Quand la famille Madoff se confie sur les coulisses de la plus grande escroquerie de l'Histoire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Quand la famille Madoff se confie sur les coulisses de la plus grande escroquerie de l'Histoire
©

Souvenirs souvenirs

Quand la famille Madoff se confie sur les coulisses de la plus grande escroquerie de l'Histoire

L'épouse de Bernard Madoff, l'homme d'affaires américain condamné en 2009 à 150 ans de prison pour fraude pyramidale, donne une interview pour la première fois. Sa belle-fille raconte la vie de famille dans un livre. Et Madoff lui-même y va de ses confidences télévisées.

"The End of Normal: A Wife's Anguish, a Widow's New Life" (La fin de la vie normale, l'angoisse d'une épouse, la vie d'une veuve), c'est le titre d'un livre qui vient de paraître aux États-Unis, sous la plume de Stephanie Madoff Mack, qui raconte la vie de famille avant la condamnation de son beau-père pour une escroquerie qui a fait des victimes dans le monde entier. Coïncidence ou plan média, Bernard Madoff (depuis sa prison) et Ruth son épouse (libre) répondent chacun à des interviews télévisées.

Bernard Madoff, c'est cet étrange homme d'affaires américain qui a vécu comme un milliardaire tout en escroquant 50 milliards de dollars à d'autres millionnaires, milliardaires, simples épargnants et même à certains de ses proches, avant d'être arrêté le 11 décembre 2008. Madoff sera ensuite condamné en 2009 à 150 ans de prison.

Âgé de 73 ans, Bernard Madoff racontait cette semaine dans une interview accordée à la chaîne ABC « que sa femme Ruth, qui avait l'habitude de lui rendre visite une fois par semaine et de l'appeler tous les jours, ne le faisait plus depuis le suicide de leur fils". "Lors de sa dernière visite à la prison, Ruth m'a demandé « de la laisser se détacher de moi »

Madoff dit aussi avoir vécu dans la peur pendant 20 ans, et se sentir plus en sécurité en prison que dehors.

De son côté, Ruth, l'épouse de Madoff, a répondu aux questions de CBS, pour l'émission 60 Minutes de dimanche prochain.

« Je ne sais pas qui a eu l'idée, mais nous avons décidé de nous tuer parce que ce qui se passait était tellement horrible », raconte Ruth Madoff. « Nous avons eu des appels téléphoniques terribles, des e-mails d'insulte. (...) J'ai dit.. je ne peux pas aller plus loin. » C'était la veille de Noël, ils prennent des pilules, mais leur suicide échoue, puisqu'ils se réveillent ensemble, bien vivants, le lendemain.

En attendant la diffusion de l'émission, rien n'interdit de jeter un œil au livre de la belle-fille Madoff. Cette dernière, mère de deux enfants, est devenue veuve : son mari Mark, père de deux enfants et fils de Madoff, s'est suicidé, accablé par le scandale.

Le livre propose quelques exemples édifiants montrant que Bernard Madoff surnommé Bernie, ne s'amusait pas tous les jours, et était en réalité assez mesquin. Durant un court séjour dans leur maison de Palm Beach en Floride : "Ils ont tous les deux passé leur temps à critiquer la bonne. Ruth aboyait ses ordres à Marlena et se moquait de son accent espagnol. (...) Bernie n'arrêtait pas comme elle, de se plaindre de l'incompétence de la bonne."

Au cours de la tournée de promotion de son livre, Stéphanie est passée sur le plateau de l'émissionThe View, où elle a cité la lettre qu'elle a envoyé à Madoff : "Je comprends que vous ayez volé l'argent de milliers d'innocents : vos enfants, vos petits enfants, votre famille entière, et même mes parents. Mais vous devez savoir que vous m'avez volé l'amour de ma vie (...) vous m'avez volé quelque chose qui ne peut pas être remplacé.. Vous m'avez volé Mark, mon mari, mon meilleur ami, qui était aussi un père dévoué."

Stéphanie raconte aussi le harcèlement des médias, aussi bien envers sa belle-mère qu'elle-même. Elle cite l'exemple d'une journaliste du tabloïd New York Post, entrée dans leur maison pendant qu'ils regardaient tous les deux la télévision.

Bernard Madoff fera bientôt de nouveau parler de lui, puisque Robert de Niro produit un film tiré du livre "The Wizard of Lies: Bernie Madoff and the Death of Trust". En Français, Le sorcier du mensonge : Bernie Madoff et la mort de la confiance, un livre malheureusement "pas génial", qui de plus ne repose pas sur un témoignage de première main...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !