Les 70 ans de "l'Affiche Rouge" célébrés à l’école : "SVP, ne dites pas à mes élèves qu'ils étaient juifs !" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
Les 70 ans de "l'Affiche Rouge" célébrés à l’école : "SVP, ne dites pas à mes élèves qu'ils étaient juifs !"
©Reuters

Chut…

Les 70 ans de "l'Affiche Rouge" célébrés à l’école : "SVP, ne dites pas à mes élèves qu'ils étaient juifs !"

C'est aujourd'hui le 70ème anniversaire de l'exécution par les nazis des 22 résistants, fusillés le 21 février 1944 au Mont Valérien. Ils seront pris en exemple sur l’Affiche rouge, une affiche de propagande allemande placardée à Paris au printemps 1944, pendant l’occupation nazie. Elle fut tirée à 15 000 exemplaires. Mais il faut, paraît-il, en parler avec précaution.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Dîtes immigrés, étrangers… Ça plaît et ça plaît même beaucoup. Dîtes autre chose… Ca gêne et ça gêne même beaucoup. Etant l'auteur d'un livre sur le sujet, j'étais invité pour en parler devant des élèves d'un lycée professionnel de Mantes-la-Jolie. Avant que je n'entre dans la classe, la prof m'a pris à part. "Je pense que ce serait mieux si vous vous absteniez de dire qu'ils étaient juifs. Vous pourriez vous contenter de dire qu'ils étaient immigrés et étrangers. Vous comprenez, avec la Palestine et tout ça…". J'ai tout de suite compris. Et avant qu'elle me suggère de dire que les combattants de la FTP-MOI étaient, comme ses élèves, "issus de la diversité", j'ai tourné les talons.
Ça arrive parfois. Pas toujours. Mais ça arrive. Les lignes qui vont suivre sont dédiées à ces élèves et à leurs profs. Les héros de l'Affiche Rouge étaient qualifiés de "terroristes" par les nazis.C'est pourquoi on se précipite aussitôt pour les rapprocher des terroristes islamistes. Ils étaient résistants. Et dans la même veine ignominieuse, on n'a pas hésité à les comparer aux "résistants", palestiniens ou afghans. Et il est tout à fait interdit de dire que ces résistants-là, ceux de l'Affiche Rouge, auraient bondit d'horreur à l'idée d'être enrégimentés dans la famille des égorgeurs islamistes.
Ils étaient immigrés et étrangers. Donc pas français, donc eux aussi, en quelque sorte, "issus de la diversité". Là, il ne s'agit même plus d'un mensonge, mais d'une imposture révoltante. Evidemment qu'ils étaient français. Français comme certains ont du mal à se l'avouer aujourd'hui. Ils aimaient la France, la langue française (dans les familles juives, d'où ils venaient pour la plupart, on leur faisait un devoir, précisément parce qu'ils étaient d'ailleurs, d'être dans les premiers dans cette matière à l'école). Ils aimaient le drapeau tricolore avec un penchant évidemment prononcé pour le rouge.
Et puis, ils étaient juifs, très juifs. Ils parlaient le yiddish, ou l'apprenaient. Et, dans leur identité, les mots "Juif", "Français", "communiste" (je ne suis pas sûr de l'ordre, c'était peut-être "Français", "communiste", "Juif"), formaient un puzzle d'une merveilleuse générosité.
Quand le gouvernement de Vichy assura leur gloire posthume avec la célèbre Affiche Rouge, ils furent désignés comme "judéo-communistes". Une qualification qui n'était pas fausse. Vichy disait vrai. Mais pour des raisons abjectes : il fallait les envoyer à la mort. Quand des professeurs de nos écoles dépouillent les 22 de leur identité juive, ils mentent. Pour des raisons basses. Il y a sans doute des hommes qu'il faut assassiner deux fois.

A lire du même auteur : Le gauchisme, maladie sénile du communisme, Benoît Rayski, (Atlantico éditions), 2013. Vous pouvez acheter ce livre sur Atlantico Editions.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !