Après le rêve américain, le rêve teuton ? Le boom des naturalisations de jeunes Européens en Allemagne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
En mai dernier, un sondage réalisé dans 25 pays révélait que l'Allemagne était le pays le plus apprécié au monde.
En mai dernier, un sondage réalisé dans 25 pays révélait que l'Allemagne était le pays le plus apprécié au monde.
©Reuters

Ich liebe dich

Après le rêve américain, le rêve teuton ? Le boom des naturalisations de jeunes Européens en Allemagne

Le nombre d'Européens ayant obtenu la nationalité allemande a bondi de 19% en 2012 si l'on en croit le Bureau fédéral de statistiques Destatis. Explication d'un phénomène que la crise ne fait que renforcer.

 Luc  Rosenzweig

Luc Rosenzweig

 Luc Rosenzweig, est ancien journaliste au " Monde" et collabore actuellement au site et au mensuel " Causeur", à la radio RCJ et à la revue " Politique Internationale"

Voir la bio »

Atlantico : Selon le Bureau fédéral de statistiques Destatis, le nombre d'Européens ayant obtenu la nationalité allemande a augmenté de 19% en 2012 avec en tête les citoyens grecs, italiens ou espagnols. Grâce à l'immigration, le pays a connu sa plus forte augmentation de population en valeur absolue depuis 1996 en atteignant 80,5 millions d'habitants en 2012. En mai dernier, un sondage réalisé dans 25 pays révélait que l'Allemagne était le pays le plus apprécié au monde. Pouvons-nous parler d'un "rêve allemand" ?

Luc Rosenzweig : Nous pouvons effectivement parler d'un "rêve allemand" mais celui-ci est très matérialiste et se caractérise avant toutes choses par le fait que les jeunes diplômés européens issus des pays les plus durement frappés par la crise (Grèce, Espagne, Italie...) se rendent en Allemagne car le pays leur offre des opportunités professionnelles à la hauteur de leurs formations, ce qu'ils ne trouvent pas forcément en restant dans leurs pays. Un signe est d'ailleurs l'arrivée massive dans les pays du Sud des instituts culturels allemands où il est possible d'y apprendre la langue pour espérer trouver du travail par la suite en émigrant vers le pays.

Un autre facteur non négligeable de ce succès est également le coût de la vie qui y est plus faible. Vivre à Berlin, que se soit pour le logement ou l'alimentation, coûte bien moins cher que de vivre à Paris ou à Londres. Une réalité qui attire fortement la jeunesse européenne qui débute sa vie professionnelle.

Enfin, cette attirance pour l'Allemagne s'explique aussi parce qu'il n'y a pas d'intégration "à la française", les communautés y sont beaucoup plus fortes. 

Vieillissement de la population, manque de main d'oeuvre, etc : cette hausse des nationalisations allemandes traduit-elle également les fragilités économiques de l'Allemagne ?

Tout à fait ! La population allemande poursuit son vieillissement mais aussi sa baisse en valeur absolue. Le taux de natalité en Allemagne est depuis très longtemps l'un des plus faibles d'Europe avec 1,3 ou 1,4 enfant par femme, ce qui est d'ailleurs l'un des facteurs qui expliquent que le taux de chômage y soit plus faible qu'ailleurs. En effet, les jeunes générations entrantes sur le marché du travail y sont beaucoup moins nombreuses, il y a donc moins de concurrence. L'Allemagne est en manque de personnel qualifié ce qui se manifeste d'autant plus avec la reprise économique.

Le rêve allemand est donc surtout un rêve de travail, un rêve professionnel. Mais il faut relativiser ce phénomène : le pays est une passoire puisque beaucoup d'étudiants étrangers s'y rendent - même s'ils ne prennent pas la nationalité allemande - pour partir ensuite aux Etats-Unis ou en Grande Bretagne une fois leurs études finies. L'Allemagne peine encore à faire rêver par son mode de vie.

S'agit-il d'un phénomène uniquement motivé par des raisons économiques ?

Il s'agit d'un phénomène purement économique. S'il y avait les mêmes possibilités professionnelles en France ou en Angleterre, ce serait vers ces deux pays que les migrations s'effectueraient. Pour le dire simplement, si beaucoup d'Européens se rendent en Allemagne pour y travailler, peu resteront pour y passer leur retraite.

L'Allemagne accueille t-elle facilement les immigrés sur son territoire ou les procédures sont-elles difficiles ?

Les procédures d'entrées des immigrés sont très sélectives sur le plan des qualifications. Les Allemands recherchent surtout des personnes qualifiées ou qui disposent des aptitudes requises pour rentrer dans leurs programmes d'apprentissage.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !