Bombe à Londres, attaque à Paris : pourquoi il est urgent que nous passions d'une culture de l'indignation à une culture de la sécurité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Bombe à Londres, attaque à Paris : pourquoi il est urgent que nous passions d'une culture de l'indignation à une culture de la sécurité
©Reuters

Modèle israélien

Bombe à Londres, attaque à Paris : pourquoi il est urgent que nous passions d'une culture de l'indignation à une culture de la sécurité

Les attentats se répètent régulièrement sur les sols des pays européens, formant une menace permanente qui semble s'apparenter à ce à quoi est confronté l'Etat d’Israël.

Olivier Hassid

Olivier Hassid

Olivier Hassid est un ancien directeur général du CDSE (Club des directeurs de sécurité des entreprises), docteur ès sciences économiques, directeur dans un grand cabinet d'audit et de conseil international.

Voir la bio »

Atlantico : Une nouvelle attaque terroriste a eu lieu ce vendredi 15 septembre à Londres, faisant 22 blessés, tandis qu'un militaire de l'opération Sentinelle était agressé à Paris de façon concomitante. Ces événements se répètent régulièrement sur les sols des pays européens, France en tête, formant ainsi une menace permanente qui semble s'apparenter à ce à quoi est confronté l'Etat d’Israël. En quoi le modèle Israélien peut-il être une source d'inspiration pour la France ? 

Olivier Hassid : Je suis absolument contre la tentation de dupliquer des modèles. Chaque pays a son histoire sa culture​, ​ses règles. Nous ne sommes pas en Israël. Le niveau de menaces n'est pas du tout le même. Pour autant ce qui est intéressant c'est la maturité de la population face à la menace. Politiquement et médiatiquement on réagit par l'émotion. La population et de manière plus spécifique​,​ les décideurs  publics et privés n'ont pas une vision claire de ces enjeux. Pour le dire autrement il n'y a pas de culture de sécurité. ​L​es entreprises​,​ pour un grand nombre en France n'ont pas pris la mesure des enjeux en matière de sécurité​;​ on rogne sur les budgets on fait du low​-cost on ignore les nouvelles technologies de la sécurité comme la Biométrie par exemple. ​Au sein de certains opérateurs il y a une réelle évaluation de la menace une capacité à vérifier l'intégrité des personnels recrutées et des mesures de prévention et de protection sont mises en place dans une perspective, afin de repousser le plus loin possible la menace terroriste. Ils ont aussi une approche en terme de sécurité fluide avec la mise en place de capteurs qui évitent de congestionner les accès et donc de provoquer de réelles menaces sur les publics qui attendent de passer .S'il y a une différence notable c'est la maturité par rapport à la problématique​. ​

Qu'est ce que l'évolution de la menace terroriste, vers un modèle "low ​-​cost", impliquant des personnes non fichées, non connues des différents services peut-elle s'approcher de la menace à laquelle doit faire face Israël ? 

Attention rien ne nous dit que les prochains actes terroristes ne soient pas mieux organisés​. Ma conviction profonde est que la menace va évoluer. On est à l'étape 1 de la menace terroriste on risque de franchir un pallier avec la perte des capitales de l'​E​tat islamique. Le retour de français exerçant en Syrie sur le territoire français est une vraie source d'inquiétude. On va avoir ​des​djihadistes qui vont trouver refuge en Europe. Par conséquent il faut arrêter de minimiser la menace. Dans ces conditions il faut être mieux préparer à la transformation de la menace en y mettant des moyens à la fois publics et privés et pour le coup certains aspects de sécurisation que l'on retrouve en Israël sont intéressants : mise en place de stratégie de sécurité reposant sur un mixe hommes technologie formation poussée des agents de sécurité privées recours à des nouveaux services comme les profilers​.​

Du point de vue de la population israélienne, quelle a été l'évolution de la réaction face à ces événements ? 

La population est résiliente. Elle est préparée elle fait partie intégrante du dispositif global de sécurité. En France la population et les acteurs privés attendent tout de l'​E​tat ​. ​L'​E​tat seul est incapable de faire face à la menace et ce n'est pas bon de tout attendre de lui. Face à l'évolution de la menace il va falloir une conscience collective qui pour l'instant n'existe pas sur le sujet. Ces actes sont ​considér​é​s encore comme de simples  faits divers sordides. Il faudrait que nous appréhendions autrement avec plus de recul en intégrant une perspective à la fois historique sociologique et géopolitique​.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !