de rôles (même pas drôles) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Présidentielle : jeux de rôles 
(même pas drôles)
©

Zone franche

Présidentielle : jeux de rôles (même pas drôles)

Dans cette campagne, tout le monde fait semblant mais ça n’est pas pour de rire.

Hugues Serraf

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019

 

Voir la bio »

Le rédac chef d’Atlantico et moi, on est d’accord sur un tas de choses même s’il manque un peu d’humour (il lui arrive de ne pas se bidonner en lisant mes chroniques LOL alors que c’est physiologiquement impossible d’après la faculté). Nous nous demandions donc de conserve ce qui rendait cette campagne présidentielle aussi inintéressante et terne, et nous nous sommes à nouveau retrouvés sur un point : tous les candidats sont des faux.

Prenez Sarkozy, par exemple. Le gros grief des antis, c’est qu’il soit « libéral ». Je veux bien que ce mot soit devenu une insulte générique et vide de sens, et qu’il suffise de ne pas être favorable à la nationalisation de toutes les boîtes de plus de un salarié et la fin de l’auto-entreprise pour passer pour un fanatique du laissez-faire, mais si l’omniprésident est un libéral, moi je suis carrément libertaro-minarchiste et je peux vous assurer que c’est loin d’être le cas.

Et Hollande, que l’on accuse d’être « socialiste » mais n’est jamais qu’un social-démocrate standard qui partirait bien en vacances avec Blair et Zapatero s’il n’avait pas peur que ces deux chômeurs lui laissent récupérer toutes les additions (le Lubéron ou la Toscane en haute-saison, c’est pas donné) ? Tss… Si Hollande était vraiment socialiste, Chavez s’en serait rendu compte et le soutiendrait comme Merkel (qui n’est pas exactement libérale non plus) soutient Sarkozy et on n’aurait aucun doute sur la question.

Mais Joly n’est pas mal non plus en écolo de comédie, elle qui semble penser que l’alpha et l’oméga de la pensée verte, c’est la fin des défilés militaires et des entonnements de Marseillaise. Ayant récemment découvert qu’il existait des tanks « environmentally friendly » équipés de moteurs hybrides, je pourrais d’ailleurs l’aider à réconcilier son horreur de la chose militaire et son désir de passer pour une végétarienne mais ce serait au risque de lui faire perdre les deux ou trois points que les sondeurs lui concèdent encore à l’occasion. Je n’aurai pas cette cruauté.

Cheminade, la sincérité faite homme ?

Bon, et Mélenchon, c’est pas un communiste authentique, lui ? Et son succès auprès des masses laborieuses et précaires n’est-il pas la preuve de ce que le Front de gauche est « the only real thing » de toute cette aventure ? Allons-donc ! Mélenchon est au mieux un socialiste à l’ancienne, dont le modèle est Mitterrand et le projet la conquête du PS par la face ouest. Place du Colonel-Fabien, on n’est pas vraiment dupe mais il faut bien manger et rester propre…

Tiens, même Le Pen n’est pas une vraie fasciste, ce qui est presque le plus désolant pour le chroniqueur attentif à la gravidité de l’utérus de la bête immonde. Ah, il y a derrière elle un tas de gens pas franchement recommandables et elle fait de gros efforts d'intégration dans les meetings ou dans les bals populaires, mais ce n’est pas cette extrême droite insipide et dédiabolisée qui réconciliera les Mégret, les Lang (Carl) et les Gollnisch lors d’un déjeuner à la brasserie Jenny.

Pour sûr, comme disait le facteur de l’Ile aux enfants, il y aura toujours des gens pour expliquer que Bayrou est définitivement centriste, et que sur à peu près tout et n’importe quoi, il est systématiquement sur une position médiane. Mais se retrouver à égale distance d’une fausse gauche et d’une fausse droite, est-ce que c’est être vraiment au milieu de quoi que ce soit ? Je vous laisse réfléchir.

De fait, le seul candidat qui ne soit pas dans le jeu de rôle, c’est Cheminade, qui dit tellement n’importe quoi qu’il ne saurait décevoir personne. Il a des positions tranchées et iconoclastes sur la terraformation de Mars, mais c'est presque consensuel : s’il peut prouver qu’on n’ira pas chercher du gaz de schiste par fracturation hydraulique sur la planète rouge, il pourrait même voir quelques verts se rallier (s’ils sont complotistes et ont un problème avec la finance cosmopolite, ça peut aider mais cette combinaison doit se trouver assez facilement chez EELV).

Hum, Cheminade seul candidat sincère, c’est tellement triste que ça devrait faire rigoler (sauf, peut-être, le rédac chef d’Atlantico, bien entendu).

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !