30 ans déjà... Quand Cyndi Lauper faisait de "Girls Just Want to Have Fun" un hymne beaucoup plus féministe qu'il n'y paraît | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Cyndi Lauper en janvier 2014 aux Grammy Awards.
Cyndi Lauper en janvier 2014 aux Grammy Awards.
©Reuters

Girl power

30 ans déjà... Quand Cyndi Lauper faisait de "Girls Just Want to Have Fun" un hymne beaucoup plus féministe qu'il n'y paraît

C'était au printemps 1984. Cyndi Lauper bousculait la musique pop avec son premier album She's So Unusual, et sa chanson "Girls Just Want to Have Fun", où elle donne une image libérée et positive des femmes.

Talia Soghomonian

Talia Soghomonian

Talia Soghomonian est une journaliste américaine basée à Paris, ex-Metro et New-York Times, aujourd'hui freelance. Elle écrit sur le cinéma, la mode et la musique, et a été publiée dans Rolling Stone, InStyle, Marie Claire.

Voir la bio »

Atlantico : Il y a 30 ans était diffusée sur les ondes la chanson "Girls Just Want to Have Fun" de Cindy Lauper. Comment cette chanson s'est-elle ancrée aussi fortement dans la culture américaine ?

Talia Soghomonian : A l'origine écrit d'un point de vue masculin, "Girls Just Want to Have Fun" était composé et enregistré par Robert Hazard en 1979. Avec son accord, Cyndi Lauper a changé certaines paroles et en a fait un cri de ralliement pour l'égalité des sexes. La chanson allait devenir un hymne féministe. Premier single de son album She's So Unusual, "Girls Just Want to Have Fun" est sorti à un moment ou les femmes avaient encore du mal à être considérées comme l'égal des hommes. Le travail acharné par des pionniers comme Betty Friedan et Gloria Steinem était déjà du passé. C'était au début des années 80 et la culture américaine n'avait plus de représentantes, aucune femme imposante dans une ère ou l'on n'osait plus se revendiquer comme féministe. Une régression pour la cause, certes. Puis arriva Cyndi Lauper qui, avec Madonna, a secoué la scène culturelle avec une attitude qui a marqué les filles de tous les âges, de 7 à 77 ans.

Quel est le véritable message de cette chanson ? Cindy Lauper s'attendait-elle à marquer autant les esprits ?

C'était un message aussi bien féministe que social. Il s'agit de pouvoir vivre librement les mêmes expériences comme les hommes et que tout le monde y avait le droit. Le clip, primé à plusieurs reprises, était parmi les premiers à avoir un casting aussi varié en termes d'origines : il voulait rappeler que nous sommes toutes égales, peu importe notre race. Il est impossible de savoir qu'elle allait marquer autant les esprits et surtout que ça resterait tout aussi puissant trois décennies après sa sortie. La chanson n'a pas pris une ride, mais elle a été revisitée par Cyndi Lauper sur son album, The Body Acoustic, en 2005. Elle continue à la chanter en live à chaque concert (on aurait du mal à imaginer un concert de Cyndi Lauper sans "Girls Just Want to Have Fun" !).

Comment la chanson a-t-elle été perçue par les femmes à sa sortie ? Et par les hommes ?

Pour les femmes, c'était une manière d'affirmer le "girl power" et de s'amuser sans culpabilité en même temps. Voici une femme qui n'avait pas peur des codes sociaux et vestimentaires. Le clip reste gravé dans les mémoires aussi, avec ses couleurs chaudes, la bande de copines fun et une chanteuse au look entre post-punk et pop des années 80. Elle était simplement elle-même - un brin excentrique et qui n'en fait qu'à sa tête… et les filles voulaient avoir cette même liberté et aisance d'être dans un monde ou leur rôle est pré-defini. Quant aux hommes, il voyaient cela comme un titre "fun", une chanson pour filles et, en même temps, un fantasme : des "girls next door" qui étaient prêtes à assouvir leurs désirs. Bref, ils n'ont pas trop capté le message féministe !

Quel héritage en termes de féminisme nous laisse cette chanson ?

Musicalement, la chanson est toujours aussi percutante. On voit l'influence qu'elle continue à avoir sur la nouvelle génération d'artistes féminines. "Girls Just Want to Have Fun" a été repris par plus de trente artistes, dont Emilie Autumn, Katy Perry, Kelly Rowland and Jessie J. Mais son message a été un peu perdu. Il y a trente ans, les grandes soeurs amenaient leurs petites soeurs aux concerts. Aujourd'hui, ces petites soeurs emmènent leurs propres filles voir Cyndi Lauper. Mais même si les filles ont plus de "fun" aujourd'hui, les mêmes problèmes sexistes persistent. On n'est toujours pas au stade de la parité homme-femme. Loin de là… L'image que les chanteuses véhiculent aujourd'hui est beaucoup plus calculée. Sous des faux airs de "girl power", elles continuent à nourrir les fantasmes masculins. Liberté sexuelle est confondue avec un concours de qui est la plus sexy ou controversée.

Quelles autres chanteuses symbolisent par une chanson cette lutte pour l'égalité homme-femme ?

On peut citer Aretha Franklin, Janis Joplin et Joan Jett. Parmi les chanteuses plus modernes, on retrouve Ani DiFranco, Queen Latifah, Beyoncé. Et celle qui a débarqué avec Cyndi et qui persiste et signe encore : Madonna.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !