Eva Joly a-t-elle voulu concurrencer Grand Corps Malade pour son clip de campagne ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Eva Joly a-t-elle voulu
concurrencer Grand Corps Malade
pour son clip de campagne ?
©

Naufragée

Eva Joly a-t-elle voulu concurrencer Grand Corps Malade pour son clip de campagne ?

La candidate d'Europe Écologie-Les Verts termine la campagne du premier tour avec 3% d'intentions de vote dans les sondages. En mettant l'accent sur ses origines norvégiennes, ne s'est-elle pas coupée de l'électorat français ?

Antoine Bueno

Antoine Bueno

Antoine Bueno est écrivain et chargé de mission au Sénat. Il se produit aussi dans son seul en scène, "Antoine Bueno, l'Espoir".

Voir la bio »

Atlantico : Eva Joly n’a jamais décollé dans les sondages, terminant cette course au premier tour à 3% des intentions de vote. Dans son dernier meeting de campagne, elle se présentait comme une « Norvégienne ménopausée ». Un de ses problèmes n’a-t-il pas été de s’exclure du peuple français, plutôt que de s’y inclure ?

Antoine Buéno : Dans son Contrat social, Jean-Jacques Rousseau préconisait plusieurs réformes révolutionnaires pour l’époque. Et a imaginé qui pourrait les mettre en œuvre, dans un passage appelé « Du législateur ». Et ce législateur, c’est Eva Joly ! C'est-à-dire quelqu’un qui vient d’ailleurs, qui a donc un regard extérieur, du recul. Selon Rousseau, c’est le seul moyen de réformer une société.  Aujourd’hui, on a des conceptions radicalement opposées. Je pose donc la question : les Verts n’auraient-ils pas réinventé le rousseauisme dans la lettre ?

C’est d’ailleurs une lettre qu’elle adresse aux Français dans son clip de campagne. Mais elle y tourne le dos à ses électeurs, ne respectant pas là les codes de la communication. Ce n’est pas vraiment de sa faute : les candidats sont les jouets de communicants qui les conseillent plus ou moins bien.

Mais ce qui m’a marqué, ce n’est pas tant le fait qu’elle tourne le dos aux électeurs, mais le caractère de slam de l’exercice. On dirait qu’elle parle en rythme. En la regardant, j’ai entendu Grand Corps Malade nous raconter une histoire ! Reste à savoir si elle représente le grand corps malade de l’écologie... je laisse les sondages en décider.

Pourquoi suscite-t-elle si peu d’enthousiasme ?

Le problème dépasse largement Eva Joly. C’est un problème de totale inadéquation – et c’est rare en politique - entre la composition du parti EELV et celle de son électorat. Le parti est resté une espèce d’excroissance baba-cool gauchisante, voire extrême-gauchisante, tandis que l’électorat vient de tous les horizons et regroupe des gens qui ont une angoisse et une conscience écologique, en dehors de tout esprit partisan.

Si la primaire avait été ouverte, Nicolas Hulot l’aurait évidemment emportée. Il est plus populaire qu’elle et aurait pu faire entrer l’écologie dans la maturité, la faire sortir de son carcan idéologique, en faisant en sorte que les deux grands partis s’en saisissent.

A-t-elle fait une sorte de campagne "anti-France", qui a pu faire peur aux électeurs ?

Je ne pense pas. A titre personnel, elle me parait très sympathique. On sent chez elle une droiture, une grande honnêteté. Lorsqu’elle a eu son accident à la sortie d’un cinéma, quelques mauvaises langues ont dit qu’elle était allée voir Titanic, et que cela représentait sa campagne.... C'est tout de même lunaire d’imaginer une candidate, en pleine élection présidentielle, qui continue tous les dimanche à aller au cinéma. C’est révélateur d’une authenticité remarquable

Eva Joly est vraiment anti-système, elle est restée elle-même. Ce que l’électorat lui reproche, c’est de ne pas les avoir fait rêver. Moi, je ne lui reproche rien, je reproche aux militants sclérosés du parti qui l’ont désignée. Elle n’aurait jamais due être candidate. A partir du moment où elle a été désignée, elle a joué sa partition avec honnêteté.

Sa sortie sur « Nous les Youpins, les Nègres, les Bougnoules, nous les Norvégiennes ménopausées" », n’était-elle pas trop provocatrice, décalée ou inadaptée ?

Cette posture était très courageuse et originale. Je ne pense pas que celaa ait posé problème dans sa campagne : il ne faut pas se leurrer, elle n’a jamais décollé, quelques aient été ses propos. Mais je ne crache pas sur le fait d’avoir une figure originale comme cela dans une campagne atone. Elle fait partie de ses petits candidats qui ont fait vivre la démocratie, au-delà d’un bipartisme qui ne veut pas dire son nom.

La campagne était mauvaise car le cheval n’était pas le bon. Si ça avait été Nicolas Hulot, la physionomie du paysage de la campagne serait aujourd’hui très différent. Nicolas Hulot est aimé des Français, elle moins. Eva Joly représente un mouvement écologique politisé, Nicolas Hulot non.


En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !