Crise financière : l'histoire du bon, du banquier et du voyou... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Crise financière : l'histoire du bon, 
du banquier et du voyou...
©

Tous pas pourris

Crise financière : l'histoire du bon, du banquier et du voyou...

La banque, nouveau secteur sinistré de la décennie ? S'il est de bon ton de dénoncer les banquiers voyous, la finance reste utile et ne doit pas être abandonnée par des politiciens en manque d'électorat.

Marc Touati

Marc Touati

Marc Touati est économiste et président fondateur du cabinet ACDEFI (aux commandes de l'économie et de la finance). Il s'agit du premier cabinet de conseil économique et financier indépendant au service des entreprises et des professionnels.

Il a lancé en avril 2013 la pétition en ligne Sauvez La France.com pour diminuer "les impôts", les "dépenses publiques superflues" et "retrouver le chemin de la croissance" afin de "sortir par le haut de cette crise".

Il est également l'auteur de Quand la zone euro explosera, paru en mars 2012 aux Editions du Moment. Son dernier livre est Le dictionnaire terrifiant de la dette (Editions du moment, mars 2013).
 

 

Voir la bio »

Après l’annonce par Nicolas Sarkozy de la création d’une taxe sur les transactions financières, notamment destinée à punir les « méchants spéculateurs », c’est au tour de François Hollande de sortir l’artillerie lourde contre le secteur financier. En effet, lors de son « show » de lancement de campagne, celui-ci n’a pas hésité à annoncer que son pire ennemi était « le monde de la Finance ». Rien que ça ! A l’évidence, quelle que soit l’issue des prochaines élections présidentielles, les financiers et les banquiers vont devoir raser les murs. Comme nous l’écrivions il y a déjà deux ans et le rappelions encore il y a trois mois, la finance et la banque françaises vont devenir la nouvelle sidérurgie des années 2010, c’est-à-dire un secteur complétement sinistré.

Il faut donc prévenir de toute urgence les jeunes étudiants qui voudraient emprunter cette voie : soit ils changent d’orientation tout de suite, soit, s’ils continuent sur ce chemin, ils devront se préparer à quitter la France pour trouver un job. En fait, les seules destinations susceptibles de les accueillir restent, pour le moment, les Etats-Unis, l’Asie (et notamment Singapour), quelques pays émergents et, dans une moindre mesure, Londres. Pour le reste, adieu veaux, vaches, cochons.

Bien entendu, il ne s’agit pas pour nous de dépeindre l’univers bancaire et financier comme un monde parfait. Loin s’en faut. Comme partout, ce secteur produit aussi pas mal de voyous. Je peux en témoigner : ayant passé la première partie de ma vie dans les cités HLM d’Orly et la seconde dans l’univers bancaire et financier, tout en côtoyant une partie du monde politique, je pense humblement qu’il y a certainement autant de voyous dans ces trois mondes pourtant si différents. Les voyous de la finance sont évidemment bien mieux habillés et bien plus policés, mais derrière le vernis, certains ne valent pas mieux que ceux des cités. Il y en a même qui passent régulièrement dans les médias, bien qu’aillant pléthores de condamnations et d’escroqueries à leur « actif », mais qui se permettent de donner des leçons. Ils correspondent parfaitement à l’image que l’on veut donner du « méchant financier » auprès du grand public : imbu de sa personne, méprisant et roublard. Il est clair que si la Finance se résumait à ce type d’individus, François Hollande et Nicolas Sarkozy auraient raison de vouloir lui déclarer la guerre. Mais de la même façon qu’il serait stupide de masquer les côtés sombres de la Finance, il serait tout aussi inepte de « jeter le bébé avec l’eau du bain » et de laisser croire que punir les financiers suffirait pour sortir de la crise.

Certes, les marchés et les banques ont une lourde part de responsabilité dans la crise financière de 2008-2009. Il est vrai que depuis une vingtaine d’années, la finance s’est dévoyée et s’est jetée à corps perdu dans les bras des meilleurs ingénieurs et mathématiciens de la planète. Grâce à leur « intelligence extrême », ces derniers ont laissé croire que l’on pouvait augmenter le rendement sans augmenter le risque. C’est ainsi qu’ils ont transformé des dettes subprimes, c’est-à-dire très risquées, en des produits particulièrement complexes notés AAA par les agences de notations. Cette manipulation n’a donc pas été le fruit de voyous en col blanc, mais de sommités apparemment au-dessus de tout soupçon ! Bien sûr, il y eut aussi le cas Madoff, mais dont la « stratégie » dite de la cavalerie est vieille comme le monde et a d’ailleurs pu s’observer dans tous les secteurs d’activité. Toujours est-il que le secteur bancaire et financier a péché par orgueil et a été puni. D’ores et déjà et avant même les déclarations des candidats à la présidentielle française, les banques nationales ont commencé à fortement diminuer leurs effectifs sur les activités de marchés. Elles ont également réduit au maximum le « prop trading » (spéculation avec les fonds propres), ainsi que la fabrication de produits complexes et/ou toxiques. Bref, les ingénieurs et mathématiciens sont priés de retourner à leurs équations et surtout de reprendre leurs recherches dans l’industrie qui a tant besoin d’innovations.

Si le secteur de la finance est donc bien en partie coupable de la crise dite des subprimes, il ne faudrait pas pour autant leur imputer toutes les crises qui ont suivi et notamment celle de la dette publique. En effet, ce ne sont ni les marchés, ni les banques qui ont demandé aux Etats d’augmenter démesurément les dépenses publiques, ni de laisser déraper les déficits et les dettes et ce, sans croissance économique forte à la clé. Non, cette gabegie de dépenses publiques inefficaces est de l’entière responsabilité des dirigeants politiques depuis plus de vingt ans. D’ailleurs, dans le cadre de ces dérapages, les gouvernements divers et variés étaient bien contents de trouver les banques et les marchés pour acheter leurs bons du Trésor. Aussi fou que cela puisse paraître, on se retrouve donc dans une situation analogue à celles qui prévalaient au Moyen-Âge, lorsque les Seigneurs surendettés et incapables de rembourser leurs dettes enfermaient leurs créanciers ou faisaient croire qu’ils étaient des criminels. C’est bien connu, quand on veut se débarrasser de son chien, on dit qu’il a la rage…

Seulement voilà, nous sommes en 2012 et il n’est pas acceptable de laisser nos dirigeants (présents ou futurs) adopter une telle pratique. Le pire est que cette stratégie du bouc-émissaire finira par coûter cher à l’économie française. Tout d’abord, n’oublions pas que près de 70 % de la dette publique hexagonale est détenue par des investisseurs étrangers. Si l’on effraie ces derniers, ils rechigneront à mettre la main à la poche, ce qui se traduira par une forte augmentation des taux d’intérêt et une aggravation de la récession, donc du chômage et de la dette publique. Ensuite, si les banques et les marchés sont mis au rebut, les entreprises et les ménages accéderont de plus en plus difficilement au crédit, d’où une baisse de l’investissement et de la consommation, avec, in fine, une nouvelle dégradation de l’activité. Enfin, dans un monde ouvert et en pleine crise existentielle de la zone euro, cette nouvelle posture de la France risque encore de jeter le doute sur la pérennisation de l’Union économique et monétaire, avec toutes les conséquences dévastatrices que cela générera en termes de croissance et d’emploi.

En conclusion, ces dernières semaines ont déjà donné le « la » de l’après-présidentielle : tous aux abris ! Le drame est que, comme cela s’observe souvent, les voyous de la finance et aussi de la politique finiront bien par s’en sortir, et c’est « Monsieur Tout le monde » qui paiera l’addition.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !