A la maison, au travail ou ailleurs : qui sont ceux qui vous manipulent le plus ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Des marionnettes.
Des marionnettes.
©Flickr

Aie confiance...

A la maison, au travail ou ailleurs : qui sont ceux qui vous manipulent le plus ?

Nous sommes tous manipulés, et nous manipulons en retour. Petit tour d'horizon des manipulations : pour les reconnaître et revenir à des relations plus saines avec son entourage.

Marie Andersen

Marie Andersen

Marie Andersen est psychologue clinicienne et psychothérapeute depuis plus de quarante ans. Elle est l'auteur des best-sellers La Manipulation ordinaire et L'Emprise familiale et du livre l'Art de se gâcher la vie. http://marieandersen.net/ 

Voir la bio »

Atlantico : Sans nous en rendre compte, nous sommes manipulés par tout notre entourage : enfants, amis, patrons, commerçants... Qui sont ceux qui nous manipulent le plus ?

Je ne pense pas que nous soyons manipulés tous azimut ! Nous avons heureusement des proches qui nous respectent tels que nous sommes ! Je ne prends pas non plus en compte les manipulations connues de tous, comme celles que nous sert la pub, par exemple. Nous savons qu’il s’agit d’un jeu de séduction commerciale, nous connaissons le mode d’emploi, il suffit de ne pas en être dupe.

Parmi les personnes qui ont une propension à utiliser des outils relationnels manipulatoires, les plus sujets à nous manipuler sont ceux dont nous sommes les plus proches : notre conjoint, les membres de la famille, un ami, un collègue, un patron, un voisin. En effet, le terrain le plus favorable à la manipulation est une relation qui ne peut facilement se dénouer, au sein de laquelle se développe un enjeu, un contentieux ou une lutte de pouvoir.

A lire aussi, sur Atlantico Editions : Petit guide anti-manipulateurs Partie 2 : apprendre à leur dire non

Le facteur affectif est-il le plus efficace dans la manipulation ?

Pas nécessairement. C’est surtout le pouvoir qui est l’enjeu. On rencontre beaucoup de situations de manipulation dans les entreprises, on en parle en termes de harcèlement moral. Il s’agit de situations de réelle manipulation, où le but est d’affaiblir, voire d’éliminer une personne qui ne se soumet pas, qui a une certaine liberté d’esprit et qui risquerait de faire de l’ombre à une autre, qui ne le supporte pas.

C’est au sein des couples et des familles que le facteur affectif est utilisé à tour de bras au profit de la manipulation. Le message subliminal (ou carrément affirmé) est : « Si tu m’aimes, tu dois accepter ce que je t’impose. Si tu refuses, cela signifie que tu ne m’aimes pas et j’en serai très blessé, ou fâché, ou pire encore, je te rejette, je te quitte, ou je me suicide… » Ce sont des relations affectives majeures, dont le caractère destructeur nous met devant un dilemme insupportable : soit on se soumet, soit on rompt. La situation intermédiaire est un travail d’équilibriste, qui n’est possible qu’avec des « petits manipulateurs », et encore… Les petites toxicités ne sont pas toujours anodines, parce qu’on ne les détecte pas facilement et en attendant, le goutte-à-goutte fait son œuvre.

Comment déceler ces manipulateurs ? Existe-t-il des solutions pour éviter ces comportements et revenir à des relations plus saines ?

Le premier critère, auquel nous devons toujours faire confiance, est le malaise que nous ressentons. Bien sûr, certaines manipulations sont légères et une mise au point ou un peu de distance les rend supportables. Nous devons faire en sorte de nous respecter nous-mêmes, et de nous faire respecter. Si nous y arrivons, c’est bon signe. C’est la preuve que l’interlocuteur a un certain contrôle et une lucidité suffisante pour admettre que ses comportements manipulateurs sont désagréables et il parvient à les éviter ou à les contenir si la tension n’est pas trop grande. Avec vigilance, la relation reste gérable.

Mais si nous nous sentons mal à l’aise, si nous avons peur, si nous ne nous sentons pas respectés malgré nos explications, c’est un signe auquel il faut être très attentif. Parce qu’ensuite, si nous n’y prenons garde, la relation peut se dégrader de plus en plus. Nous constatons par exemple que toute tentative de clarification ou de justification se retourne automatiquement contre nous. Nous cherchons à restaurer le lien, mais il se dégrade aussitôt. Dans ce cas, je ne peux que conseiller l’éloignement, voire la rupture.

Au fond, sommes-nous tous des manipulateurs, même sans en avoir conscience ? Peut-on agir sur cette tendance ?

Non, heureusement, nous ne sommes pas tous des manipulateurs ! Mais nous pouvons tous utiliser de temps à autre un comportement manipulateur. Par exemple, la culpabilisation. C’est très fréquent. Lorsque nous n’avons pas envie de nous regarder en face, ou que nous n’arrivons pas à assumer nos erreurs, notre déception ou notre mal-être, c’est si facile de culpabiliser l’autre ! Et parfois, avouons-le, nous sommes capables de pousser le bouchon un peu trop loin ! Lorsque nous sentons que nous sommes animés d’un sale petit besoin de rabaisser l’autre, en frappant là où ça fait mal, plus de doute, nous y sommes : c’est une belle manipulation ! Destinée à imputer tous les torts à l’autre et à nous en dégager vite fait !

La clé, c’est le respect. Le respect de chacun tel qu’il est, bien différent de nous et ayant autant le droit que nous d’être celui qu’il veut être.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !