Arnaud Montebourg sur le départ ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Arnaud Montebourg sur le départ ?
©REUTERS/Benoit Tessier

Flou politique

Arnaud Montebourg sur le départ ?

Plusieurs des proches d'Arnaud Montebourg sont signataires de l'Appel des 100, qui regroupe des députés critiques vis-à-vis de l'action sociale et fiscale du gouvernement.

Thomas Legrand

Thomas Legrand

Thomas Legrand est éditorialiste politique sur France Inter.

Voir la bio »

Atlantico : 100 députés PS se sont récemment regroupés sous l'appellation "L'appel des 100" pour faire des propositions sociales et fiscales divergentes de la politique actuellement menée par le gouvernement. Arnaud Montebourg, membre du gouvernement, n'est-il pas proche de leurs revendications ?

Thomas Legrand : Sans doute que s'il était député, Arnaud Montebourg serait signataire de ce manifeste. Mais il est au gouvernement, qui plus est par un accord tacite avec Manuel Valls pour représenter le spectre le plus large possible à l'intérieur du PS. Il ne peut pas quitter le gouvernement pour le moment, car ce serait vu comme un abandon pur et simple.

Il ne peut évidemment pas soutenir les signataires de cet appel, néanmoins certains de ses proches en font partie, comme Christian Paul. Il ne fait aucun doute que dans le fond  Montebourg est de leur côté.

Sa place est-elle toujours tenable au gouvernement, surtout lorsqu'on sait les tensions entre lui et Michel Sapin, et son désaccord sur le dossier Alstom ?

En réalité le remaniement n'a rien changé pour Arnaud Montebourg, puisqu'il était initialement en désaccord avec Pierre Moscovici et Jean-Marc Ayrault, et maintenant avec Michel Sapin et Manuel Valls. La logique politique le pousse pour l'instant à rester, au prix d'une incohérence gouvernementale et d'un flou politique. En effet, l'art de la synthèse fonctionne dans l'opposition, mais pas dans la majorité, où les mots ne suffisent plus. Tant qu'Arnaud Montebourg restera au ministère de l'économie, ce double discours perdurera.

Peut-être partira-t-il un jour, notamment si les 100 députés se constituent en un sous-groupe informel du PS, et qu'au fil des mois ils se voient refuser systématiquement toutes leurs propositions d'amendements. Arrivé à un certain point, lorsque Hollande se trouvera dans l'incapacité totale de se présenter de nouveau, Montebourg pourrait faire le coup de Chirac en 1976, en se présentant comme une alternative. Pour l'instant c'est trop tôt, mais dans un an la chose est envisageable.

N'a-t-il tout de même pas intérêt à quitter le navire maintenant, avant que celui-ci ne coule ?

Tant qu'il laisse entendre qu'il reste une ligne différente de celle de Valls et Hollande, il pourra partir en disant qu'il a encaissé les coups, qu'il a été discipliné, et qu'il a essayé de se faire entendre. Si la croissance ne revient pas en octobre ou novembre 2014, il pourra se positionner et dire "ça suffit". Nous ne pouvons pas encore constater les effets du Crédit d'impôt compétitivité et emploi et du Pacte de responsabilité, pas conséquent s'il partait maintenant, ce serait presque sur la base d'un procès d'intention.

S'il part en 2015, a-t-il intérêt à rester fidèle au PS, ou à lancer son propre mouvement pour concurrencer Mélenchon ?

Je ne pense pas. Il doit incarner une gauche volontariste, en rupture avec la politique de l'offre mise en place depuis janvier, et avec l'idée qu'il peut être une alternative pour remplacer Valls si Hollande décidait de virer de bord, ou un candidat sérieux pour des primaires. Il restera toujours dans un cadre gouvernemental, et pas uniquement contestataire.

Bien qu'il ait pris certains positions compliquées sur le gaz de schiste, il pourrait se rapprocher des Verts, en vue de présenter un ensemble uni qui ne se fasse pas déborder par le FN. Il pourrait donc élaborer une forme "d'écolosocialisme", et pour cela il faudra qu'il fournisse un important travail idéologique.

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Décret Alstom : Montebourg préfère le chômage allemand au moindre chômage américainAlerte LSD au gouvernement ? Quand Montebourg et Sapin repeignent l'économie en rose (en oubliant de lire les indices PMI en berne)Zapping politique du jour : Frédéric Cuvillier, Montebourg, Cazeneuve... Tout ce qu'il faut retenir

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !