Apple TV : vers une révolution de la télé ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Apple TV : 
vers une révolution de la télé ?
©

Révolution sur canapé

Apple TV : vers une révolution de la télé ?

En regroupant sur notre téléviseur les contenus dispersés sur tous nos appareils, Apple poursuit "la bataille du divan". Le directeur de la rédaction de Macplus y voit une manière pour l'entreprise de creuser son avance sur ses concurrents.

Gilles  Dounès

Gilles Dounès

Gilles Dounès a été directeur de la Rédaction du site MacPlus.net  jusqu’en mars 2015. Il intervient à présent régulièrement sur iWeek,  l'émission consacrée à l’écosystème Apple sur OUATCHtv  la chaîne TV dédiée à la High-Tech et aux Loisirs.

Il est le co-auteur avec Marc Geoffroy d’iPod Backstage, les coulisses d’un succès mondial, paru en 2005 aux Editions Dunod.

Voir la bio »

Il y a quelques jours, la marque à la pomme présentait la nouvelle interface de son Apple TV. A terme, ce boîtier pourrait bien être le symbole d'une véritable révolution dans nos salons. Mais il faut avant tout faire la différence entre deux choses : d'un côté, l’Apple TV telle qu’on la connaît : un boîtier  raccordé au téléviseur et commercialisé par Apple depuis mars 2007. De l'autre, ce que les Anglo-Saxons appellent "smart TV", le téléviseur intelligent, là ou les Français se contentent de voir un "téléviseur connecté". Ceci marque d'ailleurs à quel point les acteurs hexagonaux du secteur sont une fois de plus à côté de la plaque, malgré tous les efforts du CSA ces derniers mois pour leur ouvrir les yeux.

 
Pour l’instant, Apple n’a commercialisé avec la troisième version de son Apple TV qu’un petit boîtier qui, depuis la version 2, ne contient même plus de disque dur. Il s’agit en fait d’une tour de contrôle, qui récupère et affiche sur l’écran du téléviseur les contenus que vous souhaitez, qu'ils soient stockés sur un iPhone, un iPod touch ou votre ordinateur. Comme ce boîtier est également branché sur Internet grâce à la connexion Wifi ou le câble Ethernet de votre box, il est également possible d’aller chercher des éléments sur Internet. Soit des contenus gratuits, sur YouTube ou vidéo par exemple, soit des contenus payants comme de la musique, des clips vidéo ou des films que vous pouvez louer ou acheter sur l’iTunes Store.
 
On remarque au passage que l’adoption du standard 1080p, c’est-à-dire la  "véritable HD" sur l’iPad et la nouvelle Apple TV après l’iPhone 4S va très probablement donner envie aux clients de l’iTunes Store de se tourner vers des contenus estampillés HD, ce qui devrait mécaniquement faire progresser le chiffre d’affaires et le bénéfice d’Apple sur ce  segment.
 
L’Apple TV peut également servir d’écran géant pour jouer avec les appareils mobiles qui fonctionnent avec iOS et qui sont de plus en plus puissants. Les fabricants de consoles sont prévenus, et commencent déjà souffrir.
 
Mais il ne s’agit pas seulement de "consommer" des contenus, comme les industriels du secteur le disent abusivement, il s’agit aussi de contenus que les utilisateurs eux-mêmes ont pu créer, et même élaborer, avec les différents outils créatifs mis à disposition par Apple avec ses machines.
  
Apple fait là un pari machiavélique, qui fonctionne depuis au moins 2005. Les arrivées successives de l’iPhone et de l’iPad  n’ont fait qu’amplifier le mouvement : une fois que vous avez goûté à la simplicité d’utilisation des interfaces utilisateurs d’Apple, il est très difficile de passer à autre chose en dépit des efforts de la concurrence pour les banaliser.
  
D'ici la fin de l'année, Apple va lancer un véritable téléviseur intelligent, c’est-à-dire doté d’un système d’exploitation comme c’est actuellement le cas de l’iPhone ou de  l’iPad. De fait, le boîtier Apple TV disparaîtrait derrière l’écran, exactement comme l’électronique de l’iMac.
 
On se trouve ici dans un système cohérent, global. D'un côté, on trouve un pôle Apple TV ou smart TV, qui permet de diffuser des contenus éparpillés sur les différents appareils de la maison. A l’autre extrémité, sont stockés dans les nuages de façon totalement transparente un certain nombre de contenus achetés ou créés par l’utilisateur. Tablette et smart TV sont liées – c’est ce que Marc Geoffroy et moi avions appelé en 2005 "la bataille du divan" par rapport à "la bataille de la poche" qui était alors en train de se jouer avec le baladeur et le téléphone mobile.
 
Tout est en train de se jouer dans les mois qui arrivent, avec le système d’exploitation mobile, qu’il soit iOS, Android ou la version mobile de Windows, en tant que clé invisible. Le nouveau patron sera celui qui aura la plate-forme de développement la plus agréable et la plus à même d’attirer un maximum de développeurs. Or plus de développeurs égale plus de programmes, donc davantage d’utilisateurs. La hausse du nombre d'utilisateurs entraine à son tour la multiplication des développeurs attirés par le nombre de clients... Tim Cook a très bien expliqué le cercle vertueux dans lequel s'est engagée Apple.
 
Mais en tout état de cause, l’arrivée de la smart TV, de la dématérialisation des contenus tels qu’Apple a pu la mettre en oeuvre, aura un effet comparable sur la télévision à celui qui s’est produit dans le monde de la musique et de la téléphonie, et auquel on est en train d’assister en ce qui concerne la presse écrite et l’édition. À ceci près qu’il s’agit cette fois de regrouper tout ce qui était jusqu’ici épars sur les différents écrans de la famille sur cette nouvelle forme de téléviseurs. Même la domotique qui  est en train de balbutier ses premiers pas va s’en trouver transformée.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !