Benoit Rayski : "Mon nez, celui d'Emmanuel Macron et mon article sur la caricature des Républicains" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Benoit Rayski : "Mon nez, celui d'Emmanuel Macron et mon article sur la caricature des Républicains"
©AFP

A propos des appendices nasaux

Benoit Rayski : "Mon nez, celui d'Emmanuel Macron et mon article sur la caricature des Républicains"

Réflexion faite la comparaison s'impose. Pour en finir avec certaines interprétations délirantes.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

J'ai failli écrire que mon nez, qui n'est pas crochu, est plus beau que celui d'Emmanuel Macron sur la fameuse caricature. Et puis j'y ai renoncé pour ne pas fournir d'autres munitions à ceux qui m'accusent déjà d'antisémitisme. Car il paraît que je suis antisémite. Sans doute moins que Dieudonné et Soral. Mais je suis à coup sûr en bonne voie pour les rejoindre…

Ce qu'on appelle les réseaux sociaux et Twitter, un machin où le clic remplace la pensée, se sont émus d'un article "Emmanuel Macron a-t-il le nez crochu?" signé par moi. Ils y ont vu un texte aux relents anti-Juifs. Eh oui, c'est comme ça ! On vit à l'ère du vide. A l'ère de la bêtise triomphante. Pourquoi lire un article ? Son titre suffit pour amener son auteur au bûcher.

Désolé pour les nombreux, et intelligents, lecteurs qui m'ont déjà lu. Je vais me répéter. J'ai dit que l'auteur de la caricature, un certain Xav, s'était inspiré des dessins anti-Juifs, parfaitement hideux, de l'exposition Berlitz en 1943. Avec évidemment la figure obligée du Juif au regard chassieux et à la bouche lippue… Inquiet, je suis allé me regarder dans une glace. En effet je suis plus proche de cette image que le Français de souche Emmanuel Macron… Mais ce passage de mon article a du échapper aux censeurs…

J'ai écrit aussi que Macron présentait tous les signes évidents d'une parfaite aryanité à laquelle je ne saurais prétendre. En bon français ça s'appelle du second degré ! Quelques décérébrés abimés par la lecture du Monde et de Libération n'ont pas compris ou pas voulu comprendre. J'ai donc été accusé de reprendre des clichés antisémites.

Mais toutes les histoires juives, étincelantes d'autodérision, sont, si on suit les raisonnements des procureurs, antisémites.

En voilà une.  Un milliardaire saoudien souffre d'une maladie très grave. Il a besoin d'une transfusion sanguine. Et son sang est d'un groupe très rare. On lui signale un Juif qui a le même groupe que lui. Le Juif consulte son rabbin qui lui dit que la Torah l'autorise à donner son sang à un Arabe. La transfusion se fait. Le milliardaire est généreux. Il donne au Juif un chèque de 100 000 $. Le Juif est content. Un an après le Saoudien l'appelle à nouveau : "J'ai besoin d'une nouvelle transfusion" le Juif accepte. Et le Saoudien pour le récompenser lui donne une misérable Twingo. Le Juif est déçu. Un an après nouveau coup de fil du Saoudien. Le Juif revient. Et pour sa transfusion il reçoit un vélomoteur. Dépité, il va voir son rabbin pour se plaindre de la radinerie du Saoudien. Le rabbin : "A ton avis, quel est le sang qui coule maintenant dans ses veines ?". Et maintenant ? J'ai bon là ? Non, mon histoire est bien sûr antisémite.

Pour m'amuser, et fort heureusement j'en ai fait rire beaucoup, j'ai multiplié les preuves de l'aryanité de ce pauvre Macron. Sa scolarité chez les Jésuites… Son mariage avec la pieuse Brigitte Trogneux… Sa visite au Puy Du Fou chez De Villiers…Son hommage à Jeanne d'Arc… Peine perdue. On a dû penser que j'étais un émule de Darquier de Pellepoix, le Commissaire aux questions juives de Vichy. Il lui arrivait parfois de décerner des brevets d'aryanité à des représentants de la race maudite. J'ai écrit "race maudite"! C'est pas trop grave messieurs les juges ?

J'en suis là et je suis las. Je voudrais être pris pour ce que je suis : un anti-cons. Un vaste programme comme disait le général de Gaulle… En attendant j'adresse une supplique aux services techniques d'Atlantico. Merci de retoucher ma photo et de me pourvoir d'un nez crochu. Mon salut est à ce prix…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !