Alerte aux papy-mamies gâteaux ! Pourquoi des grand-parents trop indulgents se révèlent parfois mauvais pour la santé des enfants | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Alerte aux papy-mamies gâteaux ! Pourquoi des grand-parents trop indulgents se révèlent parfois mauvais pour la santé des enfants
©Reuters

Mangez bougez

Alerte aux papy-mamies gâteaux ! Pourquoi des grand-parents trop indulgents se révèlent parfois mauvais pour la santé des enfants

Si l'on se souvient tous des sucreries que nous donnaient nos grands-parents, la science pourrait nous faire déchanter un peu. Selon une étude parue dans le journal américain PLOS, les grands-parents auraient globalement une mauvaise influence sur certains facteurs de cancers chez les enfants, notamment à cause de gâteries sucrées trop nombreuses. Une conclusion qui va contre l'expérience de la diététicienne Annick Goetgheluck.

Annick  Goetgheluck

Annick Goetgheluck

Annick Goetgheluck est une diététicienne diplômée dans le domaine de la diététique et s'intéressant à la psychologie des comportements alimentaires. Spécialisée en éducation nutritionnelle, elle conseille en nutrition et  aide à guérir des troubles alimentaires grâce à un suivi régulier et un travail sur le rapport à la nourriture. Elle exerce à Lambersat, près de Lille.

Son site internet:

http://www.goetgheluck-dietetique.com/nutrition--psychonutrition

Voir la bio »

Atlantico : Avez-vous perçu dans votre pratique un impact négatif des grands-parents sur le poids ou le régime alimentaire des petits-enfants ?

 

Annick Goetgheluck : Écoutez, non. Je ne dis pas que c'est impossible, mais il y a aussi l'inverse. J'ai un exemple d'une personne que je connais très bien, une grand-mère qui a cinq petits-enfants et dénonce la mauvaise alimentation de ses petits-enfants dûe à l'éducation des parents. Elle avait un jardin, cultivait ses propres légumes et a donc enseigné à ses quatre enfants à cuisiner. Elle déplore que ces bonnes habitudes alimentaires, qu'elle avait transmis à ses enfants, n'aient pas été à leur tours enseignées à ses petits enfants.

 

Vous avez donc davantage d'exemples de grands-parents ayant une influence positive que l'inverse ?


Moi oui, tout à fait.

 

Avez-vous des conseils à donner aux grands-parents qui se posent des questions sur ce qu'ils donnent à manger à leurs petits-enfants ?

 

Il faut que les grands-parents soient pédagogues en transmettant leurs bonnes pratiques aux petits-enfants. Si je reprend l'exemple de cette grand-mère, elle cuisine des plats maison et apprend par ce biais les bonnes pratiques, comme le fait de manger beaucoup moins de sucre.

 

Donc l'image des grands-parents qui gâtent trop leurs petits-enfants, vous n'y croyez pas ?

 

Non, du tout. Il y a peut-être certains cas dans cette génération qui ont connu les privations de la guerre et qui ont surcompensé. Mais la plupart savent ce que c'est que manger équilibré, sans abuser du sucre.

 

Si en tant que parent, je trouve que les grands-parents donnent trop de sucre à mes enfants, que puis-je faire ?

 

Le maître mot c'est la santé-prévention. Il faut leur parler des études qui montrent de façon limpide qu'une mauvaise alimentation favorise l'apparition de maladies. Notamment pour le sucre, on peut par exemple leur rappeler que pendant leur jeunesse, ils n'en consommaient finalement que très peu par rapport à ce qu'il se fait aujourd'hui.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !