A Bezons, il ne fait pas bon être un "youpin" et un "youde"… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
A Bezons, il ne fait pas bon être un "youpin" et un "youde"…
©

Des mots pour le dire

A Bezons, il ne fait pas bon être un "youpin" et un "youde"…

La municipalité (communiste) de cette ville de la région parisienne a des principes. C'est assez rare pour être souligné.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Dominique Lesparre, le maire de Bezons, ne néglige aucune occasion pour informer ses administrés de la marche du monde. Et le monde pour lui c'est la Palestine ! Sur son compte il relai sans cesse des "informations" (recueillies où ?) rendant compte de la vilénie des sionistes

Ici c'est un gamin de 14 ans emprisonné par l'armée israélienne. La des Israéliens détruisant des panneaux solaires Palestiniens. Ou encore un Palestinien brutalement appréhendé par Tsahal. Enfin, pour afficher clairement ses engagements, il a inauguré une "allée de la Nakba", le nom que donne les Palestiniens à leur défaite en 1948 face à l'armée du jeune état juif.

On vous l'a dit : Dominique Lesparre est un homme de principes, orphelin du prolétaire, porteur des jours meilleurs, il a –pour se consoler- adopté le palestinien martyrisé devenu la figure de proue de l'avenir de l'humanité. A la poubelle Le Manifeste Communiste ! Le Coran a pris sa place…

Le maire de Bezons  a un fils : Fabien Lesparre. Il l'a élevé, inscrit et éduqué comme il fallait. Fabien Lesparre est jeune, bien plus jeune que son père. C'est pourquoi il est évidemment plus fougueux.

Là où le père dit "sioniste", il dit autrement. Et il ne s'embarrasse pas de périphrases. Un post publié sur son compte annonce la couleur de ses sentiments passionnés. "Je n'ai pas peur (de la Ligue de Défense Juive. Ndlr), j'ai des copains fondus qui, s'ils voient un youpin, ce sera le feu" ! Youpin c'est bien mais il y a mieux et plus riche dans le vocabulaire du jeune homme.

Dans un autre post il fait part de sa ferme intention " d'enculer ces merdes de youdes". Eh oui, il est franc du collier Fabien Lesparre, pas comme son timide de père. Ce dernier n'a pas jugé nécessaire de se désolidariser des propos de son fils. L'amour paternel c'est beau …

Sur son site, la ville de Bezons proclame fièrement sa devise. "Bezons est une ville participative, éducative, solidaire, engagée". Bezons participe en effet activement à la libération de la Palestine. Bezons éduque ses administrés en leur apprenant à haïr Israël. Bezons est solidaire des manifestants de Gaza. Bezons est très engagé dans le boycott des produits sionistes. Cette localité compte de nombreux électeurs issus de la diversité. On ne reprochera pas à Dominique Lesparre de vouloir être réélu maire. Pendant longtemps l'antisémitisme a été le locataire de l'extrême droite. Ces dernières  années il a changé de propriétaire.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !