Allez Castaner, allez Castaner ! Il a endossé le maillot qu'il fallait… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Allez Castaner, allez Castaner ! Il a endossé le maillot qu'il fallait…
©ERIC FEFERBERG / AFP

2-0

Allez Castaner, allez Castaner ! Il a endossé le maillot qu'il fallait…

Le porte-parole du gouvernement aime faire parler de lui. Et ça, il sait faire.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Au Moyen-Âge, les princes et les seigneurs avaient des bouffons. Ils les distrayaient. Les faisaient rire. Et avaient même le droit de leur balancer des vacheries. Du genre : "Quand vous êtes parti pour la croisade, vous avez oublié la clé de la ceinture de chasteté sur la table de nuit de votre épouse".

Comme nous vivons à nouveau une époque formidable, il n'y a pas de raison pour que le prince qui nous gouverne n'ait pas aussi son bouffon. Il a un nom : Christophe Castaner. Dans ce rôle, il est irremplaçable. Que dis-je ? Précieux, utile et indispensable. 

Il fait des efforts méritants pour garder cette place enviable. Pour le moment, il n'a rien à craindre. Gérard Collomb, avec son côté Don Quichotte, chevalier à la pâle figure, ne risque pas de lui faire de l'ombre. Pas plus que Nicolas Hulot, avec son pathétique et émouvant regard de chien battu. Quant à Edouard Philippe, pas de danger de ce côté-là : on dirait qu'il a avalé un parapluie et il sourit quand il se brûle.

Castaner est donc roi à sa façon : Bouffon Ier. Chaque jour, il fournit des exemples de son incomparable talent. La semaine dernière, il a affirmé que sa maman "portait le voile catholique". Succès garanti. Standing ovation.

Jeudi, sur le plateau de Cyril Hanouna, il s'est surpassé. Alors que l'OM s'apprêtait à jouer contre l'équipe de Salzbourg pour la League Europa, le porte-parole du gouvernement a commencé à déboutonner sa chemise. On s'attendait à voir un torse aussi fourni en poils que sa barbe.

Les demoiselles présentes sur le plateau piaffaient d'impatience, très émoustillées. Et que vit-on ? Un maillot aux couleurs de l'OM ! Et Castaner lança d'une voix mâle : "J'ai choisi mon camp !". Il eut été, en effet, inimaginable qu'un patriote comme lui soutienne des buveurs de bière et des mangeurs de saucisses. 

Castaner avait effectivement choisi le bon camp. L'OM terrassa les Autrichiens par 2 à 0. Nous sommes convaincus que Bouffon Ier n'est pas pour rien dans cette victoire dont la France est fière. Les joueurs de Salzbourg ont vu sur leurs portables la vidéo de l'émission d'Hanouna. Ils étaient tellement pliés en deux qu'ils furent incapables de taper dans le ballon…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !