Nom de Dieu ! « l’ère commune » remplace « av. J.-C. » à la BBC... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Nom de Dieu ! « l’ère commune » remplace « av. J.-C. » à la BBC...
©

Zone franche

Nom de Dieu ! « l’ère commune » remplace « av. J.-C. » à la BBC...

Sur les ondes de la BBC, qui tient surtout à ne blesser personne, l’expression « avant Jésus Christ » pourrait disparaître. C'est qu'elle ne manque pas d’ère, l’ORTF british !

Hugues Serraf

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019

 

Voir la bio »

La BBC, qui est aux radios publiques ce que la Bible est à la littérature religieuse ― un mètre-étalon méritant d’être conservé au pavillon des poids et mesures de Sèvres ―, est sur le point de se surpasser dans le registre du politiquement correct.

Les spécialistes de l’éthique hertzienne suggèrent en effet aux différentes stations de l’ORTF locale l’abandon de la référence à Jésus-Christ dans les expressions « avant et après JC »Before Christ » et « Anno Domini ») :

« As the BBC is committed to impartiality it is appropriate that we use terms that do not offend or alienate non-Christians » (La BBCs'engageant à être impartiale, il est approprié de ne pas utiliser de termes offensant ou excluant les non-chrétiens)

Et pour remplacer cette locution humiliant insidieusement les auditeurs d'obédiences diverses, puisqu’il est parfois indispensable d’être un poil précis dans la chronologie : un sobre et eschatologiquement neutre « avant ou après l’ère commune » (« Before or after common era »)…

Ah, on se sent tout de suite mieux.

Ça n’a peut-être l’air de rien, mais moi qui me suis réveillé ce matin le 28 eloul 5771, vous n’imaginez pas à quel point j’ai été mortifié lorsque le type de France Inter a benoîtement (benoîtement XVI, même) lâché que nous étions en réalité « le mardi 27 septembre 2011 » !  Presque aussi mortifié, en fait, que ces Aixois ou ces Strasbourgeois cruellement renvoyés à leur condition de « provinciaux » chaque fois que la pin-up météo de Canal Plus se concentre sur le temps qu’il fait sur la tour Eiffel.

« Oh la vache, qu'il est bon ce jésus ! »

L’impérialisme culturel se cache souvent dans les détails. Il est donc encourageant que de bonnes âmes (OK, je ne sais pas si les âmes existent pour de bon et si le concept est suffisamment universel, c’est juste une expression) se mêlent de temps à autre de remettre les pendules à l ‘heure ― littéralement.

Je forme d’ailleurs des vœux (et pas des prières, hein) pour qu’un tsunami lexicographique venu du Nord balaye enfin toutes ces vieilleries christiano-centrées qui nous pourrissent la vie et sont même le principal obstacle à un « vivre-ensemble » digne de ce nom.

Hey, le bouddhiste, même tolérant, n’est-il pas troublé par le « Nom de Dieu ! » sonore proféré par le type qui se broie le doigt avec un marteau, l'idée d’un être suprême omnipotent et immanent lui étant totalement étrangère ? Et l'hindouiste, même ouvert, n’est-il pas ébranlé par l’usage aussi courant qu’irréfléchi de l’expression « La vache ! ». Pour ne rien dire du catholique indigné par le patron du bouchon lyonnais lui proposant une tranche de jésus à l’apéro...

Et de fait, si l'on est incapable de comprendre à quel point ces références constantes au premier des stigmatisés sont, précisément, stigmatisantes, autant éteindre tout de suite la radio, nom d’une personne de petite taille ! Allez France Inter, au boulot !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !